IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Web3 peut-il changer le monde ? Il ne serait pas seulement une nouvelle fumisterie,
Selon Ewan Kirk, entrepreneur en technologie, « il ne faut surtout pas croire au battage médiatique »

Le , par Bruno

52PARTAGES

7  0 
Selon certains partisans et ses fondateurs, le Web3 est une technologie internet, radicalement actualisé, qui va débloquer une nouvelle ère de coopération et de créativité humaines. Il s'agira de prendre le Web2 actuel et d'y ajouter des blockchains. Cependant, pour Ewan Kirk, entrepreneur en technologie et fondateur de Cantab Capital Partners, iIl ne faut surtout pas croire au battage médiatique autour du Web3 « il ne va pas changer le monde. Le Web3 n'est qu'une nouvelle version de la technologie blockchain dont nous discutons depuis dix ans. »

Rappelons que le terme Web3 a été inventé en 2014 par Gavin Wood, un informaticien anglais. À l'époque, il venait de participer au développement de l'Ethereum, la blockchain qui sous-tend l'ether, la deuxième cryptomonnaie la plus populaire après le bitcoin en matière de notoriété et de taille de marché. Wood pense que la conception actuelle du We2 n'est pas une bonne solution, pour plusieurs raisons. « L'une d'elles est qu'il est très difficile de réglementer les nouvelles industries. Le gouvernement est lent, il lui faut un certain temps pour rattraper son retard. Une autre est que les régulateurs sont imparfaits », a-t-il déclaré.


Pour ses fondateurs, les plateformes et les applications construites sur le Web3 ne seront pas détenues par un gardien central, mais par les utilisateurs, qui gagneront leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services. « Le Web3 est une façon de gérer le traumatisme de la perte d'un grand avenir possible pour l'Internet », déclare Niels Ten Oever de l'université d'Amsterdam. Beaucoup sont convaincus des potentiels de ce Web3.

Selon Wood et ses partisans, dans le Web3, les développeurs ne construisent et ne déploient généralement pas d'applications qui s'exécutent sur un seul serveur ou qui stockent leurs données dans une seule base de données (généralement hébergée et gérée par un seul fournisseur de cloud). Au lieu de cela, les applications Web3 s'exécutent soit sur des blockchains, soit sur des réseaux décentralisés de nombreux serveurs, soit sur une combinaison des deux qui forme un protocole "cryptoéconomique". Ces applications sont souvent appelées "dapps" (decentralized apps - applications décentralisées). Ce terme est très utilisé dans l'espace Web3.

Pour obtenir un réseau décentralisé stable et sécurisé, les participants au réseau (les développeurs) sont incités et se font concurrence pour fournir des services de la plus haute qualité à toute personne utilisant le service. Ainsi, lorsque les gens parlent du Web3, vous remarquez que les cryptomonnaies font souvent partie de la conversation. Cela s'explique par le fait que les cryptomonnaies jouent un rôle important dans nombre de ces protocoles. Elles fournissent une incitation financière (jetons) à quiconque souhaite participer à la création, à la gouvernance, à la contribution ou à l'amélioration de l'un des projets eux-mêmes.

Selon Kirk, le battage médiatique autour de Web3 n'est qu'un rappel supplémentaire de la mémoire à court terme de l'industrie technologique. « Pour quelqu'un qui a extrait des bitcoins depuis 2012, il est clair que Web3 n'est qu'une nouvelle version de la technologie blockchain dont nous discutons depuis dix ans », a-t-il déclaré. « Les adeptes de Web3 veulent ajouter une couche de blockchain à notre infrastructure Internet et décentraliser radicalement le réseau, du moins c'est ce qu'ils prétendent. »

Au lieu que les services et les données en ligne soient fournis à partir de serveurs centralisés appartenant à des sociétés comme Amazon, Google et Facebook, ils seront fournis à partir de la blockchain, hors du contrôle d'une seule organisation ou personne.

