IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un incendie pourrait coûter 105 millions d'euros à OVHcloud
Selon les documents relatifs à l'introduction en bourse

Le , par Bill Fassinou

65PARTAGES

6  0 
OVHcloud, premier fournisseur européen de services cloud, poursuit actuellement son processus d'introduction en bourse (IPO) sur Euronext Paris. La société a reçu le feu vert de l’Autorité française des marchés financiers (AMF) sur son document d’enregistrement le 17 septembre 2021. Ainsi, OVHcloud espère pouvoir augmenter son capital de 400 millions d'euros et devenir une alternative européenne sérieuse aux GAFAM. Mais l'examen des documents relatifs à l'IPO a révélé qu'un incendie pourrait coûter jusqu'à 105 millions d'euros à l'entreprise, soit une estimation du coût financier de la catastrophe de mars.

OVHcloud a payé très cher la catastrophe de Strasbourg

OVHcloud a subi de graves dommages matériels et financiers lorsque ces centres de données strasbourgeois ont été frappés par un incendie dans la nuit 9 au 10 mars 2021. Pendant toute la période couverte par la gestion de la crise, le leader européen de l'informatique en nuage a communiqué régulièrement sur les dégâts, les actions entreprises pour la remise en service des centres de données et les plans pour restaurer les sauvegardes à sa disposition, mais très peu, voire jamais, sur l'aspect financier, notamment le coût des réparations. Il a fallu attendre son IPO pour se faire une idée de ce que cette catastrophe lui aurait coûté.


OVHcloud Strasbourg dans la nuit du 9 au 10 mars 2021

En effet, OVHcloud, basé à Roubaix, a déposé ce mois-ci un document de transparence auprès de l'Autorité française de régulation des marchés boursiers, qui révèle le coût direct de l'incendie pour l'activité de la société d'informatique en nuage - même si l'atteinte à la réputation pourrait ajouter beaucoup à ce coût. Selon le document, l'incendie pourrait avoir coûté plus de 105 millions d'euros (environ 122 millions de dollars) à l'opérateur français. Cependant, l'entreprise a précisé dans le document qu'une partie de ce coût est un fonds d'urgence, et une grande partie des dépenses réelles de l'incendie a été couverte par l'assurance.

Le chiffre global de 105 millions d'euros comprend certains éléments tels que les réclamations potentielles des clients pour les dommages résultant de l'incendie. Une source ayant connaissance de l'affaire a déclaré à DatacenterDynamics, une entreprise qui suit la croissance de l'industrie des centres de données, qu'OVHcloud n'a prévu que 61 millions d'euros, et 58 millions d'euros de ce montant ont déjà été couverts par l'assurance d'OVHcloud. Notons que l'incendie survenu en mars sur le campus d'OVHcloud à Strasbourg a détruit son centre de données SBG2 et mis hors service trois autres bâtiments, dont un de façon permanente.

L'incendie de Strasbourg est un événement exceptionnel, qui a touché quelque 65 000 clients de l'entreprise, dont beaucoup ont perdu des données et des activités. Il pourrait nuire aux perspectives d'introduction en bourse - bien qu'OVHcloud ait déclaré qu'il travaillait toujours avec les assureurs et d'autres autorités, et qu'il ne pourrait pas révéler l'histoire complète de la cause de l'incendie avant 2022, après que l'introduction en bourse ait eu lieu. Les rapports initiaux ont suggéré que le feu pourrait avoir commencé dans les systèmes UPS. Le document de transparence était en fait une exigence dans le cadre de l'IPO.

Ce document de 300 pages donne quelques détails sur l'incendie, ainsi que sur les coûts financiers directs qu'il a causés, en réduisant les revenus des clients affectés et en augmentant les dépenses de la société pour faire face aux conséquences. Le document détaille les événements de la nuit du 9 au 10 mars, en commençant par la section 4.3 à la page 18. « Une expertise médico-légale est en cours pour déterminer la cause de l'incendie. Sur la base des informations actuellement disponibles, il semble que l'incendie ait débuté dans une salle d'énergie abritant des équipements électriques », explique OVHcloud dans le document.

L'IPO pourrait avoir une tournure différente de celle prévue

Le détail de l'impact financier révèle qu'OVHcloud a subi un manque à gagner de 2,9 millions d'euros (3,4 millions de dollars) en termes de revenus, et a dû fournir 5,2 millions d'euros (6,1 millions de dollars) de crédit pour compenser les clients pour les services facturés qui n'ont pas été livrés, selon un résumé dans L'Usine Nouvelle. OVHcloud a également émis 28,3 millions d'euros (33 millions de dollars) de bons d'achat, dont 20,5 millions d'euros (24 millions de dollars) ont été encaissés avant la clôture de l'exercice de la société, le 31 août 2021. Dans le même temps, OVHcloud a également eu des dépenses très importantes.

Il a dû dépenser 15,8 millions d'euros (18,4 millions de dollars) pour mettre au rebut des serveurs endommagés par le feu, puis 18,4 millions d'euros (21,4 millions de dollars) pour les remplacer par de nouveaux serveurs fabriqués à la hâte dans son usine de Croix. L'incendie a également entraîné des "charges exceptionnelles" de 39,2 millions d'euros (45,6 millions de dollars), dont 32,3 millions d'euros (37,6 millions de dollars) pour des expertises, des procédures et d'éventuelles actions en responsabilité. Des clients, mécontents d'avoir subi une coupure de service, voire une perte de données, se sont retournés contre OVHcloud.

Les analystes notent tout de même que l'issue d'un éventuel procès en dommages et intérêts est "incertaine" : de nombreux clients n'ont pas souscrit aux options de sauvegarde et de redondance des données d'OVHcloud, et n'ont pas compris le risque qu'ils prenaient. Des sources chez OVHcloud ont déclaré à DatacenterDynamics que le niveau de désabonnement est maintenant revenu à la normale, avec un niveau élevé de bonne volonté résultant de sa transparence. En revanche, un autre coût pour OVHcloud a été un investissement de 10 à 12 millions d'euros pour des réparations complètes et le déploiement d'un plan d'"hyper-résilience".

Tout ceci explique pourquoi le coût total direct de l'incendie pourrait s'élever à 105 millions d'euros. Comme mentionné plus haut, sur ce montant, 58 millions d'euros ont déjà été couverts par les assurances tandis qu'une grande partie est constituée de fonds de prévoyance pour d'éventuels versements futurs. Cela dit, cette somme est importante par rapport au chiffre d'affaires annuel d'OVHcloud, qui s'élèvera à 632 millions d'euros en 2020. Par ailleurs, la société a admis que le coût direct sera plus important que cela, car elle perd des clients mécontents et n'en gagne pas de nouveaux aussi rapidement qu'elle le souhaiterait.

L'incident s'est produit la même semaine que l'entreprise a annoncé son intention d'entrer en bourse en France. L'IPO devrait permettre de présenter OVHcloud comme une alternative européenne aux géants américains et chinois de l'hyperscale comme Amazon, Google, Microsoft et Alibaba. OVHcloud pourrait lever 400 millions d'euros (soit 469 millions de dollars), ce qui valoriserait la société à environ 4,7 milliards de dollars. Pour l'instant, tout semble se dérouler comme prévu, mais les analystes estiment que l'entreprise pourrait faire face à une forme de réticence de la part de certains investisseurs en raison de l'atteinte à sa réputation.

L'incendie a porté un coup dur à la réputation d'OVHcloud

La raison pour laquelle le leader européen de l'informatique en nuage perd des clients, mais n'en gagne pas rapidement de nouveaux est liée au fait que la catastrophe de mars a eu une grande incidence sur sa réputation. Une explication potentielle est que les clients qui quittent l'entreprise et les potentiels clients craignent d'être des victimes collatérales d'éventuels nouveaux dommages qu'elle pourrait subir. Comme le souligne OVHcloud lui-même, il pourrait subir d'autres incidents à l'avenir, et même l'impact d'incidents mineurs "pourrait être exacerbé par l'incendie de Strasbourg, surtout si ces incidents se produisent dans un avenir proche".

Même avec le document fourni à l'AMF, l'impact résultant sur les relations avec les clients et les revenus futurs d'OVHcloud est impossible à déterminer, mais il pourrait être significatif. La direction d'OVHcloud a déclaré que le ralentissement de la croissance pourrait durer jusqu'au début de 2022 et prévoit un retard de trois ou quatre trimestres sur la croissance prévue. Le dépôt prévoit une croissance de 4,4 % sur l'année fiscale 2021, considérablement moins que les 8,9 % dont elle a bénéficié en 2020. Mais l'entreprise est optimiste quant aux perspectives d'avenir, prévoyant une accélération de la croissance à environ 25 % en 2025.

Le rapport contient une grande note de prudence. OVHcloud est fier de fabriquer ses propres serveurs, et utilise un système de refroidissement liquide propriétaire qui lui permet d'installer des équipements rangée par rangée dans des bâtiments industriels existants. L'utilisation de ces vieux bâtiments pourrait représenter un facteur de risque ; et l'installation SBG2 aurait eu des planchers en bois et des éléments d'une construction à base de conteneurs d'expédition.

« Certaines des usines d'OVHcloud peuvent présenter des défauts structurels et environnementaux existants qui peuvent présenter des risques en termes de sécurité et de conformité ou obliger OVHcloud à dépenser des sommes importantes pour y remédier », indique le document, ajoutant que ces défauts peuvent ne pas être détectés par les audits qu'OVHcloud effectue avant d'occuper une propriété.

Source : Document de transparence d'OVHcloud (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du coût de l'incendie dont a été victime OVHcloud ?
Que pensez-vous de la perte de clients et du ralentissement de la croissance de la société ?
Quel est votre avis sur les risques annoncés par l'entreprise et les potentiels incendies qu'elle a mentionnés ?
Comment évaluez-vous la croissance de la société dans les prochaines années ? Risque-t-elle sa place de leader européen du cloud ?

Voir aussi

OVHCloud amorce son processus d'entrée en Bourse et espère pouvoir augmenter son capital de 400 millions d'euros pour devenir une alternative européenne aux GAFAM

Un important incendie sur les installations d'OVHcloud à Strasbourg provoque l'indisponibilité de nombreux sites internet en France et en dehors de l'Hexagone

OVHcloud donne des informations relatives au nettoyage des équipements suite à l'incendie, opération nécessaire avant une remise en service

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/12/2021 à 19:17
Incendie OVH : 20 clients s’inscrivent à un recours collectif destiné à obtenir de l’hébergeur des compensations équitables
Après l’incendie qui a ravagé le centre de données SBG2 au mois de mars

Le cabinet d'avocats parisien Ziegler & Associés annonce qu'une vingtaine de clients d'OVHcloud se sont joints à un recours collectif. Objectif : engager la responsabilité d’OVHcloud afin d’obtenir des compensations équitables après l’incendie qui a ravagé le centre de données SBG2 au mois de mars. Les plaignants reprochent à l’hébergeur d'avoir proposé à tous ses clients impactés par l'incendie de ses centres de données la même indemnisation, sans prendre en contre le chiffrage du préjudice de chacun.

Le cabinet d'avocats appelle d'autres clients de l'hébergeur à se joindre au recours collectif. Elle entend estimer leurs dommages avant d'envoyer une facture officielle à OVHcloud. Un accord à l’amiable entre Ziegler et OVHcloud devrait ensuite voir le jour. À défaut, l'affaire sera portée devant le tribunal du commerce.


Les entreprises qui participent au recours collectif contre OVHcloud sont de divers secteurs : comptabilité, marketing, santé et tourisme. Un accord de confidentialité les lie au cabinet Ziegler & Associés. En vertu de ce dernier, leurs noms sont tenus secrets. L’autre dénominateur commun entre ces personnes morales est qu’elles rapportent des pertes de leurs bases de données suite à l’incendie du mois de mars. Le tableau de l’après incendie c’est un acteur du secteur de la santé qui se retrouve sans aucune information associée aux patients ou une entreprise touristique qui ne sait plus retrouver les détails de réservations de ses clients.

