IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des ex-employés de Google créent un nouveau moteur de recherche juste à proximité de Google,
Qui va vous fournir une expérience d'Internet "sans distractions et sans regards indiscrets"

Le , par Stan Adkens

116PARTAGES

15  0 
Vous attendez vous encore à un nouveau moteur de recherche sur un marché déjà occupé par Google Search, le choix par défaut pour beaucoup d'internautes, DuckDuckGo avec des protections supplémentaires en matière de vie privée, Bing de Microsoft et bien d'autres ? Une nouvelle plateforme de recherche fondée par des ex-employés de Google, dont le siège est à proximité du géant de la technologie et qui vient d’obtenir un financement de 40 millions de dollars veut se démarquer des premiers : fonctionner sans publicité et amener les utilisateurs à payer un prix pour une meilleure vie privée.

Traditionnellement, les moteurs de recherche sont alimentés par la publicité ; c'est ainsi que ces plateformes restent gratuites. Vous vous demandez certainement comment Neeva (c’est le nom du nouveau moteur de recherche) est mis à disposition s’il a abandonné les publicités. Le nouveau concurrent sur le marché de la recherche fonctionnera sur la base d'un abonnement, en faisant payer aux utilisateurs un montant qui ne va pas dépasser 10 dollars par mois en échange de résultats sans publicité.


Ce mois-ci, Neeva a levé 40 millions de dollars pour accélérer le projet, ce qui porte le financement total du moteur à 77,5 millions de dollars reçus de la part d'investisseurs de premier plan de la Silicon Valley, Greylock et Sequoia, et est évalué à plus de 300 millions de dollars. Neeva met l’accent sur le fonctionnement de sa plateforme sans publicité :

« La recherche est la porte d'entrée vers les informations du monde entier, et avec Neeva, nous voulons vous aider à faire l'expérience d'Internet d'une nouvelle manière, sans distractions, sans regards indiscrets et sans frustration ».

Neeva se compose actuellement de pièces sous licence de Microsoft Bing, de Google et de services de données météorologiques et boursières. L'objectif est d'utiliser les prouesses techniques des employés de Neeva pour créer un moteur de recherche profondément personnel, capable de parcourir vos comptes G Suite, Slack, Dropbox, Office 365, et autres fichiers des smartphones et des ordinateurs portables pour fournir les informations les plus pertinentes à ses clients.

Deux anciens Googlers sont à l’origine de Neeva :

Sridhar Ramaswamy, PDG de Neeva, a travaillé chez Google pendant 15 ans, où il a participé à la création, au développement et à la gestion de la division publicité du géant technologique. « Je n'étais pas satisfait de la façon dont l'écosystème a tourné », explique Ramaswamy, qui a quitté Google en 2018. « Je sais qu'il y a une certaine ironie dans le fait que j'ai participé à la création de ce système... mais je suis à la recherche d'un ensemble de principes ».

Le second cofondateur est Vivek Raghunathan, ancien vice-président de la monétisation chez YouTube et a travaillé chez Google pendant un peu moins de douze ans. Avant de rejoindre YouTube, il a travaillé sur Google Assistant, où il s'est accoutumé aux expériences de services comme le fait d'avertir les gens de partir pour leur vol, ou qu'un colis arriverait dans 30 minutes, rendues possibles par la collecte d'informations de leur boîte Gmail.

Ils ont été rejoints par d’autres ex-Googlers : Udi Manber fait partie de l'équipe. Il a notamment travaillé chez Yahoo, Amazon et Google. Margo Georgiadis a occupé le poste de vice-présidente des opérations de vente mondiales de Google et a été présidente du géant technologique pour les Amériques. Darin Fisher était auparavant vice-président de l'ingénierie chez Google. Avec beaucoup d'expériences en la matière, l’équipe a proposé un nouveau moteur de recherche, qui est basé à Mountain View, à environ cinq kilomètres de route du siège de Google.

Les données que collecte Neeva et ce qu’il en fait

Si Neeva dit qu’il est basé sur la protection de la confidentialité des utilisateurs, il ne dit pas qu'il ne collecte aucune information ; il dit que vous pouvez lui faire confiance pour garder vos données en sécurité et ne pas les transmettre aux annonceurs ou à des tiers. Il y a beaucoup d'informations sur la façon dont les données sont collectées et utilisées par le moteur sur le site.

Les informations suivantes peuvent être recueillies par Neeva auprès des utilisateurs :

  • Adresse électronique
  • Numéro de téléphone
  • Adresse électronique
  • Numéro de téléphone
  • Informations sur la localisation
  • Nom
  • Paramètres de l'utilisateur
  • Adresse IP
  • Informations que vous enregistrez dans vos "Espaces"
  • Informations sur le paiement
  • Système d'exploitation ou appareil
  • Adresse postale
  • Identifiants de cookies
  • Les informations concernant vos contacts
  • Le type et la version du navigateur que vous utilisez
  • Les pages que vous visitez.

En outre, si vous participez à une enquête, un forum, une page de médias sociaux ou un blog, Neeva peut également collecter les informations personnelles qui y sont partagées, en plus de la durée et de la fréquence de ces activités en ligne. La plateforme peut également utiliser le stockage local et les cookies pour collecter des données concernant vos préférences et vos paramètres. Enfin, si vous accédez à Neeva via Apple, Google ou Microsoft, la plateforme peut également collecter votre photo de profil, votre adresse e-mail et votre nom à partir de ceux-ci.

Mais vous ne devriez pas nous inquiéter, la plateforme adhère à la politique des données utilisateur de Google API Services et ne partage pas les informations entre les comptes ou les applications. Il convient également de noter que vos données peuvent être agrégées ou dépersonnalisées, ce qui signifie que les informations ne sont pas soumises à une autre politique que celle de Neeva.

Sridhar Ramaswamy, PDG de Neeva

Cela fait beaucoup de données collectées pour une plateforme dont toute l'identité tourne autour du droit à la vie privée des utilisateurs. Mais Neeva dit être extrêmement transparente quant aux informations qu'elle recueille, et aussi quant à la manière dont il utilise les données collectées :

Nous utilisons vos informations pour vous fournir les services et pour les améliorer en permanence. Cela signifie que nous utilisons vos informations, par exemple, pour :

  • Développer, exploiter, améliorer, renforcer, fournir, maintenir et soutenir nos Services.
  • Fournir l'accès à certaines zones, fonctionnalités et caractéristiques de nos Services.
  • Communiquer avec vous au sujet de votre compte, de nos services et des changements de politique.
  • Vous permettre de partager du contenu avec d'autres personnes.
  • Analyser votre utilisation de nos services afin de trouver des moyens d'améliorer votre expérience.
  • Se protéger contre les activités malveillantes, trompeuses, frauduleuses ou illégales.
  • Entreprendre des recherches pour le développement technologique.
  • Faire respecter nos conditions et nos politiques.
  • Se conformer à nos obligations légales, protéger votre intérêt vital ou ce qui peut être requis pour le bien public. Par exemple, pour contribuer à une enquête ou à des poursuites concernant une activité illégale présumée ou réelle.
  • Utiliser vos informations à d'autres fins auxquelles vous consentez ou qui vous sont communiquées lorsque vous fournissez les informations.

Bien que Neeva ne vende pas vos informations, elle les partage avec des prestataires de services tels que les services informatiques et services connexes, les processeurs de paiement, les fournisseurs de services d'analyse, les fournisseurs de services à la clientèle et les vendeurs qui soutiennent la fourniture des services.

En quoi est-ce que Neeva pourrait être différent des moteurs de recherche comme Google ?

Neeva est transparent sur les informations qu'il collecte, avec un niveau élevé de contrôle dont disposent les utilisateurs. Vous pouvez accéder à vos données personnelles, mettre à jour ou corriger ces informations, demander des restrictions ou des suppressions. En outre, votre historique de recherche est automatiquement supprimé 90 jours après sa collecte.

Cela ne s'applique pas aux données associées aux comptes connectés, mais vous pouvez les supprimer vous-même. Les données telles que les identifiants de paiement et de connexion sont conservées plus longtemps, mais Neeva précise bien qu'il ne conserve pas ces données. En comparaison, la suppression automatique de Google est fixée à 18 mois par défaut ; toutefois, les utilisateurs peuvent modifier cette durée à 3 mois.

Neeva affirme qu'il ne vend pas vos données. Google précise que les données partagées avec les annonceurs ne sont pas identifiables personnellement, sauf si les utilisateurs en ont donné l'autorisation. Le géant de la technologie utilise également des "techniques d'anonymisation de pointe" pour continuer à fournir son service tout en protégeant les données des utilisateurs. Google utilise également la confidentialité différentielle qui "ajoute du bruit" pour s'assurer que vos données ne peuvent pas être utilisées pour vous identifier.