Crypto, drogues et chantage

Ewan Kirk estime que nous devons nous pencher sur la technologie blockchain. « Les blockchains sont généralement définies comme des bases de données distribuées, publiques, immuables et sans confiance. » Pour le fondateur de Cantab Capital Partners, le fonds spéculatif basé à Cambridg, à moins que l’utilisateur n'essaie de créer une cryptomonnaie, d'acheter de la drogue ou de faire chanter une entreprise à l'aide d'un rançongiciel, il n'y a pas vraiment de cas d'utilisation raisonnable pour une blockchain et Web3 ne change rien à cela.

Bases de données distribuées

Pour Kirk, la distribution pose un problème d'évolutivité. « Le coût de la distribution d'une base de données est que chaque copie doit être correcte. C'est une chose incroyablement coûteuse à garantir. Pensez à toutes les copies de la blockchain du bitcoin dans le monde. Elles doivent toutes être synchronisées », indique-t-il.
« Autrefois, chaque nœud pouvait avoir sa propre copie, mais aujourd'hui, elle représente près de 400 gigaoctets. Ainsi, la plupart des personnes qui utilisent la blockchain bitcoin n'ont pas réellement leur propre copie. En tant que telle, elle n'est pas largement distribuée. »

Bases de données publiques

Pour Ewan Kirk, les bases de données publiques ne sont pas toujours une excellente chose. « Le web est vraiment une base de données publique géante. Mais si vous voulez stocker vos factures, vos listes de clients ou vos données financières, avoir une base de données publique est une très mauvaise idée. » « Vous pourriez, bien sûr, avoir une blockchain privée. Mais alors quel est l'intérêt ? » Se questionne l’entrepreneur en technologie. « Vous pourriez tout aussi bien avoir une base de données SQL privée », ajoute-t-il.

Bases de données immuables

Les blockchains sont généralement définies comme des bases de données immuables. Cependant, selon Ewan Kirk, l'immuabilité a ses inconvénients. « Les blocs de la blockchain sont, à toutes fins utiles, complètement fixes. Cela signifie qu'une transaction effectuée de manière erronée ou illégale ne peut jamais être modifiée. Ou des données erronées ne peuvent jamais être modifiées », declare-t-il.

Selon Kirk, en dehors des cryptoactifs, il n'existe aucune activité qui fonctionne dans un environnement sans confiance. « Je fais confiance à ma banque pour ne pas voler mon argent, je fais confiance à la compagnie de gaz pour me facturer correctement, je fais confiance à mes amis pour me payer l'argent qu'ils me doivent. Ce qui est ironique, c'est que malgré la propagande sur le fait de ne pas faire confiance au gouvernement, la plupart des enthousiastes de la cryptomonnaie font confiance à des échanges incroyablement douteux et à des actifs crypto manifestement frauduleux », a-t-il déclaré.

Alors où est l'utopie numérique ?

Voici, ci-dessous, ce que pense l’entrepreneur en technologie, Ewan Kirk :

« La blockchain du bitcoin gère un peu moins de trois transactions par seconde, ce qui nécessite des quantités incroyables d'électricité pour fonctionner. Certains prétendent que la blockchain utilise de plus en plus d'électricité provenant de sources renouvelables, mais c'est un faux-fuyant. Si le bitcoin utilise cette énergie renouvelable, alors quelqu'un d'autre doit utiliser du charbon et du gaz pour alimenter sa maison. »

« Il ne fait aucun doute que d'autres diront que leur propre blockchain préférée est plus efficace et représente l'avenir du Web3. Mais toutes les blockchains sont beaucoup plus inefficaces que n'importe quelle alternative. Par exemple, l'ethereum, la blockchain actuellement privilégiée pour Web3, utilise la même quantité d'énergie que les Pays-Bas. Le bitcoin ne produit rien. Il ne fait que détruire l'environnement.

« Mais si le Web3 et la blockchain n'ouvrent peut-être pas la voie à une utopie numérique tant promise, il y a tout de même des raisons d'être optimiste : nous vivons désormais à une époque où le coût du stockage des données et de la bande passante tend de plus en plus vers zéro. Dans un monde où le stockage de données et la bande passante ne sont plus des biens rares, de nouveaux modèles commerciaux et de nouvelles opportunités ne manqueront pas d'apparaître », Ewan Kirk.

Source : Analyse du Web3 by Ewan Kirk


Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Que pensez-vous du Web3 ? Pensez-vous qu'il existe assez de battage médiatique à ce sujet ?

Pensez-vous comme Ewan Kirk qu'il ne va pas changer le monde ?

Pensez-vous que l'on soit en présence d'une escroquerie ?

Pensez-vous que le Web2 nécessite des améliorations ? Si oui, lesquelles ?

Voir aussi :

Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"

Elon Musk : « le métavers n'est pas convaincant et le Web3 relève plus du marketing que de la réalité », il pense que le Web3 est concept "nébuleux"

Microsoft aurait bloqué toutes les solutions de contournement du navigateur par défaut dans Windows 10 et Windows 11

Windows 11 : Mozilla réussit à contourner les paramètres de navigateur par défaut à la peau dure de Microsoft, et rend plus facile de choisir Firefox

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/02/2022 à 22:16
Citation Envoyé par tobias45 Voir le message
Sans oublier ce est est largement passé sous silence par les anti-bitcoin : Ce sont des surplus énergétique qui sont utilisé (sinon ce serait pas rentable)
100% faux, par exemple des fermes de bitcoins qui utilisaient du courant volé, ou alors qui ont remis en service des centrales à charbon, ou encore d'autres qui ont causé une pénurie et des blacks out dans plusieurs pays.

Tu crois que quelqu'un ici va croire à ton ramassis de mensonges ridicule ?
11  1 
Avatar de Rolllmops
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2022 à 12:34
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Pensez-vous que l'on soit en présence d'une absurdité ? Pourquoi ?
En tout cas, on voit que dans les faits la promesse d'un web décentralisée n'est pas remplie. La dépendance à certaines plateformes reste forte, on le voit régulièrement aux chutes des cours liés à un prestataire ayant des difficultés, ou des prestataires qui bloquent purement et simplement les retraits de ce qui a été placé chez eux. Au final, on n'a fait que déporter un paquet de responsabilité vers de nouveaux intervenants au fonctionnement très opaque.
10  0 
Avatar de Waikiki
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/02/2022 à 11:29
Citation Envoyé par tobias45 Voir le message
Sans oublier ce est est largement passé sous silence par les anti-bitcoin : Ce sont des surplus énergétique qui sont utilisé (sinon ce serait pas rentable).
Les délestages ciblés opérés par les fournisseurs d’électricité un peu partout dans le monde c'est aussi par méconnaissance de l'existence ce surplus énergétique ? C'est pas plutôt les pro bitcoins (et autres hein) qui se voilent la face avec de fausses justifications pour continuer à utiliser leurs systèmes spéculatifs en toute impunité ?

Pour revenir sur quelque chose de plus sérieux:

[...] débloquer une nouvelle ère de coopération et de créativité humaines.
Ç'est le principe du "un créateur produit une oeuvre et je lui vole sous forme de NFT pour en faire du profit à son insu" ?
8  1 
Avatar de Waikiki
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/11/2022 à 10:56
Citation Envoyé par yannickt Voir le message
Le web3, c'est d'abord et avant tout un sujet sur lequel il faut être contre pour "être trop stylé".
Vu le spam que je me tape sur les réseaux sociaux de la part de devs en tout genre, connus comme anonymes, pour dire à quel point le web3 c'est trop le "turfu", j'aurai plutôt dit l'inverse, si tu veux bien te faire voir et te faire retweet/liker, il faut faire les éloges du web3.
5  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2022 à 13:51
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
- Les gouvernements pourraient financé ces serveurs.
- Changer les licences des programme open-source de façon que les entreprises qui les utilisent dans leurs activités commerciales contribue à financer ces serveurs et la maintenance des logiciels open-sources.
Si les gouvernements financent les serveurs, ils ont de fait un droit de regard sur, par exemple, la base de données et ont donc totalement le droit de savoir ce que tu fais, de A à Z, ce n'est pas une bonne idée.
Open source ne veut pas dire gratuit, mais au delà de ça, open source veut dire libre d'usage. De fait un logiciel open source est forcément un logiciel qui est utilisé par la source, donc l'entreprise et donc hébergé/utilisé par l'entreprise ...

Dans tout les cas, un gouvernement ne doit pas, avoir un droit de regard ou d'usage, sur la propriété d'une entreprise. Une entreprise est un mini gouvernement, avec ses codes, ses Lois, ... et doit le rester.
L'état doit garder son rôle : empêcher les abus.

Mais cela ne change rien à ce qu'est le web3 : une vaste arnaque, qui n'a de web3 que le nom.
Ce qu'il faut comprendre, c'est que ce format se vends comme étant une protection pour les utilsateurs, car leurs données ne leur appartiennent plus mais sont gérées par des entités dans le cloud, traduction : elles sont décentralisées.

Sauf que dans les faits, leur décentralisation, les centralises dans des points néfastes, hautement gérées par des mafieux qui exploitent et revendent les données.
Ce que font actuellement par exemple des Youtube, AdBlock, sauf que là, c'est à échelle mondiale et géré par un petit groupe de gens qui auront pris la main sur le marché, de manière définitive et totale.
5  0 
Avatar de zabibof
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 11:22
Personnellement, le web3 ça sonne à mes oreilles comme "les GAFAM ont bouffé tout le gâteau, on veut aussi notre part / c'est à notre tour maintenant" de la part de certains (coucou Open Sea, Etherscan, etc.), et quand des fonds de capital risques sont aussi impliqués activement, c'est juste une question d'argent.

Les GAFAM, seront justes remplacés par d'autres, et ça dans l'hypothèse où ils ne se réadaptent pas.

Il faut rappeler qu'on en est là par "sélection" (même si on va dire que ce n'était pas une très bonne sélection), tout le monde avait son petit serveur privé où il mettait ses données et son site avant que tout le monde ne se dise que c'est pas aussi marrant que ça, alors on va utiliser les AWS et companies. Il faut juste se rendre à l'évidence que quand / si viendra le moment, on passera toujours par des plateformes proposées par des géants par "sélection" parce que tout le monde utilise ces plateformes.

Ca va juste être le Far West un moment mais comme dans tout ruées vers l'or, c'est toujours le vendeur de pelles et de pioches qui se met pleins les poches.
4  0 
Avatar de Mercenary Developer
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 16:12
Bonjour,

Une solution serait que les box Internet inclus un genre de serveur web avec une application genre Mastodon et éventuellement un système de type Tor...
Comme cela plus la peine de laisser le PC allumé en permanence.

Bonne journée !
5  1 
Avatar de Steinvikel
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/03/2022 à 9:13
2S désigne un serveur double socket (qu'il soit à 100€ ou 10'000€)

Pour revenir sur l'article :
il est dit que le principal atout est un renforcement du contrôle de l'utilisateur dans une architecture fortement décentralisée.

1) 100% décentralisé = tous les acteurs sont des noeuds se partageant les rôles
2) 100% centralisé = tous repose sur un seul acteur
--> il faut trouver le meilleur ratio en fonction du fonctionnement

3) "meilleur contrôle" ...de quel type de contrôle on parle ici ? > celui de la résilience des données, celui de l'effectivité de l'effacement, celui de sa diffusion ?

4) "blockchain" ...qu'entend-t-on par ce terme plus précisément ?

il y a tout un tas de concept que l'on peut appliquer au web2 pour gommer de nombreux défauts
--> Preuve à divulgation de connaissance nulle relativiste, pour sécuriser les transferts de données
--> Spin-off snowpack, pour anonymiser et réduire la surface d'attaque par les méta-données des paquets TCP/IP
--> mieux que Thor : Oxen (aka lokinet)

Oxen (Lokinet), en 2 mots :
Un darknet (TCP et UDP) chiffré, très fortement décentralisé (DHT)(plus que Thor à cause de ses annuaires de relais de sortie centralisé), résistant aux attaques DDOS, DPI, Sybil, et dissuadant les fermes de cryptomonnaie de miner du Loki
Lockinet est vulnérable à la surveillance global du réseau contre l'anonymat
Chaque noeud est une forge de Loki et serveur de services (services cachés SNApps [.loki], ET relais de sortie). Le réseau s'auto-test, et éjecte les hypocrites et les canards boiteux