« Pertes de nombreuses données et préjudices économiques significatifs : plusieurs milliers de sociétés clientes d’OVHcloud ont été durement frappées par cet incendie », souligne le cabinet d'avocats parisien Ziegler & Associés pour lequel « OVHcloud a donc, sans aucun doute, failli à son obligation contractuelle de protection de vos données, qui lui est impartie en sa qualité de prestataire de service. »

Suite à l’incendie du mois de mars, La fameuse question de gestion des sauvegardes faisait à nouveau surface à l’ère du cloud qui a le vent en poupe. OVH s’était expliqué en soulignant qu’il offre du hosting.

« Il semble que les consommateurs à l’échelle globale ne comprennent pas notre offre. Cela fait déjà trop de discussions autour de cet aspect. Nous ne voulons pas nous enfoncer dans cette brèche. Nous allons plutôt revoir la sécurité à la hausse en offrant le plus haut niveau de sauvegarde pour tous nos clients de tous nos centres de données. Cela va changer les standards de l’industrie, ainsi que notre façon d’offrir nos services », avait expliqué Octave Klaba en annonçant du même coup l’adoption d’une nouvelle politique de sauvegarde gratuite des données de tous les clients.

Source : Ziegler

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ? OVHcloud peut-il être tenu pour responsable de la perte de données de ses clients comme le martèle le cabinet Zigler ?

Voir aussi :

OVHcloud lance le processus d'une éventuelle introduction en bourse selon un porte-parole de l'entreprise
Capgemini et OVHcloud signent un partenariat mondial pour permettre aux organisations de mener leur transformation dans le cloud de manière sécurisée et apporter des solutions cloud robustes
OVHcloud s'associe à Orange Business Services afin d'accompagner les projets de migration et de transformation vers le cloud OVHcloud dans « une approche multifournisseur »
OVHcloud s'associe à IBM et Atempo pour offrir aux organisations européennes une solution de stockage dans le cloud souveraine et compétitive, partenariat basé sur les solutions de stockage sur bande
24  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/01/2022 à 21:17
Près de 60 entreprises, dont un groupe du CAC 40, demandent réparation après l'incendie d'OVH Cloud.
les procédures sont désormais entamées

Dans la nuit du 9 au 10 mars 2021, un incendie s’est déclaré dans l’un des datacenters de la société OVH cloud. Plusieurs entreprises ont été victimes de cet incendie et de nombreux sites internet ont à déplorer une perte irréversible de leurs données. Que les pertes de données n’aient été que temporaires ou définitives, cet incendie a porté, dans tous les cas, un préjudice économique à plusieurs milliers de sociétés.

La CNIL a procédé à la publication d’une note sur son site qui rappelle les règles du RGPD aux propriétaires des sites web affectés par les incidents OVH. S'ils ont perdu des données personnelles, il faut le signaler à l'autorité :

« Suite à l’incendie du 10 mars 2021 ayant eu lieu dans un centre de données d’OVH à Strasbourg, la CNIL rappelle les obligations en matière de notification de violation en cas d’indisponibilité ou de destruction de données personnelles. La destruction de données personnelles (temporaire ou définitive), y compris accidentelle, constitue une violation de données au sens du RGPD. À ce titre, les responsables de traitement qui hébergeaient des données personnelles au sein des infrastructures touchées doivent documenter la violation (les faits, ses effets et les mesures prises pour y remédier) dans un registre tenu en interne. Les sous-traitants doivent informer leurs clients de l'incident afin que ces derniers puissent remplir leurs propres obligations, dont celle de documentation dans le registre des violations tenu en interne par chacun d’entre eux. »

Le cabinet d'avocats parisien Ziegler & Associés a pour sa part amorcé un recours collectif contre OVHcloud. Pour le cabinet, si un accord à l'amiable n'est pas trouvé en termes de préjudice et d'indemnisation, l'affaire prendrait le chemin du tribunal de commerce.

Il faut dire que le 16 mars 2021, le PDG d’OVH avait annoncé que les clients bénéficieraient de trois mois gratuits en cas de coupure de service et d'une gratuité de six mois en cas de perte de données.

À cette même date, le fondateur de la société a également reconnu que beaucoup de clients n’avaient pas compris l’offre d’OVH en matière d’hébergement des données et de la nécessité de souscrire à une offre de sauvegarde complémentaire. Octave Klaba a alors annoncé une modification de la politique d’OVH afin d’accroître la sécurité des données et permettre une option de sauvegarde de données à tous les clients, sans aucun surcoût.

Cette annonce est cruciale car, certains clients n’avaient pas souscrit à l’offre de sauvegarde supplémentaire avant la survenance de l’incendie. Et cela peut avoir un impact sur l’indemnisation future de leurs pertes.

Ainsi, comment les clients dont le préjudice économique est lourd pourront-ils engager la responsabilité d’OVH s’ils sont contraints de ne jamais retrouver leurs données ? Autrement dit, pourront-il obtenir une indemnisation pour les pertes subies ?

La nature juridique des relations établies entre OVH, prestataire de service, et ses clients est contractuelle. Par conséquent, les stipulations contractuelles présentes au sein des conditions générales du fournisseur règlent la question de la responsabilité.

D’autre part, il existe deux grandes catégories de contrat chez ce type d’hébergeurs. On peut donc retrouver un contrat d’hébergement simple qui ne sera pas assorti de services associés ; on peut également retrouver un contrat d’hébergement avec des services ajoutés comme la possibilité de sauvegarde, de mise en place de plan de continuité ou de reprise d’activité etc.

C’est-à-dire que d’un contrat à l’autre, en fonction des options choisies par le client et des clauses rédigées entre les parties, le régime de responsabilité n’est pas le même pour OVH. À titre d’exemple, suivant la disponibilité choisie, OVHCloud dispose entre 9h (99,9%) et jusqu’à 36 jours (90%) pour rétablir les services.

Par conséquent, pour espérer intenter une action en indemnisation, la première question à se poser est de savoir quel type de contrat votre entreprise a conclu avec OVH ?

Ce contrat stipule-t-il l’obligation pour OVH de sauvegarder les données partagées ? À défaut, le client ne pourra engager la responsabilité de l’hébergeur au titre de la perte de données.

Si la sauvegarde de données était comprise dans le contrat, alors il est possible de rechercher la responsabilité d’OVH, car cette dernière aurait dès lors commis une faute contractuelle.

Début novembre, les sept entreprises que le cabinet a fédéré ont été rejoint par 13 entreprises supplémentaires. Cette fois-ci, elles sont 56 et les procédures sont désormais entamées.


Les entreprises qui participent au recours collectif contre OVHcloud sont de divers secteurs : comptabilité, marketing, santé et tourisme. Un accord de confidentialité les lie au cabinet Ziegler & Associés. En vertu de ce dernier, leurs noms sont tenus secrets. L’autre dénominateur commun entre ces personnes morales est qu’elles rapportent des pertes de leurs bases de données suite à l’incendie du mois de mars. Le tableau de l’après incendie c’est un acteur du secteur de la santé qui se retrouve sans aucune information associée aux patients ou une entreprise touristique qui ne sait plus retrouver les détails de réservations de ses clients.

Maître Dakos, avocat chez Ziegler & Associés, travaille sur ce dossier: « Dans ces 56 entreprises, on a une majorité de PME et de TPE, on a aussi quelques grands groupes industriels basés à l’international. On a aussi un groupe du CAC 40 et une administration. On va démontrer dans notre recours qu'OVH aurait pu prendre des mesures, des dispositifs: extincteur automatique, des dispositifs de préventions ».

Les indemnités demandées s’élèvent à plusieurs dizaines de milliers d’euros selon l’avocat. « Les préjudices subis par les entreprises s’échelonnent entre 10 000 euros et 1,9 million d’euros et au total on est sur des sommes considérables de plusieurs millions, voire dizaines de millions d’euros » poursuit l'avocat.

Dans cette affaire, OVH se dédouane de toute « faute » et invoque un cas de « force majeure ». OVHcloud avait consenti a des « gestes commerciaux » au lendemain du sinistre.

Le cabinet d'avocats assure de son côté à OVH l'absence de système d'extinction dans le bâtiment et que les « sauvegardes back-up étaient sur le même serveur que les originales ». Les avocats estiment également que la clause « limitative de responsabilité » ne tient pas et veulent que soient pris en compte « les dommages indirects » subis par les entreprises clientes.

