IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le W3C va devenir une organisation à but non lucratif d'intérêt public
L'entité juridique du W3C a été conçue de manière à ce que le « cœur » reste inchangé

Le , par Bruno

5PARTAGES

19  0 
Coralie Mercier, responsable du marketing et des communications du W3C, a annoncé le 28 juin que le W3C deviendra une organisation à but non lucratif d'intérêt public. « Nous avons le plaisir d'annoncer aujourd'hui que le W3C va devenir une organisation à but non lucratif d'intérêt public. » La conception de la nouvelle entité juridique a pris plusieurs années en raison de l'impératif de préserver la mission principale du Consortium, qui est de guider le Web en développant des normes ouvertes grâce aux contributions des membres du W3C, du personnel et de la communauté internationale.

« Nous avons conçu l'entité juridique du W3C de manière à ce que notre cœur reste inchangé », a déclaré le Dr Jeff Jaffe, PDG du W3C. « Notre travail axé sur les valeurs reste ancré dans la politique de brevet libre de droits du W3C et dans le document de processus du W3C, dans lequel nous avons inscrit notre engagement en faveur de la sécurité, de la confidentialité, de l'internationalisation et de l'accessibilité du Web. Le W3C et ses membres continueront à jouer un rôle fondamental pour que le web fonctionne pour des milliards de personnes. »


Lorsque l'inventeur du Web Tim Berners-Lee a fondé le W3C en 1994, il a créé une communauté de pairs. Les technologies du Web évoluaient déjà si rapidement qu'il était essentiel de réunir une organisation unique pour coordonner les normes du Web. Tim a accepté l'offre du MIT, qui avait l'expérience des consortiums, d'accueillir le W3C. Il a exigé dès le départ que le W3C ait une empreinte mondiale.

En quelques années, le MIT (États-Unis), l'université de Keio (Japon) et l'Inria (France, devenue ERCIM en 2003) ont conclu des accords pour assurer l'hébergement légal du W3C. L'Université de Beihang (Chine) a été ajouté en 2013. Les quatre partenaires se sont associés administrativement dans un modèle d'hébergement pour gérer les membres du W3C et fournir l'emploi du personnel mondial du W3C travaillant sous la direction de la direction du W3C.

Au niveau opérationnel, qui ne change pas, les membres du W3C sont liés par leur travail technique, unis autour de la mission du W3C qui consiste à mener le Web à son plein potentiel en créant des normes ouvertes qui garantissent que le Web reste ouvert, accessible, internationalisé, sécurisé et interopérable pour tout le monde dans le monde.

« Dans le cadre du modèle hébergé, nous avons été en mesure d'apporter des changements significatifs pour le mieux : lancement de groupes communautaires publics et gratuits pour la pré-normalisation, amélioration de notre processus et de notre politique en matière de brevets, libéralisation de notre licence pour les documents, adoption de recommandations vivantes, élargissement de notre champ d'action à l'industrie, établissement de liaisons avec l'IETF, le WHATWG et l'ISO », déclare Amy van der Hiel, coordinatrice des relations avec les médias du W3C.

Le Web Consortium a fait ses preuves en matière d'élaboration de normes reconnues mondialement, notamment les normes HTML et CSS sur lesquelles repose le Web. La valeur sociale et économique de ce que le W3C et ses membres ont produit ne peut être surestimée : des centaines de normes ouvertes ont permis la création de 2 milliards de sites web, l'émergence de phénomènes transformateurs comme les médias sociaux, le commerce électronique, la vidéo sur le web, la vidéoconférence.

Le travail du W3C permet aux personnes handicapées d'accéder au web, prend en charge des sites web dans des langues du monde entier, améliore la sécurité du web grâce à une authentification forte. Plutôt le 2 juillet, nous écrivons sur l’une des dernières actualités du W3C, l’organisation a en effet rejeté les objections de Google et de Mozilla à la proposition de Decentralized Identifiers (DID), ouvrant ainsi la voie à la publication de la spécification DID en tant que recommandation du W3C le mois prochain.

Les DID sont un nouveau type d'identifiant qui permet une identité numérique vérifiable et décentralisée. Un DID fait référence à n'importe quel sujet (par exemple, une personne, une organisation, une chose, un modèle de données, une entité abstraite, etc.) tel que déterminé par le contrôleur du DID. Contrairement aux identificateurs fédérés classiques, les DID ont été conçus de manière à pouvoir être découplés des registres centralisés, des fournisseurs d'identité et des autorités de certification.

« Il n'est pas question qu'une seule méthode DID puisse échouer à atteindre une ou plusieurs de ces propriétés. Il s'agit ici de savoir si la syntaxe proposée pour les identificateurs DID et les mécanismes associés ont été suffisamment démontrés pour avoir défini une classe extensible d'identificateurs ayant ces propriétés », déclare le W3C.

Pour le W3C, les objecteurs font une analogie avec la spécification initiale de l'URL et les schémas d'URL que cette spécification incluait. D'un point de vue architectural, l'analogie entre les schémas URL/URI et les méthodes DID est raisonnable. Les opposants demandent instamment qu'une recommandation DID URI suive le précédent établi par la spécification URL, qui comprenait plusieurs schémas spécifiques correspondant à des protocoles alors courants.

Selon l’organisation, bien que cette analogie réussisse au niveau architectural, elle échoue dans le contexte temporel. « La discussion qui a eu lieu au moment de la création de la piste de recommandation DID a montré qu'il existait un consensus sur le fait que des méthodes DID standard étaient souhaitables. La discussion a reconnu que l'obtention d'un consensus sur des méthodes standard spécifiques serait beaucoup plus difficile que l'obtention d'un consensus sur une base commune pour cette classe d'identifiants ».

« De ce point de vue, l'enregistrement d'une grande variété de méthodes DID conformes peut être considéré comme une démonstration que la spécification de base répond aux besoins de consensus de ceux qui développent des implémentations dans cet espace », poursuit le W3C. Les normes du W3C peuvent être utilisées par tout le monde, sans frais. Pourtant, il y a des impératifs pour élever le W3C à un niveau où il s'élève plus fort. Des moyens plus importants, une gouvernance plus forte alimentent le besoin de changement.

« Nous avons besoin d'une structure qui nous permette de répondre plus rapidement aux exigences des nouvelles capacités du web et de traiter les problèmes urgents du web. L'équipe du W3C est petite, limitée en taille, et le modèle hébergé entrave le développement rapide et l'acquisition de compétences dans de nouveaux domaines. »

Les responsables du W3C veulent placer la gouvernance au centre de la nouvelle organisation pour obtenir des rapports plus clairs, une plus grande responsabilité, une plus grande diversité, une orientation stratégique et une meilleure coordination mondiale. Un conseil d'administration sera élu à la majorité des membres du W3C. Il comprendra des sièges qui reflètent les objectifs multipartites du Consortium Web. Le W3C prévoit de poursuivre le travail conjoint avec les responsables actuels dans le cadre d'un partenariat mutuellement bénéfique.

« Le processus éprouvé de développement des normes doit être et sera préservé », indique le W3C. En effet, les processus du W3C favorisent l'équité et permettent le progrès. « Nos travaux de normalisation seront toujours réalisés en toute transparence, dans le cadre du document de processus du W3C et de la politique de brevet libre de droits du W3C, avec la participation de la communauté au sens large. »

Les décisions seront toujours prises par consensus. Les orientations techniques et les recommandations devront toujours être examinées par les membres du W3C. Le conseil consultatif continuera à guider l'amélioration du document de processus par la communauté. Le groupe d'architecture technique restera l'autorité suprême en matière de questions techniques.

Source : W3C

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle identité juridique du W3C ?

Quel est selon vous, l'intérêt de devenir une organisation à but non lucratif d'intérêt public ?

Voir aussi :

Le W3C rejette les objections de Mozilla et de Google concernant les identifiants décentralisés, « nous ne pouvons plus adopter une position attentiste sur les technologies », précise l'organisation

WebAuthn : le W3C et l'Alliance FIDO finalisent la norme pour les connexions sans mot de passe et appellent les sites et entreprises à l'adopter

HTML 5.2 est désormais finalisée et devient la nouvelle recommandation W3C, le draft de la spécification HTML 5.3 déjà publiée

Google, Apple, Microsoft et Mozilla s'opposent formellement à une décision du W3C, qui veut avancer dans le processus de standardisation de DOM 4.1

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !