IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tim Berners-Lee, l'inventeur du Web : « oubliez le Web3, mon Internet décentralisé n'a pas besoin de blockchain »,
Il a déclaré que le Web3 contraste avec ses plans pour un nouveau Web

Le , par Bill Fassinou

23PARTAGES

6  0 
Alors que le Web3 et les technologies liées suscitent un grand intérêt dans l'industrie, Tim Berners-Lee a déclaré récemment qu'il n'avait pas confiance dans le potentiel du Web3 pour éviter une centralisation excessive du monde en ligne. Il a expliqué que sa vision d'un nouveau Web ne correspond pas à celle des promoteurs du Web3 et a laissé entendre que "cette nouvelle itération du Web était inutile". Cette rebuffade intervient alors que Tim Berners-Lee a lui-même tiré profit du Web3 en vendant l'année dernière le NFT du code source d'origine du Web pour la somme impressionnante de 5,4 millions de dollars.

Depuis la dernière décennie, Berners-Lee et d'autres technologues s'accordent à dire que le Web s'est éloigné de sa mission initiale, qui était de le rendre accessible à tous et à tout. L'inventeur du Web voulait que sa création soit indépendante du langage, des ordinateurs et des réseaux. Berners-Lee a ajouté qu'il voulait que le Web soit constructif et utile pour tous les utilisateurs. Cependant, après avoir analysé la façon dont le Web est utilisé aujourd'hui, il a reconnu que de nombreuses choses devaient être corrigées. Principalement, il recommande d'œuvre pour que les utilisateurs d'Internet reprennent le contrôle de leurs données numériques.

Berners-Lee a fait savoir tout au long de ces dernières années que les géants d'Internet, comme Facebook et Google, qu'il appelle des "silos", sont devenus avides de données, visant toujours à amasser plus de données et de pouvoirs. Ces entreprises seraient devenues des plateformes de surveillance et des gardiens de l'innovation. « Les données des gens sont utilisées à des fins inappropriées par les grandes entreprises. Toutes mes données privées sont stockées par des plateformes en ligne et coincées dans des silos, je ne peux donc pas vraiment les utiliser. Nous avons un manque de responsabilisation de l'individu », a-t-il déclaré.


Tim Berners-Lee

Les promoteurs du Web3 ont identifié le même problème et proposent la même solution, ou presque. Alors que les partisans du Web3 proposent de construire un réseau mondial décentralisé basé sur la blockchain, Berners-Lee a déclaré lors d'une conférence la semaine dernière qu'"il n'était pas question de faire appel à la blockchain dans l'architecture de son nouveau Web". À la question de savoir s'il avait confiance dans le potentiel du Web3 pour éviter une centralisation excessive du monde en ligne, il a répondu de manière aussi succincte qu'explicative : « non ». L'informaticien britannique a dit non à toutes les promesses du Web3.

Pourtant, lorsqu'il a présenté en octobre 2018 le projet Solid, une initiative visant à donner plus de pouvoir aux individus, il a fait plus d'une référence explicite à un Internet décentralisé. Sa solution consiste en la création de ce qu'il appelle "pod de données". Berners-Lee a décrit le « pod » comme un magasin de données décentralisé que l'utilisateur contrôlera lui-même et pourra en donner l'accès à qui il veut. Il a déclaré qu'à travers Inrupt, une start-up lancée par Berners-Lee en 2018, il tentait de s'associer à des entreprises et gouvernements afin d'élargir l'accès aux pods et établir des systèmes fondés sur la confiance.

« À un moment donné, nous avons également parlé du Web 3.0, car le Web 2.0 était un terme utilisé pour décrire le dysfonctionnement qui se produit avec le contenu généré par les utilisateurs sur les grandes plateformes. Les gens appelaient ce phénomène Web 2.0, alors si vous voulez l'appeler Web 3.0 aujourd'hui, c'est bon », a déclaré Berners-Lee lors de la conférence. Ce qui pousse Berners-Lee à prendre ses distances avec le Web3 n'est ni le terme lui-même ni le but poursuivi, mais plutôt le choix des outils employés. Il considère la blockchain avec méfiance, préférant s'appuyer sur des normes, des outils et des spécifications ouverts.

En bref, avec Solid, les informations sont stockées dans des pods hébergés où l'utilisateur le souhaite et conçues pour favoriser l'interopérabilité, les performances et l'évolutivité. « Lorsque vous essayez de reproduire ce modèle sur la blockchain, cela ne fonctionne tout simplement pas », a déclaré Berners-Lee. Par exemple, selon le modèle basé sur les pods, si vous vouliez partager une photo avec vos amis sur Facebook, vos collègues sur LinkedIn et vos followers sur Flickr, il ne serait pas nécessaire de la télécharger sur chacun des trois services, acceptant ainsi les politiques de chacun et les différentes manières dont les données seraient traitées.

La vision de Tim Berners-Lee, bien que parmi les plus autorisées, reste une vision. Et en tant que tel, Berners-Lee est lui-même sujet à des critiques de la part de ceux qui font confiance à d'autres moyens et outils visant à créer un Web décentralisé. Par ailleurs, si Berners-Lee n'est pas convaincu par les promesses du Web3, il semble pour l'instant profiter de cette technologie pour gagner de l'argent. En juin dernier, l'inventeur du Web a vendu aux enchères le code source d'origine du Web en tant que jeton non fongible (NFT). Montant de l’opération : 5,4 millions de dollars. Il avait été vivement critiqué pour cela.

L’ensemble est composé de plusieurs éléments : les fichiers originaux horodatés contenant le code source, une visualisation animée de près de 10 000 lignes de code, une lettre écrite par Tim Berners-Lee sur le code et le processus de création ainsi qu’une photographie du code complet créé à partir des fichiers originaux en utilisant Python. Les lignes de code référencées par le NFT comprennent des implémentations des trois langages et protocoles inventés par Berners-Lee qui restent aujourd'hui fondamentaux pour le Web : HTML (Hypertext Markup Language), HTTP (Hypertext Transfer Protocol) et URI (Uniform Resource Identifiers).

La transaction avait relancé la polémique autour des NFT, un des éléments majeurs du Web3, qui sont considérés par une grande partie de l'industrie et certains régulateurs comme une escroquerie. Et les événements récents semblent leur donner raison. Depuis le second semestre de l'année dernière, le marché des NFT s'est littéralement effondré, certains jetons non fongibles ayant perdu plus de la moitié de leur valeur et d'autres ne valent presque plus rien. Par exemple, le NFT du premier tweet du cofondateur de Twitter Jack Dorsey a été vendu début 2021 à 2,9 millions de dollars, mais il ne vaut aujourd'hui que 10 000 dollars.

Lors de la conférence VeeCon sur les NFT en mai, l'organisateur Gary Vaynerchuk, entrepreneur en série et influenceur des médias sociaux, a déclaré que presque la totalité des NFT actuels n'aura plus de valeur dans les deux à trois prochaines années. « En ce moment, l'énergie écrasante de l'espace est à très court terme. Je dirais que c'est de l'avidité. Beaucoup ne consacrent pas leur temps à l'éducation. La réalité est que tous ces comportements feront en sorte que 97-98 % des projets actuels perdront de la valeur au cours des 24-36 prochains mois, car les courbes de l'offre et de la demande ne fonctionneront pas », a déclaré Vaynerchuk.

Selon Berners-Lee, Solid vise deux objectifs distincts. L'un est d'empêcher les entreprises d'utiliser nos données A.A des fins non sollicitées, qu'il s'agisse de manipuler des électeurs ou de générer du clickbait (piège à clic). L'autre consiste à offrir des possibilités de tirer profit de nos informations. Les données relatives aux soins de santé, par exemple, pourraient être partagées entre des services de confiance pour améliorer un traitement et soutenir la recherche médicale. Cela évoque l'objectif initial de Berners-Lee de faire du Web un outil collaboratif. Mais le projet est critiqué par certains et peine à avoir le soutien des géants du Web.

« Je voulais être capable de résoudre des problèmes lorsqu'une partie de la solution est dans ma tête et une partie de la solution est dans votre tête, et que vous êtes à l'autre bout de la planète - connectés par Internet. C'était le genre de choses pour lesquelles je voulais construire le Web. Il a décollé davantage en tant que moyen de publication, mais tout n'est pas perdu », a-t-il déclaré. Solid n'est pas encore un remède efficace, mais le père du Web croit toujours que son enfant rebelle peut se remettre sur le droit chemin.

Source : TNW Conference

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des déclarations de Tim Berners-Lee ?
Que pensez-vous du projet Solid de Berners-Lee pour réinventer le Web ?
Selon vous, en quoi l'initiative Solid est-elle meilleure que le concept du Web3 ?
Selon vous, lequel de ces deux projets, Solid et Web3, a des chances de s'imposer dans les années à venir ?

Voir aussi

Tim Berners-Lee, le père du Web, prépare un nouveau projet qui consiste à créer des "pods", stockant des données personnelles contrôlées par l'utilisateur lui-même

L'inventeur du World Wide Web, Sir Tim Berners-Lee, affirme que sa création a été abusée pendant trop longtemps, d'après lui le Web s'est éloigné de son objectif initial

Tim Berners-Lee vend le code source d'origine du Web pour 5,4 millions de dollars en tant que jeton non fongible, alors que certains pays déclarent les NFT comme étant sans aucune valeur sous-jacente

Le fondateur de la conférence NFT "VeeCon" prévoit que 97 % des projets actuels perdront de leur valeur d'ici 2024, alors que le marché des cryptomonnaies et des NFT continue de s'effondrer

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 12:21
Tim Berner-Lee a été fort mal inspiré d'utiliser NodeJS pour son projet. Quand on veut créer un nouveau standard, la moindre des choses est de ne pas utiliser une technologie sujette à l'obsolescence programmée.
3  0