IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a déclaré qu'il était « en partie responsable » de la centralisation d'Internet et qu'il le regrettait

Le , par Stéphane le calme

30PARTAGES

14  0 
Le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a déclaré samedi qu'il se blâmait en partie pour l'état d'Internet aujourd'hui :

« L'époque d'usenet, irc, du web... même du courrier électronique (avec PGP [Pretty Good Privacy, NDLR])... était incroyable », a déclaré Dorsey dans un tweet, faisant référence à certains systèmes de communication en ligne qui remontent aux débuts d'internet. « La centralisation de la découverte et de l'identité dans les entreprises a vraiment endommagé Internet ». « Je me rends compte que je suis en partie responsable et je le regrette », a poursuivi Dorsey.


Dorsey, qui a cofondé Twitter en 2006 et en a été le PDG avant de démissionner en novembre, a précédemment soutenu la décentralisation d'Internet.

Après que Twitter a banni l'ancien président Donald Trump de la plateforme pour avoir enfreint ses règles, Dorsey a déclaré qu'il estimait que l'action créait « un précédent qui me semble dangereux : le pouvoir qu'un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale » :

« Je ne célèbre ni ne suis fier d'avoir dû bannir Donald Trump de Twitter, ni de la façon dont nous en sommes arrivés là. Après un avertissement clair que nous allions prendre cette mesure, nous avons pris une décision avec les meilleures informations dont nous disposions sur la base des menaces à la sécurité physique à la fois sur et en dehors de Twitter. Était-ce correct ? »


« Je pense que c'était la bonne décision pour Twitter. Nous avons fait face à une circonstance extraordinaire et intenable, nous obligeant à concentrer toutes nos actions sur la sécurité publique. Les dommages hors ligne résultant du discours en ligne sont manifestement réels, et ce qui motive avant tout notre politique et son application.

« Cela dit, devoir interdire un compte a des ramifications réelles et importantes. Bien qu'il existe des exceptions claires et évidentes, je pense qu'une interdiction est un échec de notre part pour promouvoir une conversation saine. Et un temps pour nous de réfléchir à nos opérations et à l'environnement qui nous entoure. Le fait de devoir prendre ces mesures fragmente la conversation publique. Ces mesures nous divisent. Elles limitent le potentiel de clarification, de rédemption et d'apprentissage. La situation crée un précédent qui me semble dangereux : le pouvoir qu'un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale.

« Le contrôle et la responsabilité de ce pouvoir ont toujours été le fait qu'un service comme Twitter n'est qu'une petite partie de la conversation publique plus large qui se déroule sur Internet. Si les gens ne sont pas d'accord avec nos règles et notre application, ils peuvent simplement se rendre sur un autre service Internet.

« Ce concept a été remis en question la semaine dernière lorsqu'un certain nombre de fournisseurs d'outils Internet fondamentaux ont également décidé de ne pas héberger ce qu'ils trouvaient dangereux. Je ne crois pas que cela ait été coordonné. Plus probablement : les entreprises sont arrivées à leurs propres conclusions ou ont été enhardies par les actions des autres.

« Ce moment dans le temps pourrait nécessiter cette dynamique, mais à long terme, elle sera destructrice pour le noble objectif et les idéaux de l'internet ouvert. Une entreprise qui prend la décision commerciale de se modérer est différente d'un gouvernement qui supprime l'accès, mais peut ressentir à peu près la même chose.

« Oui, nous devons tous porter un regard critique sur les incohérences de notre politique et de son application. Oui, nous devons examiner comment notre service pourrait inciter à la distraction et au mal. Oui, nous avons besoin de plus de transparence dans nos opérations de modération. Tout cela ne peut pas éroder un Internet mondial libre et ouvert.

« La raison pour laquelle j'ai tant de passion pour Bitcoin est en grande partie à cause du modèle qu'il démontre : une technologie Internet fondamentale qui n'est contrôlée ou influencée par aucun individu ou entité. C'est ce qu'Internet veut être, et avec le temps, il le sera davantage.

« Nous essayons de faire notre part en finançant une initiative autour d'une norme décentralisée ouverte pour les médias sociaux. Notre objectif est d'être un client de cette norme pour la couche de conversation publique d'Internet. Nous l'appelons Bluesky.

« Cela prendra du temps à construire. Nous sommes en train d'interviewer et d'embaucher des gens, cherchant à la fois à démarrer une norme à partir de zéro ou à contribuer à quelque chose qui existe déjà. Quelle que soit la direction ultime, nous ferons ce travail entièrement dans le cadre de la transparence publique.