Source : Ziegler & Associés
14  1 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 07/12/2021 à 23:41
Citation Envoyé par defZero Voir le message
LoL, les personnes (j'espère pas des pro ) qui on perdu leurs donner dans cette histoire ne peuvent s'en prendre qu'à elles même.
Justement ceux sont beaucoup de pros. Et non, ils ne sont pas forcément fautifs, mais bien victimes.

On est parmi ces pros, on hébergeait chez OVH, les vitrines commerciales d'un certains nombres de nos clients. L'offre choisit était une offre globale avec sauvegarde assurée par OVH. Rien n'indiquait et ne permettait de choisir, dans le contrat d'hébergement, l’emplacement des sauvegardes réalisées. Mais la terminologie utilisée dans le contrat pouvait laisser penser à une sauvegarde sécurisée et redondante.
Dans les faits, comme l'incendie l'a révélé, rien de tout ça.

Une partie de nos clients ont perdus leur site, mais pas tous, malgré l'offre globale que l'on avait acheté à OVH.
Parmi ceux qui ont perdus leur site, une large partie a aussi perdu les sauvegardes, mais pas tous. Tout le contenu de SBG2 n'était pas forcément sauvegardé à SBG2. Dans notre cas, certaines sauvegardes étaient sur SBG3 et 4, d'après les infos qu'OVH avait donné, quelques rares, ailleurs, Roubaix il me semble.

Je peux te dire qu'il y a une armée d'avocats à éplucher les contrats, et c'est pas nous, le client, qui sommes coupables, mais bien OVH. Coupables, oui, de négligences, entre-autre, mais maintenant condamnable, cela reste une autre histoire.
12  1 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/12/2021 à 19:25
« Il semble que les consommateurs à l’échelle globale ne comprennent pas notre offre. Cela fait déjà trop de discussions autour de cet aspect. Nous ne voulons pas nous enfoncer dans cette brèche. Nous allons plutôt revoir la sécurité à la hausse en offrant le plus haut niveau de sauvegarde pour tous nos clients de tous nos centres de données. Cela va changer les standards de l’industrie, ainsi que notre façon d’offrir nos services »
Çà c'est se moquer du monde.

Changer les standards de l'industrie en ne laissant pas la sauvegarde au même endroit que les données à protéger même l'amateur qui recherche "sauvegarde" sur son moteur de recherche préféré trouvera dés la première réponse le principe élémentaire du 3-2-1, non respecté par OVH.

Ok c'est une faute importante de la part des clients que de confier au prestataire A la sauvegarde de ses données qui sont déjà chez le prestataire A mais prétendre être dans les standards de l'industrie avec leurs sauvegardes locales c'est se moquer du monde.
D'ailleurs ils disent qu'il y a des sauvegardes qui ont été perdues mais vu ce qu'elles sont devenues et cet endroit stupide où elles étaient on est en droit d'imaginer qu'elles n'existaient pas du tout les sauvegardes.
10  0 
Avatar de ensi_en
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 08/12/2021 à 16:17
Citation Envoyé par defZero Voir le message
LoL, les personnes (j'espère pas des pro ) qui on perdu leurs donner dans cette histoire ne peuvent s'en prendre qu'à elles même.
Sérieux ?
Quand on paye pour une option de sauvegarde on est censé avoir des sauvegardes en cas de problème, ce n'est pas aux clients de gérer où et comment sont fait ces sauvegardes c'est une des raisons pour lesquelles on utilise un service de cloud.
Et si un incident arrive à tous les centres de données de OVH vous allez dire que c'est la faute des clients parce qu'ils n'ont pas fait des sauvegardes chez un autre fournisseur dans un autre pays ?
6  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/12/2021 à 16:55
Évidement que les pros qui se sont fait avoir ont fait une faute, la valeur d'une solution SI ce sont les données, leur sécurité doit être étudiée et à mon avis un principe de base pour garantir que la sauvegarde ne soit pas au même endroit que la prod c'est de ne pas la confier au même prestataire que la prod.

Par contre quand le patron d'OVH dit "Cela va changer les standards de l’industrie" je maintiens qu'il se moque du monde car un "truc" qui est au même endroit que la prod et soumis au mêmes risques on ne peut pas appeler ça un standard de l'industrie en matière de sauvegarde alors que bon nombres d'amateurs ont compris le principe du 3-2-1.