Loki s'est inspiré de Monero (cryptomonnaie) :
- anonymat >> signature en cercle
- secret de transaction >> RingCT
Lokinet s'est inspiré de Tor et I²P (darknet) :
- un essaim (test de bande passante, stockage, relais de sortie)
- TCP et UDP (NB : Thor ne fait que TCP)
- LLARP (protocole de routage, une amélioration de Tor et I²P)
- chaque noeud est un routeur DHT construit à partir de la blockchain (pour éviter la centralisation des annuaires)
Lokinet Session (logiciel) s'est également inspiré de Signal (protocole) et de Pidgin :
- chiffrement de bout en bout (X25519 256bit, AES-256 pour les pièces jointes)
- chiffrement asymétrique pour le routage et le chiffrement
- utilise une clé temporaire différente pour chaque message envoyé
- TTL en attente de délivrance >> 5 sec min 1 semaine max (paramétrable)
- pas besoin d'e-mail ou de n° tel
- possibilité de supprimer les données de l'appli, puis de les restaurer via la phrase de récup'
- message txt, audio, et fichier
- aucune centralisation des données stockées, ni de surveillance de qui communique avec qui (ex: Whatsapp et Signal)
/!\ les discutions de groupe sont trop peu sécurisés >> 2020-06 /!\
NB : attention, le projet est basé en Australie, membre des 5 eyes ...mais les noeuds existant partout sur la planète, il n'est pas propre à l'Australie, et est également valable sur chaque appli l'utilisant (ex: Session)
NB : est conseillé de contacter le commisariat de police local > courrier indiquant que vous êtes un administrateur de relai de sortie et que vous n'êtes pas responsable de ce qui passe au travers, que vous n'avez qu'un rôle de renforcement d'infrastructure
https://lokinet.org/faqdark/
https://docs.oxen.io/

Lokinet est à adjoindre à Session (ou Lokinet Session) :
dès lors que la communication s'établit d'un point A vers un point B et pas de point C, la clé de chiffrement n'a pas besoin d'être partagé, et reste donc secrète.
Lokinet Session s'est inspiré de Signal (protocole) et de Pidgin :
- chiffrement de bout en bout (X25519 256bit, et AES-256 pour les pièces jointes)
- chiffrement asymétrique pour le routage et le chiffrement
- utilise une clé temporaire différente pour chaque message envoyé
- TTL en attente de délivrance >> 5 sec min 1 semaine max
- pas besoin d'e-mail ou de n° tel pour créer son compte
- possibilité de supprimer les données de l'appli, puis de les restaurer via la phrase de récupération
- message txt, audio, et fichier
- aucune centralisation des données stockées, ni de surveillance (interne) de qui communique avec qui (ex: Whatsapp et Signal)
/!\ les discutions de groupe sont trop peu sécurisé >> en date du 2020-06 /!\
NB : attention, le projet est basé en Australie, membre des 5 eyes ...mais les noeuds existant partout sur la planète, il n'est pas propre à la l'Australie, et est également valable sur chaque appli l'utilisant (ex: Session)

PS : pour une discussion entre plus de 2 correspondants, la clé commune à chacun est "stocké" (non généré à chaque message !) par un intermédiaire dans le réseau (un noeud), alors que dans le cas d'un échange entre 2 protagonistes, chacun possède sa propre clé, et les noeuds du réseau y appliquent à tour de rôle un chiffrement successif.
4  1 
Avatar de balhrog
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 07/11/2022 à 17:39
Darwin nous l'a déjà expliqué, entre le nébuleux web3 et le vaporeux Solid, seul le plus adapté survivra.
Dans le monde de la technologie, pas forcément, si on prend l'exemple de la VHS et de Betamax, VHS < Betamax pourtant c'est le format qui a percé. Il suffit, dès fois, simplement d'être le premier pour imposer son standard.
3  0 
Avatar de yannickt
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/11/2022 à 13:44
Citation Envoyé par Waikiki Voir le message
Vu le spam que je me tape sur les réseaux sociaux de la part de devs en tout genre, connus comme anonymes, pour dire à quel point le web3 c'est trop le "turfu", j'aurai plutôt dit l'inverse, si tu veux bien te faire voir et te faire retweet/liker, il faut faire les éloges du web3.
Intéressant, ton retour ! Il est effectivement opposé à ce que je constate de mon côté. Il ne nous reste plus qu'a prendre acte de cette leçon et pester contre ces satanées "bulles de filtres".
4  1