Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La spécification WebAssembly Core est désormais un standard web officiel !
Après HTML, CSS et JS, WebAssembly devient le 4ème langage pour le Web permettant au code de s'exécuter dans le navigateur

Le , par Stéphane le calme

292PARTAGES

25  0 
Au départ, en 1995, JavaScript a été présenté comme un langage léger pour les scripts assez simples. De plus, il a été pensé de telle façon qu’il soit facilement utilisable, même par les développeurs novices, pour des choses relativement simples, comme s’assurer que vous avez rempli un formulaire correctement lorsque vous le soumettez par exemple.

Plus tard, en 2008, a été lancé ce qui a été désigné comme étant la guerre des performances ; les navigateurs ont commencé à ajouter la compilation à la volée (JIT, une technique visant à améliorer la performance de systèmes bytecode compilés par la traduction de bytecode en code machine natif au moment de l'exécution). Tandis que le JavaScript s’exécutait, le JIT pouvait voir des modèles et faire en sorte que le code s’exécute plus rapidement en fonction de ces modèles. C’est ce qui a contribué à l’amélioration des performances de JavaScript qui a alors commencé à être utilisé pour plus de choses qu’il n’était censé gérer au départ, comme la programmation côté serveur avec Node.js.

Pourtant, malgré ces améliorations, il arrive que les performances soient imprévisibles. Aussi, pour accélérer les choses, le JIT a ajouté quelques éléments à l'exécution, parmi lesquels :
  • l’optimisation et la désoptimisation ;
  • de la mémoire utilisée pour les informations de compatibilité et de récupération du moniteur pour les cas où des récupérations se produisent ;
  • de la mémoire utilisée pour stocker les versions de base et optimisées d'une fonction.

Autant d’éléments qui font qu’il arrive que le navigateur ne peut pas exécuter une application aussi rapidement qu’en natif. C’est alors qu’intervient WebAssembly (ou wasm).

À la base, WebAssembly est une architecture de jeu d'instructions virtuelle qui permet des applications hautes performances sur le Web et peut être utilisée dans de nombreux autres environnements. Il existe plusieurs implémentations de WebAssembly, notamment des navigateurs et des systèmes autonomes. WebAssembly peut être utilisé pour des applications telles que les codecs vidéo et audio, les graphiques et la 3D, le multimédia et les jeux, les calculs cryptographiques ou les implémentations de langage portables. Soutenu par le W3C, ce projet ambitionne de simuler un processeur virtuel, capable d’exécuter des programmes à une vitesse proche du code natif. Il faut préciser qu’il ne part pas de zéro, puisqu’il reprend les principes d’asm.js, une technologie qui sert à booster la capacité de traitement des applications web.


Il est déjà arrivé sur des forums de discussion que les développeurs se demandent si WebAssembly a vocation de remplacer à long terme le JavaScript étant donné que le standard a été vanté comme étant « plus rapide que JavaScript ». Toutefois, comme l’a expliqué l’ingénieur Mozilla Lin Clark, ce n’est pas le but ; s’il reconnaît également que WebAssembly s’avère plus rapide que JavaScript dans certains domaines, il précise qu’il ne veut pas sous-entendre que vous aurez à faire un choix entre WebAssembly et JavaScript : « en fait, nous nous attendons à ce que les développeurs utilisent WebAssembly et JavaScript dans la même application ».

Pour bien souligner l’impact potentiel de WebAssembly, il a procédé à des séries d’études comparatives qui ont pour objectif de montrer aux développeurs en quoi WebAssembly est « plus rapide que JavaScript », tout en donnant des exemples concrets où des ingénieurs pourraient opter pour une coexistence de WebAssembly et JavaScript. Il a évoqué le cas de l’équipe React, de Facebook, qui pourrait remplacer le code de leur DOM virtuel par une version WebAssembly : « les gens qui utilisent React n’auront rien à faire ; leurs applications vont fonctionner comme avant et elles vont bénéficier des avantages apportés par WebAssembly ».

WebAssembly permettra donc aux applications complexes de fonctionner de façon optimale sur navigateur – telles que les jeux vidéo immersifs en 3D, le design informatisé, l’édition d’image et de vidéo et la visualisation scientifique. À ce propos, des démonstrations ont été mises en ligne l'année dernière, désormais il s’agit de passer à une implémentation concrète. Les développeurs pourront utiliser WebAssembly pour accélérer les applications web existantes.

Parmi les démonstrations fonctionnelles qui ont été apportées, nous pouvons citer celle d'AngryBots,une adaptation d’un jeu Unity. Limin Zhu, le responsable programme Chakra chez Microsoft, avait présenté une démo d’AngryBots sur le navigateur Edge qui se servait alors du support préliminaire de WebAssembly dans le moteur Chakra, il a avancé « qu’en dépit de leur statut précoce, la démo démarre beaucoup plus rapidement qu’en utilisant uniquement asm.js, puisque les binaires WebAssembly ont une taille de fichier réduite et sont parsés plus rapidement que du JavaScript ordinaire ».


WebAssembly, ce langage bas niveau semblable à l'assembleur, permettant d'atteindre des performances proches des applications natives (par exemple écrites en C/C++) tout en fonctionnant sur le Web, apporte un certain nombre d'options aux développeurs, entre autres :
  • la possibilité de profiter du format compact wasm pour transmettre des fichiers rapidement sur le réseau et les charger en tant que modules JavaScript ;
  • la possibilité d'obtenir des performances quasi natives sans utiliser de plug-in ;
  • la possibilité d'écrire un code à la fois performant et sécurisé, car il s'exécute dans le sandbox de sécurité du navigateur ;
  • un choix de langages en dehors de JavaScript. Il permet par exemple aux développeurs d'écrire du code en C ou C++, puis de compiler directement en wasm, sans devoir compiler le code en JavaScript d'abord. En dehors de C/C++, des langages supplémentaires seront supportés à l'avenir.

Avec les avantages qu’il présente, il n’a fallu que deux ans à tous les principaux fournisseurs de navigateurs pour prendre en charge le nouveau standard ; depuis 2017, le support de WebAssembly est disponible dans tous les principaux navigateurs notamment Firefox, Chrome, Safari et Microsoft Edge.

Jeudi 5 décembre 2019, le World Wide Web Consortium (W3C) a annoncé que la spécification WebAssembly Core est désormais une norme Web officielle : « après HTML, CSS et JavaScript, WebAssembly devient le quatrième langage pour le Web qui permet au code de s'exécuter dans le navigateur », note le W3C.

« L'arrivée de WebAssembly élargit la gamme d'applications qui peuvent être réalisées en utilisant simplement les technologies Open Web Platform. Dans un monde où l'apprentissage automatique et l'intelligence artificielle deviennent de plus en plus courants, il est important d'apporter des applications hautes performances sur le Web, sans compromettre la sécurité des utilisateurs », a déclaré Philippe Le Hégaret, chef de projet W3C.

Le WebAssembly Working Group et le Community Group travaillent déjà sur une gamme de fonctionnalités pour les futures versions de la norme.

Source : W3C

Et vous ?

Que pensez-vous de WebAssembly ?
Vous en êtes-vous déjà servi ? Si non, étant donné qu'il est devenu une norme, allez-vous envisager de le faire pour vos développements Web ?

Voir aussi :

Mozilla, Fastly, Intel et Red Hat lancent l'Alliance Bytecode, une initiative construite autour de WebAssembly qui propose d'apporter plus de sécurité, d'ubiquité et d'interopérabilité sur le Web
50 % des sites web utilisent WebAssembly à des fins malveillantes, selon une étude de la Technische Universität Braunschweig
Mozilla finance un portage de Julia en WebAssembly, afin d'effectuer des calculs lourds au sein du navigateur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/12/2019 à 9:47
Citation Envoyé par matthius Voir le message
Ça m'a affolé qu'on puisse exécuter du Javascript avec un navigateur. Peu d'informaticiens arrivent à déchiffrer l'asm.
Moi ça m'affole pas plus que ça. J'étais plus affolé par ActiveX où l'on pouvait faire des actions hors du navigateur. JS et Wasm sont cloisonnés à une page de navigateur. Puis aujourd'hui faire un site sans ça c'est compliqué ou fait tout faire à l'ancienne.

Et je te mets au défit de déchirer ce code JS : https://js1k.com/2019-x/details/4130
Pas besoin de faire de l'asm pour rendre un code illisible.
2  0 
Avatar de matthius
Inactif https://www.developpez.com
Le 07/12/2019 à 10:08
Il faudra vérifier chaque lien et surtout le code source du processeur déclenché derrière. Je préfère me passer d'Intel pour avoir du Atom dans ce cas là.

Ça m'a affolé qu'on puisse exécuter du Javascript avec un navigateur. Peu d'informaticiens arrivent à déchiffrer l'asm.

Qu'est-ce que implémentations de langage portables ?
0  13