« Il est important que nous reconnaissions que c'est une période de grande incertitude et de lutte pour tant de personnes dans le monde. Notre objectif en ce moment est de désarmer autant que possible et de nous assurer que nous construisons tous vers une meilleure compréhension commune et une existence plus paisible sur terre.

« Je crois qu'Internet et la conversation publique mondiale sont notre méthode la meilleure et la plus pertinente pour y parvenir. Je reconnais aussi que ce n'est pas le cas aujourd'hui. Tout ce que nous apprenons en ce moment améliorera nos efforts et nous poussera à être ce que nous sommes : une seule humanité travaillant ensemble ».


Alors que Dorsey était encore PDG, Twitter a financé Bluesky, un système de médias sociaux décentralisé qui, selon lui, permettrait plus de conversations. Le système, qui prendra des années à se développer, est destiné à remettre le pouvoir entre les mains des utilisateurs et à permettre la création de nombreux réseaux sociaux différents.

Le Web3 apporte-t-il une solution au problème de centralisation ? Non, selon Dorsey

Pour ses partisans, le Web3 représente la prochaine phase d'Internet et, peut-être, de l'organisation de la société. Le Web 1.0 est l'ère des protocoles décentralisés et ouverts, dans laquelle la plupart des activités en ligne consistaient à naviguer vers des pages Web statiques individuelles. Le Web 2.0, que nous vivons actuellement, est l'ère de la centralisation, dans laquelle une grande partie de la communication et du commerce s'effectue sur des plateformes fermées appartenant à une poignée de grandes entreprises - notamment Google, Facebook, Amazon - soumises au contrôle nominal de régulateurs gouvernementaux centralisés.


Le Web3 est censé libérer le monde de ce contrôle monopolistique. Au niveau le plus élémentaire, le Web3 fait référence à un écosystème en ligne décentralisé basé sur la blockchain. Les plateformes et les applications construites sur le Web3 ne seront pas détenues par un gardien central, mais par les utilisateurs, qui gagneront leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services. « Le Web3 est une façon de gérer le traumatisme de la perte d'un grand avenir possible pour l'Internet », déclare Niels Ten Oever de l'université d'Amsterdam. Beaucoup sont convaincus des potentiels de ce Web3.

Le terme Web3 a été inventé en 2014 par Gavin Wood, un informaticien anglais. À l'époque, il venait de participer au développement de l'Ethereum, la blockchain qui sous-tend l'ether, la deuxième cryptomonnaie la plus populaire après le bitcoin en matière de notoriété et de taille de marché. Wood pense que la conception actuelle du We2 n'est pas une bonne solution, pour plusieurs raisons. « L'une d'elles est qu'il est très difficile de réglementer les nouvelles industries. Le gouvernement est lent, il lui faut un certain temps pour rattraper son retard. Une autre est que les régulateurs sont imparfaits », a-t-il déclaré.

Il a continué en ces termes : « surtout lorsqu'ils travaillent en étroite collaboration avec l'industrie, il y a souvent une sorte de porte tournante entre l'industrie et le régulateur. Une autre raison est qu'un organisme de réglementation a une puissance de feu qui est très limitée. Il s'agit de savoir combien d'argent le gouvernement y consacre. Et donc, nécessairement, la réglementation va être inégale. Ils pourront peut-être réguler les plus grands contrevenants, mais ils ne pourront pas conserver une influence vraiment forte partout et tout le temps. Et bien sûr, les régulateurs et les lois diffèrent d'une juridiction à l'autre ».

« Si vous vous rendez dans un pays de l'UE, l'activité X est autorisée ; si vous allez ailleurs, elle ne l'est pas. Et comme nous devenons une société très internationale, cela signifie effectivement que vos attentes ne sont toujours pas satisfaites ».

Jack Dorsey, ex-PDG de Twitter, pense que « le Web3 n'aboutira pas ; et même s'il réussit, il ne parviendra pas à échapper au contrôle des sociétés de capital-risque et leurs commanditaires ». Il a laissé entendre dans un tweet qu'il [le Web3] était déjà sous le contrôle de la société de capital-risque Andreessen Horowitz, un des premiers financiers de Facebook et un défenseur du Web3. « Le Web3 n'échappera jamais à leurs incitations. C'est finalement une entité centralisée avec une étiquette différente », a-t-il tweeté.

Source : Jack Dorsey (1, 2)

Et vous ?

Que pensez-vous des préoccupations de Jack Dorsey ?
Pour ou contre l'Internet tel que nous le connaissons ? Quels sont les avantages et les limites que vous pouvez souligner ?
Que pensez-vous du Web3 ?

Voir aussi :

Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner
Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"
Elon Musk : « le métavers n'est pas convaincant et le Web3 relève plus du marketing que de la réalité », il pense que le Web3 est concept "nébuleux"

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !