IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google, Facebook, Twitter et d'autres entreprises technologiques devront prendre des mesures pour lutter contre les "deepfakes" sur leurs plateformes
Sous peine de lourdes amendes

Le , par Sandra Coret

5PARTAGES

4  0 
Google, Facebook et Twitter doivent s'attaquer aux "deepfakes", sous peine de se voir infliger de lourdes amendes en vertu d'un code de pratique actualisé de l'Union européenne, selon un document de l'UE

La Commission européenne devrait publier jeudi le code de pratique actualisé sur la désinformation dans le cadre de sa lutte contre les "fake news".

Introduit en 2018, le code volontaire deviendra désormais un dispositif de corégulation, avec une responsabilité partagée entre les régulateurs et les signataires du code.

Le code actualisé énonce des exemples de comportements manipulateurs, tels que les deepfakes et les faux comptes, auxquels les signataires devront s'attaquer.

"Les signataires concernés adopteront, renforceront et mettront en œuvre des politiques claires concernant les comportements et pratiques manipulatoires inadmissibles sur leurs services, en se fondant sur les dernières données concernant les comportements et les tactiques, techniques et procédures (TTP) employés par les acteurs malveillants", indiquent les documents.

Les deepfakes sont des contrefaçons hyperréalistes créées par des techniques informatiques qui ont déclenché l'alarme dans le monde entier, notamment lorsqu'elles sont utilisées dans un contexte politique.

Le code sera également lié aux nouvelles règles européennes strictes, connues sous le nom de Digital Services Act (DSA), adoptées par les 27 pays de l'Union européenne au début de l'année, qui comportent une section sur la lutte contre la désinformation.


En effet, les entreprises qui ne respectent pas les obligations qui leur incombent en vertu du code peuvent se voir infliger des amendes pouvant aller jusqu'à 6 % de leur chiffre d'affaires mondial, conformément aux règles de l'ASN. Elles disposent de six mois pour mettre en œuvre leurs mesures une fois qu'elles ont adhéré au code.

Les signataires devront également prendre des mesures pour lutter contre les publicités contenant de la désinformation et assurer une plus grande transparence de la publicité politique.

" La DSA fournit une colonne vertébrale juridique au code de pratique contre la désinformation - y compris des sanctions lourdes et dissuasives ", a déclaré Thierry Breton, chef de l'industrie européenne, qui dirige la répression de la désinformation dans l'UE.

La vice-présidente de la Commission, Vera Jourova, a déclaré que l'invasion de l'Ukraine par la Russie, que la première qualifie d'opération spéciale, sous-tendait certains des changements apportés au code.

"Une fois que le code sera opérationnel, nous serons mieux préparés à faire face à la désinformation, qui provient également de la Russie", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Source : La Commission Européenne

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Des chercheurs développent une IA capable de détecter les vidéos deepfake avec une précision allant jusqu'à 99 %, cette méthode détecte les expressions faciales manipulées et les échanges d'identité

Facebook supprime une vidéo deepfake du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy se répandant sur le réseau social, et demandant aux troupes ukrainiennes de déposer les armes et de se rendre

Les arnaques de type deepfake et crypto ont augmenté durant le premier trimestre 2022, ils sont utilisés pour diffuser de la désinformation et accéder à des informations financières ou personnelles

Un nouvel outil de détection des "deepfakes" s'avère efficace à 94 %, en analysant les reflets de la lumière dans les yeux

Des chercheurs de Facebook affirment pouvoir détecter les "deepfakes" et leur origine, grâce à un nouveau logiciel

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nl.smart
Membre actif https://www.developpez.com
Le 14/06/2022 à 15:59
Bonjour,

La lecture du titre me fait penser à ceci :

Google, Facebook, Twitter et d'autres entreprises technologiques devront prendre des mesures pour lutter contre "la liberté d'expression" sur leurs plateformes.

ou encore

Google, Facebook, Twitter et d'autres entreprises technologiques devront prendre des mesures pour lutter contre "la pensée non unique" sur leurs plateformes.

...
1  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/06/2022 à 8:08
La censure publique est un problème.
La censure privée en est un encore plus gros.
Donner cette responsabilité à des sociétés privées c'est aussi promouvoir plus de contrôle de leur part.

On perçoit tout sous le prisme du danger mais le deepfake a aussi des opportunités de parodies, de caricature incroyables.
En condamnant l'un on condamne l'autre.
Interdisons la classe américaine et mozinor et certains doublages de films et série tant qu'on y est.
1  0 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/06/2022 à 15:45
Ce commentaire est du deep fake
0  0