Lorsque vous effectuez une recherche sur Google, vous ne cherchez pas sur l'ensemble de l'Internet, mais sur les milliers de milliards de pages de l'index de Google. La société ajoute chaque jour de nouvelles pages à cet index, par le biais d'un processus appelé "crawling and indexing", au cours duquel elle utilise un algorithme pour visiter les nouveaux sites et recueillir des données sur leur contenu, telles que des mots clés et le nombre de liens, puis les indexe afin qu'elles puissent apparaître lorsque vous tapez les bons termes de recherche.

Le nouveau concurrent menace-t-il la part de marché de Google ?

Un petit acteur bien financé comme Neeva qui vient d’arriver sur marché peut-il faire une brèche dans la part de marché de Google ? Google détient entre 89 et 93 % du marché de la recherche au Royaume-Uni et un peu plus de 92 % en France, d’après StatCounter, en se basant sur les statistiques ordinateur, tablette et smartphone. Aux USA, Google domine très largement aussi ses concurrents avec plus 88 %. Au niveau mondial, Google détient environ 90 %, malgré l'existence d'acteurs plus petits qui proposent des services axés sur la protection de la vie privée.

« Nous avons étudié le modèle de l'abonnement il y a quelques années », explique Christian Kroll, directeur général d'Ecosia, un moteur de recherche axé sur la protection de la vie privée qui reverse 80 % de ses bénéfices à des organisations à but non lucratif qui se concentrent sur la reforestation. « Nous avons constaté que les gens n'étaient pas vraiment prêts à payer, donc je suis un peu sceptique ». Kroll pense que l'idée que les utilisateurs paient pour voir des résultats différents lors de leurs recherches « sépare les gens en deux classes ».

Gabriel Weinberg, directeur général de DuckDuckGo, met en garde : « Proposer une recherche privée payante la rend accessible uniquement aux privilégiés. Nous pensons que tout le monde devrait avoir un accès gratuit à une protection simple de la vie privée en ligne, point final ». C'est le profilage des données et le ciblage ultérieur que Facebook et Google proposent que Weinberg conteste. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : Neeva(1 & 2)

Et vous ?

Que pensez-vous du moteur de recherche Neeva proposé par des ex-Googlers ?
Quel est votre avis sur l’ensemble des données recueillies par Neeva et son utilisation ?
Pour quelles raisons allez-vous payer un abonnement mensuel à Neeva ?

Voir aussi :

Google Chrome et Microsoft Edge ont gagné en popularité au détriment de Firefox et Safari, selon les statistiques de NetMarketShare pour le mois de juillet 2020
Firefox 86 va apporter Total Cookie Protection, une fonctionnalité visant à améliorer la protection contre le pistage, en conservant un "cookie jar" distinct pour chaque site Web visité
Apple en train de développer un moteur de recherche pour s'attaquer à Google, la société aurait renforcé sa propre offre de recherche dans iOS 14
Le trafic de DuckDuckGo continue de croître : plus de 11 milliards de requêtes en 2019, dont 933 millions pour le mois d'octobre

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de scandinave
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 13:22

Gabriel Weinberg, directeur général de DuckDuckGo, met en garde : « Proposer une recherche privée payante la rend accessible uniquement aux privilégiés. Nous pensons que tout le monde devrait avoir un accès gratuit à une protection simple de la vie privée en ligne, point final »

heureusement qu'il y a des personnes comme lui qui défende le libre....
Il a raison. Malheureusement monter et entretenir un moteur de recherche comme Google coûte très chère. DuckDuckGo n'est pas un indexer comme Google. Il s'agit juste d'un proxy vers les Indexers comme Google ou Bing. La seule solution pour avoir un vrai moteur/indexer gratuit et respectueux de la vie privé serait, à mon sens, que l'état reconnaisse cela comme un service public et que cela soit financer par l'impôt. Avec une délégation auprès d'une entité autonome et indépendante type CNIL, pour éviter que l'état ne vienne trop mettre son nez là-dedans

Mais on est à des années-lumières de ce genre de chose.
14  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 18:46
Je ne sais pas si leur projet va aboutir à quelque chose mais je commence à me demander si cela ne devient pas indispensable, parce que pour ce qui est de Google :
- Leurs résultats de recherches sont moins pertinents qu'avant, les site qui arrivent en tête sont souvent non pertinents et propulsés par du Black Hat.
- Les résultats de recherches sont noyés dans les résultats publicitaires et le grand public ne sait pas faire la différence, ça c'est un scandale.
- C'est clairement devenu un monopole.
- Le moteur de recherche fait passer en premier ses propres services, ça aussi c'est un scandale, petit à petit ils ruinent toutes les entreprises sur lesquels ils se positionnent (même chose que pour Apple).
- En s'accaparant (avec Facebook) plus de 90% du marché de la pub ils ont ruiné presque tous les médias gratuits, qui n'ont pas d'autre choix que de faire de la merdasse, donc à cause d'eux la seule solution pour avoir des articles pas trop merdiques c'est de les payer (exemple Médiapart).

