IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque,
Selon un analyste de la blockchain

Le , par Bill Fassinou

46PARTAGES

5  0 
À mesure que le Web3 se popularise, le nombre de ses détracteurs s'accroît également. L'un d'eux est un certain David Gerard, analyste de la blockchain, qui a affirmé récemment que le Web3 est une "gigantesque fraude en valeurs mobilières mise en place par les sociétés de capital-risque pour gagner rapidement et énormément argent". Il estime que les sociétés de capital-risque essaient de ne pas commettre elles-mêmes la fraude sur les titres, mais ont un modèle économique qui consiste à l'encourager. Une chose qui semble passer inaperçue auprès des régulateurs et enrichit les capital-risqueurs.

Le Web3 serait une combine très lucrative pour les sociétés de capital-risque

Le Web3 est censé représenter la prochaine phase d'Internet et, peut-être, de l'organisation de la société. Le Web 1.0 est l'ère des protocoles décentralisés et ouverts, dans laquelle la plupart des activités en ligne consistaient à naviguer vers des pages Web statiques individuelles. Le Web 2.0, la version actuelle du Web, représente l'ère de la centralisation, dans laquelle une grande partie de la communication et du commerce s'effectue sur des plateformes fermées appartenant à une poignée de grandes entreprises (Google, Facebook, Amazon, etc.) soumises au contrôle nominal de régulateurs gouvernementaux centralisés.

Le Web3 vise à débarrasser le monde de ce contrôle monopolistique. Au niveau le plus élémentaire, le Web3 fait référence à un écosystème en ligne décentralisé basé sur la blockchain. Tel qu'il est prévu, les plateformes et les applications construites sur le Web3 ne devraient pas être détenues par un gardien central, mais par les utilisateurs, qui gagneront leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services. Beaucoup sont convaincus des potentiels de ce Web3. D'autres - dont Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX, Jack Dorsey, ex-PDG de Twitter, etc. - restent sceptiques par rapport à ces promesses.



Dorsey pense que "le Web3 n'aboutira pas ; et même s'il réussit, il ne parviendra pas à échapper au contrôle des sociétés de capital-risque et leurs commanditaires". « Le Web3 n'échappera jamais à leurs incitations. C'est finalement une entité centralisée avec une étiquette différente », s'est-il prononcé en décembre. David Gerard, analyste de la blockchain et critique du Web3, est revenu sur le sujet récemment. « Toute la pression du capital-risque en faveur de Web3 a pour but de permettre à Andreesen Horowitz (a16z) et à ses amis de déverser des jetons non réglementés sur le marché de détail aussi rapidement que possible », a-t-il déclaré.

« Cela donne aux sociétés de capital-risque des événements de liquidité très rapides - la partie où ils font de l'argent - et beaucoup plus rapide que ce qu'ils obtiennent en investissant dans de véritables entreprises », a-t-il ajouté. Selon Gerard, le retrait (le recouvrement de l'investissement initial avec les intérêts) d'une startup peut prendre plusieurs années, mais la vente au détail d'un jeton de gouvernance d'un altcoin mineur DAO (organisation autonome décentralisée) peut se faire en quelques mois seulement. Pour étayer ses dires, Gerard donne l'exemple du vidage (dump) de Compound (COMP), un jeton basé sur la blockchain Ethereum, en juin 2020.

« Le but est de soutirer de l'argent aux pigeons, et de le canaliser vers a16z », a déclaré Gerard. Selon lui, un grand nombre de ces jetons de gouvernance de la DAO seraient des titres non enregistrés. Ensuite, l'autre partie de l'activité consisterait à mettre en place un nombre important de ces systèmes de sorte que la SEC (Securities and Exchange Commission - la commission des valeurs mobilières des États-Unis) ne peut pas les suivre. « Il y a une raison pour laquelle le président de la SEC, Gary Gensler, demande une nouvelle réglementation », a-t-il déclaré.

« Si vous regardez une offre Web3 et que vous la considérez simplement comme une opération de "pump and dump" sur les investisseurs de détail, tout ce qui utilise le nom de marketing "Web3" aura beaucoup plus de sens. C'est un fabuleux piratage des règles de la SEC, qui protègent les investisseurs contre les émetteurs. Dans l'espace DeFi, DAO et NFT, les investisseurs dirigent les offres frauduleuses - et les émetteurs sont les pigeons jetables, attirés par la promesse d'argent de capital-risque. Si la SEC n'intervient pas, les sociétés de capital-risque gagnent ; si la SEC intervient, elles ne perdent pas », a-t-il expliqué.

Comment les sociétés de capital-risque mettent-elles tout cela en place ?

Selon Gerard, Andreesen Horowitz utilise toujours de manière flagrante Coinbase comme un canal pour déverser des pièces de capital-risque sur les particuliers. Ces pièces seraient généralement de très mauvais investissements (mais aussi des titres non enregistrés). Il estime que les sociétés de capital-risque ne jouent pas un rôle très actif dans la promotion des jetons. À la place, elles se contentent de promouvoir sans relâche le concept du Web3. Toutefois, il pourrait arriver qu'elles engagent du personnel de soutien pour travailler avec les entreprises de leur portefeuille. Cela peut ressembler à un partenariat actif dans l'entreprise.