@zapnico, communiquant de OVH fraichement inscrit. Non OVH n'est pas irréprochable. A minima ils sont en défaut de conseil, terme juridique très important qui fait l'objet d'une jurisprudence longue comme le bras.
Et ils sont mauvais pas que sur les sauvegardes. Pour ma part je suis en train de les quitter peu à peu pour une autre raison ; j'en ai marre de recevoir des factures de 0€ avec des trucs illisibles dessus ainsi que de recevoir une facture pour un hébergement, une autre pour le DNS (1.1€ TTC), une autre à 0€ pour le low latency, le tout avec des décalages qui se sont créés entre des services commandés ensemble pour la même durée. De plus le service client a qui on signale ces décalages nous explique que c'est de notre faute alors qu'on vient de leur expliquer qu'on a renouvelé 3 services qui fonctionnent ensembles et que c'est OVH qui a ajouté 12 mois par ci, 11 par là et 8 par ici.

On dit qu'il faut aller voir l’état des sanitaires d'un restaurant pour connaitre l’état des cuisines, moi je considère que l’état de la facturation donne une idée de la qualité de gestion et de la considération client.
4  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/01/2022 à 9:42
...un contrat d'hébergement devrait systématiquement contenir une clause d'intégrité de la data qu'il héberge, et pas juste l'accès au service, à la machine.
Viendra alors la granularité en fonction des besoins : intégrité absolue, quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ...et l'option "sans garantie d'intégrité" pour bénéficier d'une ristourne.

Les clients payaient pour accéder à un terrain vague où entreposer de la donnée, et pensaient avoir souscrit à un château-fort (ou ont prix conscience qu'ils le devraient).
La faute à une législation trop souple permettant au marketing de magnifier son produit par un discours exagéré, volontairement flou par parties ? (dont le vendeur ne fait que tirer partie)
...ou bien la faute au client, ne lisant pas toutes les clauses et ne prenant pas le temps de d'anticiper en se projetant dans de multiples et fastidieux scénario, les analyser, etc. ...ne cherchant pas à comprendre ce qu'il ne comprend pas ? >> c'est important ? pourquoi, quels sont les enjeux concrets ?
3  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/12/2021 à 17:35
Citation Envoyé par avion-f16 Voir le message
Le mauvais choix d'une solution, par mauvais conseil ou manque de compréhension/compétences, c'est pas du ressort du prestataire (encore une fois, c'est stipulé dans les contrats que OVH n'est pas responsable d'un tel choix inadapté).
si c'est du ressort du prestataire de service, regardez ce qu'est le défaut de conseil.

Citation Envoyé par avion-f16 Voir le message
Edit2: Je relate tout à fait cette situation à mon quotidien, travaillant moi-même chez un hébergeur de plus petite envergure, nous devons faire face à certains clients qui tentent de nous porter responsables de leurs propres fautes / incompétences. Entre les prétendus développeurs WordPress qui savent pas comment réagir face à une page blanche et faudrait qu'on travaille pour eux gratuitement (car hors prestation) parce qu'ils ne comprennent pas ce qu'il se passe sur leur script PHP (ils ont choisir un hébergeur, alors que ce dont ils ont besoin, c'est plutôt un développeur ou une agence Web), les clients qui effacent des données par accident et qui pleurnichent car il n'y a aucune sauvegarde et ils s'étonnent de l'apprendre (pourtant c'est pas écrit dans l'offre, et le contrat indique qu'ils doivent faire leurs backups), les clients qui prennent l'hébergement classique (pas de redondance, pas de cloud, ... bref du mutualisé simple) et qui ne supportent pas que leur site soit de temps en temps inaccessible pour maintenance (environ 2h par mois, et encore), ou quand au bout de 3 ans, le site est inaccessible un jour ou deux suite à une défaillance matérielle (faut croire que dans leur esprit, un serveur ne tombe jamais en panne au niveau matériel) et qui, à en croire leur parole, cela engendre des pertes de plusieurs centaines d'euros. Si c'était le cas, pourquoi ne pas placer son site sur un truc redondé, payer 20€/mois au lieu de 1.5€/mois, ça reste des miettes si leur site rapporte réellement des centaines par jour. Je constate quotidiennement ces mauvais choix, ces mauvaises stratégies de continuité, mais comme la souligné zapnico, l'hébergeur propose une solution technique mais il revient au client de comprendre ce qui est offert, ou à défaut, de faire appel à des conseillers. Quand on veut se servir soit-même, faut pas venir pleurer si on a pris le mauvais outil. Cela ne signifie pas que l'outil est mauvais.
Là vous êtes hors sujet. On ne parle pas d'un client qui veut un truc qu'il n'a pas acheté, on parle de clients a qui on a vendu un truc minable en lui donnant le nom de "sauvegarde", c'est a dire le nom de quelquechose qui a un sens bien clair dans le langage courant.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/12/2021 à 20:10
Non OVH n'est pas irréprochable. A minima ils sont en défaut de conseil
Pour les offres professionnelles, comme elles sont censés être prises par des professionnels, je suis pas sûr que l'argument tienne la route juridiquement.

Les contrats OVH sont clairs sur le fait qu'OVH n'est pas responsable de la gestion de la continuité des activités du clients, que le client a l'obligation de veiller à effectuer ses propres sauvegardes. Dans les contrats, je ne vois aucune exception faite à cette obligation du client même lorsque l'offre inclut (de base ou en option) des sauvegardes automatiques.
C'est là que tout va se jouer juridiquement. Est-ce clairement précisé dans leur contrat que les sauvegardes sont redondantes et dans un site différent ? Si ce n'est pas le cas, juridiquement ils pourront évoquer un cas de force majeure. Ca va être une bataille juridique.

Compte-tenu des contrats OVH, je ne trouve pas sur quelle base légale ou contractuelles, ces clients peuvent faire porter la responsabilité à OVH
la base légale pourrait être une clause abusive de leur contrat les désengageant de leur responsabilité, si il y en a une.
Ils ont une clause disant qu'ils "ne sont pas en charge de la gestion de continuité du client et notamment des opérations de sauvegardes". Ceci peut-il être considéré comme une clause abusive si ils fournissent des sauvegardes ? Et là encore quid du cas de force majeure ?

un truc de "sauvegarde" alors que ça ne respecte pas les standards de l'industrie
Y a t'il réellement un standard de l'industrie qui leur est opposable devant un tribunal ?

Même si il s'avère que juridiquement ils ne sont pas responsables (tant qu'il n'y a pas de jugement on ne sais pas), ça leur coute et va leur couter en réputation, pour un problème qui aurait pu être évité, c'est pas comme si ils avaient pas les ressources.

Le défaut de conseil par exemple. Le Client a acheté une sauvegarde , il ne peut pas en disposer et ça a des conséquences majeures
Je pense pas que se soit gagné d'avance, toujours le cas de force majeure. Sauf si celui-ci ne peut pas être invoqué vu la situation. L'avenir nous le dira.
2  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/12/2021 à 0:15
C'est des conneries, un client lambda ne peut pas s'imaginer qu'un hébergeur prétendument "cloud" sera assez débile pour avoir la sauvegarde au même endroit que le serveur sauvegardé. Aucun protocole de test n'aurait détecté cette énorme connerie.
Par ailleurs pour moi leurs CGV sont illégales, OVH sait très bien que personne ne lit leurs CGV, et ils ont même fait leur application pour ça, c'est possible de cliquer de suite sur accepter, sans même les lire, ni même les voir, ce qui est totalement illégal, et qu'y as-t'il écrit dedans en petit caractère : "Si jamais il y a une panne ou que vous perdez toute vos données, et que la sauvegarde OVH ne marche pas, et bien vous savez quoi ? allez vous faire foutre ! ".

La vérité c'est que OVH a fait de la pub mensongère, que les clients ont été arnaqués, et j'espère que le juge donnera raison aux plaignants, qui sont parfaitement dans leur bon droit.
Le juge ne doit pas tenir compte des CGV illégales, il doit regarder la plaquette commerciale, OVH a vendu une sauvegarde, il doit fournir la sauvegarde, et sinon à défaut ils doivent dédommager le client du préjudice subit, de 100 Millions d'euros par client si besoin, c'est normal.
5  3