Bref je pense qu'ils commencent à pousser le bouchon un peu trop loin...
8  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 13:29
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Traditionnellement, les moteurs de recherche sont alimentés par la publicité ; c'est ainsi que ces plateformes restent gratuites. Vous vous demandez certainement comment Neeva (c’est le nom du nouveau moteur de recherche) est mis à disposition s’il a abandonné les publicités. Le nouveau concurrent sur le marché de la recherche fonctionnera sur la base d'un abonnement, en faisant payer aux utilisateurs un montant qui ne va pas dépasser 10 dollars par mois en échange de résultats sans publicité.
Pour qu'un site soit rentable il existe 2 solutions sérieuses :
- Afficher de la publicité (ou vendre les données personnelles des utilisateurs)
- Le rendre payant
Il y a bien Wikipedia qui fonctionne très bien grâce aux dons (l'organisation ne manque pas d'argent), mais c'est quasiment une exception.

Si vous voulez proposer un moteur de recherche qui ne récolte pas vos données et qui n'affiche pas de pub, il faut qu'il soit payant. Il faut bien payer les serveurs et les gens qui bossent.
6  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 20:35
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message

22/03/2021 : 18h46
...
donc à cause d'eux la seule solution pour avoir des articles pas trop merdiques c'est de les payer (exemple Médiapart).
...
Un bien mauvais exemple que tu cite, a mon point de vue.
Un media qui fait dans la délation des noms d’enseignants, lorsque que ces enseignants ne sont pas d’accord avec les choix néo religieux des dirigeants de Médiapart ….
Payer un media de ce genre, pour obliger tous ceux qui ne sont pas conforme a leurs doctrine, a porter une étoile jaune..
NON Merci !!
Pas pour moi, ce genre facture !!!!
5  0 
Avatar de Kulvar
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 21:50
Pour 90% des gens:

Soit ils n'utilisent même pas sciemment Google, c'est simplement le moteur de recherche par défaut quand on tape des mots dans la barre d'adresse.
Soit il ne leur viendrait même pas à l'idée de chercher une alternative.
4  0 
Avatar de JPLAROCHE
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 12:35
Gabriel Weinberg, directeur général de DuckDuckGo, met en garde : « Proposer une recherche privée payante la rend accessible uniquement aux privilégiés. Nous pensons que tout le monde devrait avoir un accès gratuit à une protection simple de la vie privée en ligne, point final »

heureusement qu'il y a des personnes comme lui qui défende le libre....
4  1 
Avatar de Steinvikel
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/03/2021 à 1:32
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Les données que collecte Neeva et ce qu’il en fait

Si Neeva dit qu’il est basé sur la protection de la confidentialité des utilisateurs, il ne dit pas qu'il ne collecte aucune information ; il dit que vous pouvez lui faire confiance pour garder vos données en sécurité et ne pas les transmettre aux annonceurs ou à des tiers. Il y a beaucoup d'informations sur la façon dont les données sont collectées et utilisées par le moteur sur le site.

Les informations suivantes peuvent être recueillies par Neeva auprès des utilisateurs :

  • Adresse électronique
  • Numéro de téléphone
  • Adresse électronique
  • Numéro de téléphone
  • Informations sur la localisation
  • Nom
  • Paramètres de l'utilisateur
  • Adresse IP
  • Informations que vous enregistrez dans vos "Espaces"
  • Informations sur le paiement
  • Système d'exploitation ou appareil
  • Adresse postale
  • Identifiants de cookies
  • Les informations concernant vos contacts
  • Le type et la version du navigateur que vous utilisez
  • Les pages que vous visitez.

En outre, si vous participez à une enquête, un forum, une page de médias sociaux ou un blog, Neeva peut également collecter les informations personnelles qui y sont partagées, en plus de la durée et de la fréquence de ces activités en ligne. La plateforme peut également utiliser le stockage local et les cookies pour collecter des données concernant vos préférences et vos paramètres. Enfin, si vous accédez à Neeva via Apple, Google ou Microsoft, la plateforme peut également collecter votre photo de profil, votre adresse e-mail et votre nom à partir de ceux-ci.

