IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mozilla s'est associé à la salle de presse The Markup pour la "chasse aux pixels de Facebook"
Afin de découvrir comment Meta suit les utilisateurs sur le Web et ce qu'il fait des données collectées

Le , par Sandra Coret

57PARTAGES

9  1 
Facebook collecte des données sur les personnes en ligne et les utilise pour adapter le contenu et la publicité. Cependant, la manière exacte dont il s'y prend reste quelque peu mystérieuse.

Mozilla s'est associé à la salle de presse à but non lucratif The Markup pour ce qu'elle appelle la "chasse aux pixels de Facebook", afin de découvrir comment Meta suit les gens sur le web grâce à son réseau publicitaire alimenté par des pixels, et ce qu'il fait des données collectées.

Rally (une plateforme de partage de données privilégiant le respect de la vie privée, créée par Mozilla l'année dernière) et The Markup parlent de leur collaboration :

"Selon sa propre politique de confidentialité, Facebook peut collecter des informations vous concernant sur le web, même si vous n'avez pas de compte Facebook. L'une des façons dont Facebook effectue ce suivi est par le biais d'un réseau de pixels qui peuvent être installés sur de nombreux sites que vous visitez. En participant à cette étude, vous aiderez Rally et The Markup à enquêter et à faire un rapport sur les endroits où Facebook vous suit et sur le type d'informations qu'il collecte."

L'étude sur la chasse aux pixels Facebook recueillera les données suivantes auprès des volontaires :

  • les données envoyées aux pixels Facebook pendant la navigation ;
  • les URL des pages web consultées ;
  • le temps passé à naviguer sur les pages ;
  • la présence de cookies de connexion Facebook dans le navigateur ;
  • une enquête d'étude à laquelle l'utilisateur répond ;
  • les métadonnées sur les URL visitées :
    - l'URL complète de chaque page web sur laquelle l'utilisateur se trouve,
    - le temps passé à naviguer et à lire des médias sur chaque page web,
    - la distance parcourue sur la page web.


Mozilla tient à préciser qu'elle n'utilisera pas les données recueillies à des fins malveillantes :

"Cette étude ne partagera pas les données de mesures granulaires avec des tiers. Tous les efforts pour agréger et analyser les données seront faits dans l'environnement d'analyse sécurisé de Mozilla. Une fois l'analyse terminée, nous supprimerons toutes les données brutes. Tous les rapports de The Markup n'utiliseront que des données agrégées et anonymisées."


Facebook a vivement tenté d'annuler et de combattre les fonctionnalités de suivi et de transparence d'iOS 14 d'Apple, qui permettraient aux utilisateurs d'empêcher le siphonnage de leurs données ; les notes et documents de Frances Haugen qui ont fuité ont jeté beaucoup de lumière sur les pratiques douteuses de Facebook et de Meta en matière de stockage des données ; il y a eu un véritable tollé lorsque WhatsApp a révélé qu'elle commencerait à partager les données collectées sur les utilisateurs avec Meta, car absolument personne ne leur fait confiance. Une grande partie de la mauvaise volonté des individus à l'égard de Facebook provient essentiellement du fait que l'entreprise a très clairement pris part au siphonnage de données, et a ensuite refusé catégoriquement d'assumer les ramifications de ces actions.

Télécharger le module complémentaire Rally et participer à l'étude

Source : Mozilla

Et vous ?

Que pensez-vous de ce projet ?
Allez-vous participer ?

Voir aussi :

Voici pourquoi Facebook continue à collecter les données des personnes même lorsque leurs comptes sont désactivés, et à établir leurs profils

Facebook poursuit l'Ukrainien qui a collecté les données de 178 millions d'utilisateurs de sa plateforme et les a vendues sur un forum clandestin de cybercriminalité

Facebook est poursuivi en justice pour avoir prétendument collecté les données biométriques de 100 millions d'utilisateurs Instagram, et risque jusqu'à 500 milliards de dollars en dommages-intérêts

Des recherches révèlent que les applications de médias sociaux en savent beaucoup trop sur vous, Facebook s'avère être le pire contrevenant à cet égard, suivi de près par sa filiale Instagram

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 14:09
Un juge autorise Facebook à payer 90 Millions de dollars pour régler un recours collectif en matière de confidentialité des données de 2012,
qui l'accusait de suivre l'activité des utilisateurs.

Le tribunal de district américain du district nord de Californie a accordé l'approbation préliminaire d'un règlement de 90 millions de dollars avec Meta Platforms, la société mère de Facebook, pour résoudre un recours collectif de longue date accusant Facebook de suivre les activités de ses abonnés sur des sites Web autres que Facebook - même lorsqu'ils sont déconnectés de leurs comptes Facebook. La composante monétaire en fait le septième plus grand règlement de recours collectif en matière de confidentialité des données à recevoir l'approbation préliminaire du tribunal.

Les personnes qui, entre le 22 avril 2010 et le 25 septembre 2011 inclus, étaient des utilisateurs de Facebook aux États-Unis et ont visité des sites Web autres que Facebook qui affichaient le bouton Facebook J'aime, peuvent être éligibles à un paiement du fonds de règlement.


En février, une proposition de règlement préliminaire a été déposée auprès du tribunal de district américain de San Jose, en Californie, et nécessitait l'approbation d'un juge (ce qui est désormais le cas). L'accord exige également que Facebook supprime les données qu'il a collectées de manière inappropriée.

Les utilisateurs ont accusé Facebook, l'unité Meta Platforms Inc, d'avoir violé les lois fédérales et nationales sur la protection de la vie privée et les écoutes téléphoniques en utilisant des plug-ins pour stocker des cookies qui permettent de savoir quand ils visitent des sites Web extérieurs contenant des boutons « J'aime » de Facebook. Même si l'utilisateur n'a pas interagi avec ce plug-in, Facebook a pu suivre son activité sur le Web, affirment les plaignants.

« Lorsque les cookies de session et de suivi de Facebook lient les URL à des personnes spécifiques, l'anonymat disparaît », allègue le recours collectif de suivi de Facebook. « Facebook peut relier la navigation Web de plus d'un milliard de personnes à leur identité réelle ».

Facebook aurait ensuite compilé les historiques de navigation des utilisateurs dans des profils qu'il vendait à des annonceurs.


Les plaignants dans l'affaire affirment que Facebook a promis de ne jamais recevoir de cookies d'identification de l'utilisateur via des plug-in de sites Web tiers si les utilisateurs étaient déconnectés de Facebook lors de l'interaction avec ces sites. Malgré cette promesse, Facebook aurait omis de supprimer tous les cookies d'identification des utilisateurs, permettant à l'entreprise de suivre l'activité des utilisateurs et de faire correspondre cette activité à des identités d'utilisateurs spécifiques.

Le recours collectif consolidé de Facebook soutient que les utilisateurs ont vu leurs droits à la vie privée violés par cette conduite. Plus précisément, la plainte comprend des réclamations en vertu de la loi fédérale sur l'écoute électronique et de la loi sur les communications stockées.

L'affaire avait été rejetée en juin 2017, mais a été relancée en avril 2020 par une cour d'appel fédérale, qui a déclaré que les utilisateurs pouvaient essayer de prouver que la société basée à Menlo Park, en Californie, avait tiré un profit injuste et violé leur vie privée.

Les efforts ultérieurs de Facebook pour persuader la Cour suprême des États-Unis de se saisir de l'affaire n'ont pas abouti.

Selon les documents relatifs au règlement, la société a nié avoir commis des actes répréhensibles, mais a conclu un accord pour éviter les coûts et les risques d'un procès.

Le règlement « est dans le meilleur intérêt de notre communauté et de nos actionnaires et nous sommes heureux de pouvoir dépasser ce problème », a déclaré Drew Pusateri, porte-parole de Meta, dans un courriel.

Le règlement couvre les utilisateurs de Facebook aux États-Unis qui, entre le 22 avril 2010 et le 26 septembre 2011, ont visité des sites Web non Facebook qui affichaient le bouton "J'aime" de Facebook.

Les avis par courrier électronique de l'administrateur des réclamations, Angeion, ont commencé à être envoyés et continueront par lots jusqu'au 15 juillet 2022. Les destinataires d'un avis par courrier électronique doivent noter un identifiant et un code de confirmation dans le coin supérieur gauche, qui doivent être utilisés lors de la soumission de leur réclamation. Cependant, même ceux qui ne reçoivent pas d'avis par courrier électronique sont toujours autorisés à déposer une réclamation, et l'administrateur déterminera s'ils sont éligibles.

Depuis le lancement quelques années déjà, la société de médias sociaux multiplie les scandales répétés en matière de confidentialité des données.