Par exemple, Paradigm, Andreessen Horowitz et Union Square Ventures sont actuellement poursuivis dans le cadre d'une action collective par Nessa Risley, investisseur d'UniSwap, qui affirme que ces entreprises auraient agi illégalement. Sa plainte allègue que :

  • les jetons échangés sur UniSwap seraient des titres non enregistrés ;
  • il y aurait une fraude massive en cours ;
  • les défendeurs prendraient une commission sur toute cette fraude ;
  • les défendeurs auraient omis de divulguer leur contrôle sur les jetons eux-mêmes ;
  • UniSwap n'aurait pas réussi à s'enregistrer en tant que courtier-négociant.


« UniSwap a déclaré que ces allégations sont sans fondement et la plainte est criblée d'inexactitudes factuelles. Cependant, ils l'ont fait », a affirmé Gerard. En outre, il estime qu'il est peu probable que les NFT (jetons non fongibles) soient des titres - ils sont généralement définis comme des objets de collection. Cependant, Gerard affirme que certains marchés de NFT ressemblent beaucoup à des titres. Par exemple, Larva Labs aurait gardé 1 000 de ces NFT CryptoPunks pour eux-mêmes, et ferait activement la promotion de ces jetons. Cela permettrait aux capital-risqueurs de maintenir ces marchés à flot et de continuer l'escroquerie.

Selon Gerard, comparé au dumping de jeton sur le marché de détail, le mouvement le moins répréhensible est le capital-risque qui déverse des fonds d'investissement dans OpenSea, le plus grand marché de NFT. Par exemple, le marché des NFT était mourant en avril 2021. Mais Gerard rapporte qu'OpenSea a été fortement financé pour l'empêcher de couler. Selon des données qu'il a mises en avant, OpenSea aurait reçu des capital-risqueurs des centaines de millions de dollars depuis lors - soit 23 millions de dollars d'investissement en mars 2021, 100 millions de dollars en juillet 2021 et 300 millions de dollars en janvier 2022.

« Les offres de jetons - qui peuvent ou non constituer des titres - sont un complément au capital-risque des cryptomonnaies. Les sociétés de capital-risque transforment leur complément en une gigantesque économie d'offres de jetons, dans le but d'externaliser le risque juridique et de prendre l'argent », a-t-il conclu.

Source : David Gerard

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que le Web3 est une fraude en valeurs mobilières ?

Voir aussi

Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner

Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"

« Le Web3 contient les prémices d'un cauchemar dystopique », selon Forrester Research

Le Web3 est centralisé et inefficace, selon Neel Chauhan, Ingénieur logiciel chez Microsoft, alors que pour son fondateur, Gavin Wood, les applications Web3 s'exécutent sur des réseaux décentralisés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/05/2022 à 15:37
Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
C'est pour cela que je dis que l'on voit du trafic de contre bande au non et à la barde de tous ^^
contrebande au nez et à la barbe ?...
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/05/2022 à 17:34
Bonsoir,

Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
contrebande
En un mot oui c'est mieux ^^

Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
au nez et à la barbe ?...
Oula oui , ma langue a fourchée.
1  0 
Avatar de WoemNightly
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 02/05/2022 à 9:09
Citation Envoyé par sanderbe
Le problème du "web3" et des cryptos monnaies, c'est l'anonymisation et l'intraçabilité des transactions . Résultat, c'est un vecteur facilitant l'échange de contre bande en tout genre ... C'est anonyme, vendeur et acheteur font des transactions anonymes . En cas d'enquête quasi impossible de remontré qui est qui
Non mais qu'est-ce qui faut pas lire... A la limite il est difficile de remonter au propriétaire d'un wallet mais "l'intraçabilité des transactions"??? Sérieux??? Tout est public dans la blockchain! On peut remonter TOUTES les transactions d'une blockchain.
1  1 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/05/2022 à 10:18
Bonjour,

Citation Envoyé par WoemNightly Voir le message
Non mais qu'est-ce qui faut pas lire... A la limite il est difficile de remonter au propriétaire d'un wallet mais "l'intraçabilité des transactions"???
Je parle de la personne physique qui fait la transaction .

Tu peux avoir un criminel qui passe par des VPN, changement d'IP et j'en passe . Tu ne connaitras "qu'informatiquement" le payeur et le payé ^^

Citation Envoyé par WoemNightly Voir le message
Sérieux???
Connaitre le numéro / identifiant du payeur et du payé ne garantit pas d'en connaitre l'identité physique .

Citation Envoyé par WoemNightly Voir le message
Tout est public dans la blockchain! On peut remonter TOUTES les transactions d'une blockchain.
Oui cela on avait compris ...

C'est pour cela que je dis que l'on voit du trafic de contre bande au non et à la barde de tous ^^
1  1 
Avatar de zabibof
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/04/2022 à 9:35
Moi, si je n'y connaissais rien sur un truc et que des sociétés de capital-risques sont à fond dedans et que tu me dis qu'il y a un truc louche, et bah, je te crois sur parole
0  1 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/04/2022 à 21:47
Bonsoir,

Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque selon un analyste de la blockchain

Quel est votre avis sur le sujet ?
Le problème du "web3" et des cryptos monnaies, c'est l'anonymisation et l'intraçabilité des transactions . Résultat, c'est un vecteur facilitant l'échange de contre bande en tout genre ... C'est anonyme, vendeur et acheteur font des transactions anonymes . En cas d'enquête quasi impossible de remontré qui est qui .

Pensez-vous que le Web3 est une fraude en valeurs mobilières ?
Non . Par contre des comportements et fonctionnements illégaux nuisent à sa réputation oui . Ainsi qu'à son bon fonctionnement.
0  2