Mais vous ne devriez pas nous inquiéter, la plateforme adhère à la politique des données utilisateur de Google API Services et ne partage pas les informations entre les comptes ou les applications. Il convient également de noter que vos données peuvent être agrégées ou dépersonnalisées, ce qui signifie que les informations ne sont pas soumises à une autre politique que celle de Neeva.
(...)
Nous utilisons vos informations pour vous fournir les services et pour les améliorer en permanence. Cela signifie que nous utilisons vos informations, par exemple, pour :

  • Développer, exploiter, améliorer, renforcer, fournir, maintenir et soutenir nos Services.
  • Fournir l'accès à certaines zones, fonctionnalités et caractéristiques de nos Services.
  • Communiquer avec vous au sujet de votre compte, de nos services et des changements de politique.
  • Vous permettre de partager du contenu avec d'autres personnes.
  • Analyser votre utilisation de nos services afin de trouver des moyens d'améliorer votre expérience.
  • Se protéger contre les activités malveillantes, trompeuses, frauduleuses ou illégales.
  • Entreprendre des recherches pour le développement technologique.
  • Faire respecter nos conditions et nos politiques.
  • Se conformer à nos obligations légales, protéger votre intérêt vital ou ce qui peut être requis pour le bien public. Par exemple, pour contribuer à une enquête ou à des poursuites concernant une activité illégale présumée ou réelle.
  • Utiliser vos informations à d'autres fins auxquelles vous consentez ou qui vous sont communiquées lorsque vous fournissez les informations.

Bien que Neeva ne vende pas vos informations, elle les partage avec des prestataires de services tels que les services informatiques et services connexes, les processeurs de paiement, les fournisseurs de services d'analyse, les fournisseurs de services à la clientèle et les vendeurs qui soutiennent la fourniture des services.
Donc en clair, ils sont pas content de Google, alors ils créent un n-ième moteur de recherche (indexeur, méta-moteur, ou proxy ?), qui pompe toutes les données (comme Google), qui les "partage" à des tiers /prestataires (comme Google)... la seule différence est qu'il promettent de respecter notre vie privée.
...non mais je rêve, quelle hypocrisie ! Un service qui respecterait intégralement notre vie privé se contenterait de faire se qu'on lui demande et ne sauvegarder aucune donnée, ni sur la requête, ni sur l'utilisateur (à l'exception des obligations légales) ...et à minima, laisserait le choix à l'utilisateur pour choisir un réglage fin entre l'intégrité de sa vie privée et la qualité de service.
...et puis l'autre qui cherche encore ses principes. Il est convaincu et militant, ou il s'est pas encore consciant de ce qu'il veux mettre sur pied ? =,='

Citation Envoyé par scandinave Voir le message
Il a raison. Malheureusement monter et entretenir un moteur de recherche comme Google coûte très chère. DuckDuckGo n'est pas un indexer comme Google. Il s'agit juste d'un proxy vers les Indexers comme Google ou Bing. La seule solution pour avoir un vrai moteur/indexer gratuit et respectueux de la vie privé serait, à mon sens, que l'état reconnaisse cela comme un service public et que cela soit financer par l'impôt. Avec une délégation auprès d'une entité autonome et indépendante type CNIL, pour éviter que l'état ne vienne trop mettre son nez là-dedans

Mais on est à des années-lumières de ce genre de chose.
FAUX, voir la réponse suivante.

Citation Envoyé par laloune Voir le message
question de n00b (ce n'est pas du tout mon domaine de prédilection ) : ne serait-il pas possible de s'affranchir de serveurs centralisés pour faire de la recherche comme le fait Google, Bing etc.? par exemple en utilisant la blockchain ? du coup plus besoin de serveurs, et plus besoin de Google ?
Tu as tout compris, l'utilisation de la quasi totalité des services internet d'aujourd'hui (2021) s'appuie sur des services centralisés. On est en plein Minitel 2.0 ! (comme le dirait Benjamin Bayart)
Il existe bien des moteurs de recherches non centralisés. En voici quelques exemples, que je cite régulièrement en alternative dans ce type de news :

   - YaCy (libre, GPLv2)
moteur de recherche décentralisé (DHT) de type P2P

   - SyncNet (libre, MIT) Jack Minardi
moteur de recherche (voir navigateur web) décentralisé basé sur les principes de fonctionnement de BitTorrent et du Bitcoin (BitTorrent Sync et Colored Coins).
Le concept est simple… Vous entrez une clé secrète BTSync dans la barre d’adresse, et SyncNet récupère le contenu du site associé et le stocke sur votre disque dur. Ensuite, les prochains utilisateurs à vouloir accéder au site récupéreront les fichiers à partir de votre ordinateur ou d’autres disséminés dans le monde.
...plus il y a de personnes qui l’utiliseront, plus les temps de chargement seront rapides. Et bien sûr, cela ne permet d’afficher que des sites statiques (puisque les fichiers sont synchronisés avec BTSync).
...grâce à ce système, toute censure devient impossible (du moins en théorie).
L’intégration manquante pour le moment est celle de Colored Coins qui va servir à faire correspondre des adresses sous forme de hash avec de vraies URL (et attribuer la propriété des sites). Lorsque ceci sera intégré, on pourra imaginer que quelqu’un réalise en 1 clic sur son ordinateur une copie, en le mettant immédiatement disponible via BTSync sous la forme de fichiers statiques et accessibles via l’URL entrée directement dans SyncNet.
Pour le moment, SyncNet est un outil indépendant (extérieur, non intégré dans une API), mais son concepteur parle déjà d’en faire un plugin pour Chrome et Firefox ce qui permettra de naviguer facilement de l’un à l’autre moyen de surfer.

   - Seeks (libre, AGPLv3)
avantage --> décentralisé
ses promesses :
Seeks n’est hélas pas assez abouti pour que vous puissiez l’utiliser comme une alternative totale aux moteurs dont vous avez l’habitude.
https://github.com/beniz/seeks

   - Beaker (licence ???)
un navigateur web expérimental permettant d'accéder aux ressources web en P²P (dat:// protocol) lorsque disponible, ou bien même de fournir des ressource en P2P, il sauvegarde le contenu visionné, et permet d'y accéder hors ligne, et d'y étudier le versionning.
https://beakerbrowser.com/

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Pour qu'un site soit rentable il existe 2 solutions sérieuses :
- Afficher de la publicité (ou vendre les données personnelles des utilisateurs)
- Le rendre payant
Il y a bien Wikipedia qui fonctionne très bien grâce aux dons (l'organisation ne manque pas d'argent), mais c'est quasiment une exception.

Si vous voulez proposer un moteur de recherche qui ne récolte pas vos données et qui n'affiche pas de pub, il faut qu'il soit payant. Il faut bien payer les serveurs et les gens qui bossent.
FAUX. Toute ressource accessible représente un coût d'accès et de disponibilité (alimentation, entretien...).
Soit celui qui met la ressource à disposition prend à sa charge le coût, soit pas.
Pour génerer des rentes sur internet, il y a bien plus que 2 solutions :
- La pub (pompe des données personnelles pour les revendre)
- la revente de données
- le don (mais ça nécessite un effort volontaire, non automatique, et lent ...pour être réalisé)
- l'accès payant (ce qui ne garantit en rien que les données ne sont pas revendu en plus)
- le script de crypto-monaie (il génère du fric sur votre machine, pour le porte-feuille du site durant votre navigation)
- le site lâche un virus sur vôtre machine qui modifie tout les hyperliens compatibles par ses propre lien d'affiliation
...
j'épargne tous les cas de figures criminels, mais finalement, le coups du crypto-mineur parait finalement le plus éthique.
...quid du navigateur avec 100 onglets d'ouvert. ^^'
2  1 
Avatar de kitbij
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 17:24
Il y a aussi Brave, qui propose une navigation privée, bloque les pubs, et, si l'utilisateur décide de voir les pubs, redistribue 15% des revenus publicitaires en BAT...
1  0 
Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 13:58
Je suis impressionné par la levée de fonds. Combien sont-ils à travailler ?
Étant donné que le moteur est jeune, le besoin au niveau des serveurs ne doit pas être très important
0  0 
Avatar de laloune
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/03/2021 à 16:04
question de n00b (ce n'est pas du tout mon domaine de prédiléction ) : ne serait-il pas possible de s'affranchir de serveurs centralisés pour faire de la recherche comme le fait google, bing etc.? par exemple en utilisant la blockchain ? du coup plus besoin de serveurs, et plus besoin de google ?

c'est sans doute naïf de ma part mais bon
0  0