Aux termes du règlement sur le suivi des utilisateurs de Facebook, le fonds de 90 millions de dollars sera réparti entre les membres du groupe en parts égales du fonds de règlement. Les montants exacts des paiements varieront en fonction du nombre de réclamations déposées avec le règlement. Plus il y a de membres du groupe qui participent, plus les paiements seront petits - et vice versa.

Les avocats des plaignants prévoient de réclamer des frais de justice à hauteur de 26,1 millions de dollars, soit 29 %, sur le fonds de règlement. L'action en justice a débuté en février 2012.

Facebook a fait face à d'autres plaintes relatives à la protection de la vie privée. En juillet 2019, l'entreprise a accepté de renforcer ses mesures de protection de la vie privée dans le cadre d'un accord conclu avec la Federal Trade Commission des États-Unis, qui prévoyait également une amende de 5 milliards de dollars.

Source : Site Web du recours collectif

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
6  0 
Avatar de Sandra Coret
Communiqués de presse https://www.developpez.com
Le 16/02/2022 à 8:43
Facebook a accepté de payer 90 millions de dollars pour mettre un terme à une action en justice vieille de dix ans qui l'accusait de suivre l'activité des utilisateurs sur Internet, même après déconnexion

Une proposition de règlement préliminaire a été déposée auprès du tribunal de district américain de San Jose, en Californie, et nécessite l'approbation d'un juge. L'accord exige également que Facebook supprime les données qu'il a collectées de manière inappropriée.

Les utilisateurs ont accusé l'unité Meta Platforms Inc d'avoir violé les lois fédérales et nationales sur la protection de la vie privée et les écoutes téléphoniques en utilisant des plug-ins pour stocker des cookies qui permettent de savoir quand ils visitent des sites Web extérieurs contenant des boutons "J'aime" de Facebook.

Facebook aurait ensuite compilé les historiques de navigation des utilisateurs dans des profils qu'il vendait à des annonceurs.

L'affaire avait été rejetée en juin 2017, mais a été relancée en avril 2020 par une cour d'appel fédérale, qui a déclaré que les utilisateurs pouvaient essayer de prouver que la société basée à Menlo Park, en Californie, avait tiré un profit injuste et violé leur vie privée.

Les efforts ultérieurs de Facebook pour persuader la Cour suprême des États-Unis de se saisir de l'affaire n'ont pas abouti.

Selon les documents relatifs au règlement, la société a nié avoir commis des actes répréhensibles, mais a conclu un accord pour éviter les coûts et les risques d'un procès.

Le règlement "est dans le meilleur intérêt de notre communauté et de nos actionnaires et nous sommes heureux de pouvoir dépasser ce problème", a déclaré Drew Pusateri, porte-parole de Meta, dans un courriel.


Le règlement couvre les utilisateurs de Facebook aux États-Unis qui, entre le 22 avril 2010 et le 26 septembre 2011, ont visité des sites Web non Facebook qui affichaient le bouton "J'aime" de Facebook.

Les avocats des plaignants prévoient de réclamer des frais de justice à hauteur de 26,1 millions de dollars, soit 29 %, sur le fonds de règlement. L'action en justice a débuté en février 2012.

Facebook a fait face à d'autres plaintes relatives à la protection de la vie privée.

En juillet 2019, l'entreprise a accepté de renforcer ses mesures de protection de la vie privée dans le cadre d'un accord conclu avec la Federal Trade Commission des États-Unis, qui prévoyait également une amende de 5 milliards de dollars.

Lundi, le procureur général du Texas a intenté une action en justice contre Meta, affirmant qu'elle avait collecté des données de reconnaissance faciale sans l'autorisation des utilisateurs. en savoir plus

L'affaire est la suivante : In re : Facebook Internet Tracking Litigation, U.S. District Court, Northern District of California, No. 12-md-02314.

Source : Cour de district des États-Unis, district nord de la Californie

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Facebook, devenu Meta, vient d'être frappé par son premier procès important depuis qu'une dénonciatrice a révélé une foule de documents internes, les plaignants réclament 100 milliards de dollars

Le procès antitrust visant à démanteler Facebook Meta peut avoir lieu, selon la décision d'un juge américain, la Federal Trade Commission veut forcer Facebook à revendre Instagram et de WhatsApp

Le procureur général du Texas poursuit Facebook pour avoir prétendument collecté des données de reconnaissance faciale, sans consentement des utilisateurs

Des réfugiés rohingyas poursuivent Meta (Facebook) et demandent plus de 150 milliards de dollars, alléguant que le réseau social a contribué à favoriser le génocide de 10 ans au Myanmar

Meta fait face à un recours collectif de 2,76 milliards d'euros au Royaume-Uni pour donner une compensation aux 44 millions d'utilisateurs Facebook, dont les données ont été exploitées
4  0 
Avatar de lapourgagner
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 15:46
Citation Envoyé par phedra60 Voir le message
Bonjour,
Quelle est cette histoire de "réseau de pixel" ?
FB ne peut modifier les pages web que vous visitez pour y ajouter des pixels... Je ne comprends donc pas !
Quelqu'un peut-il m'éclairer là-dessus ?

Merciii
Les pixels sont ajoutés volontairement par les webmasters: https://fr.ryte.com/wiki/Pixel_espion
3  1 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 14:48
Citation Envoyé par Pierre Fauconnier Voir le message
Sources svp...
Ce n'est pas 2007 mais 2008 source Snowden et PRISM.
Pour l'indemnisation, c'est terminé mais au début oui. Ils en ont même fait un film après les révélations de Snowden dont j'ai juste vu la bande annonce sur netflix.

Sinon par rapport à la news, je trouve que 90 millions de dollars, ce n'est pas cher payé et peu dissuasif.
1  0 
Avatar de phedra60
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 15:18
Bonjour,
Quelle est cette histoire de "réseau de pixel" ?
FB ne peut modifier les pages web que vous visitez pour y ajouter des pixels... Je ne comprends donc pas !
Quelqu'un peut-il m'éclairer là-dessus ?

Merciii
0  0 
Avatar de phedra60
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 16:38
Citation Envoyé par lapourgagner Voir le message
Les pixels sont ajoutés volontairement par les webmasters: https://fr.ryte.com/wiki/Pixel_espion
Merci. Du coup, déjà, c'est pour ceux qui n'ont pas accès à l'access log d'Apache ( ou autre ), parce que la plupart des données sont dessus. Il manque effectivement la durée de lecture de la page, ainsi que les mouvements de la souris qui doivent pouvoir être captés grossièrement par ce réseau de pixel.
Après, je ne vois toujours pas pour FB : quel est l'objectif du dev ou webmaster qui ajoute cette image ?
Ils ajoutent la mini image qui provient de FB, et ensuite, ils font quoi ? C'est toujours FB qui contient ces infos, donc le seul intérêt serait si FB fournit un écran ( une page ) avec des stats... Cet écran existe vraiment ?
0  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/01/2022 à 16:19
Citation Envoyé par phedra60 Voir le message
Merci. Du coup, déjà, c'est pour ceux qui n'ont pas accès à l'access log d'Apache ( ou autre ), parce que la plupart des données sont dessus.
C'est bien le cas en effet.

Citation Envoyé par phedra60 Voir le message
Il manque effectivement la durée de lecture de la page, ainsi que les mouvements de la souris qui doivent pouvoir être captés grossièrement par ce réseau de pixel.
On n'a jamais vu un pixel donner de telles informations il me semble...

Citation Envoyé par phedra60 Voir le message
Après, je ne vois toujours pas pour FB : quel est l'objectif du dev ou webmaster qui ajoute cette image ?
Le DEV et le WEBMASTER n'ont rien à décider, ils obéissent aux consignes du client, et si le client a un accord avec FB car il y a des liens FB sur ses pages, ils implémentent ces pixels espions.

Citation Envoyé par phedra60 Voir le message
Ils ajoutent la mini image qui provient de FB, et ensuite, ils font quoi ? C'est toujours FB qui contient ces infos, donc le seul intérêt serait si FB fournit un écran ( une page ) avec des stats... Cet écran existe vraiment ?
C'est même le but, le client et FB ont accès à ces informations, pas l'utilisateur lambda.
1  1 
Avatar de Pierre Fauconnier
Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
Le 18/01/2022 à 9:25
Citation Envoyé par segments Voir le message
Facebook est subventionné de la part de la NSA depuis 2007. Ce n'est pas pour nos beaux yeux
Sources svp...
0  0 
Avatar de jmc_plus
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 10:23
J'ai ajouté dans mon fichier host :
# blocage des réquêtes espion Facebook
127.0.0.1 facebook.com
127.0.0.1 www.facebook.com
127.0.0.1 facebook.net
127.0.0.1 www.facebook.net
127.0.0.1 fr-fr.facebook.com
127.0.0.1 facebook.fr

J'ai juste ?
0  0