IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Comment des milliers d'employés de Twitter peuvent prétendument accéder aux informations des utilisateurs,
Le lanceur d'alerte Mudge affirme que Twitter a de grandes lacunes en matière de sécurité

Le , par Bill Fassinou

2PARTAGES

7  0 
Lors d'une audience devant le Congrès américain mardi, les sénateurs ont appris que la protection des données sensibles des utilisateurs par Twitter est tellement laxiste que toute personne possédant un compte a des raisons de craindre pour la sécurité de ses informations. Peiter Zatko, ancien chef de la sécurité de Twitter, devenu lanceur d'alerte, a donné de nouveaux détails sur son allégation antérieure selon laquelle environ 50 % des 7 000 employés de Twitter pourraient potentiellement accéder aux informations personnelles de n'importe quel utilisateur, y compris leur adresse, leur numéro de téléphone et même leur emplacement physique actuel.

En août, Peiter Zatko, plus connu sous le nom de Mudge, a fait les gros titres en accusant Twitter d'avoir trompé les investisseurs sur le nombre de bots sur le service, de ne pas avoir supprimé les données des utilisateurs et d'avoir de mauvaises pratiques de sécurité, entre autres choses. En réponse, Twitter a déclaré qu'il avait été licencié en janvier 2022 pour "leadership inefficace et mauvaises performances" et que ses allégations contre l'entreprise peignaient un "faux récit". Zatko a été assigné à témoigner devant le Congrès américain. Et mardi, il a fait de nouvelles déclarations accablantes sur la politique de sécurité de l'entreprise.

Twitter a mis en place des politiques contre l'accès abusif des employés aux données, mais Zatko affirme qu'il n'y a pas assez de moyens techniques pour les empêcher de le faire. Si c'est vrai, cela pose un sérieux problème de sécurité pour les plus de 400 millions d'utilisateurs de Twitter, parmi lesquels des dirigeants mondiaux, des journalistes et des militants très en vue. « Je suis ici aujourd'hui parce que la direction de Twitter induit en erreur le public, les législateurs, les régulateurs et même son propre conseil d'administration », a déclaré Zatko, qui a dirigé le département de sécurité de Twitter de novembre 2020 à janvier 2022.



« Les défaillances de l'entreprise en matière de cybersécurité la rendent vulnérable à l'exploitation, causant un préjudice réel à des personnes réelles. Il n'est pas exagéré de dire que des employés de l'entreprise pourraient s'emparer des comptes de tous les sénateurs présents dans cette salle », a-t-il déclaré. Pirate informatique de renom et ancien employé du ministère de la Défense, Zatko a déclaré que les lacunes de Twitter en matière de cybersécurité "seraient une mine d'or" pour les gouvernements étrangers ou les agences de renseignement, transformant les lacunes de l'entreprise en un risque pour la sécurité nationale.

Zatko a déclaré que lorsqu'il a rejoint Twitter à la fin de 2020, l'entreprise avait "plus d'une décennie de retard sur les normes de sécurité de l'industrie". De plus, il a répondu par l'affirmative lorsque le sénateur John Kennedy (R-La) lui a demandé s'il est vrai que "tous les ingénieurs et la moitié des employés de Twitter" ont accès aux comptes des gens. Dans de nombreuses entreprises technologiques, les ingénieurs travaillent dans un environnement de test, où il n'y a pas des données réelles sur les utilisateurs et où les ingénieurs sont libres d'expérimenter de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux changements.

Mais Zatko a expliqué que chez Twitter, l'entreprise permet à tous ses ingénieurs d'accéder à son "environnement de production", c'est-à-dire au produit réel, ce qui leur donne accès aux données réelles des utilisateurs. « C'est une bizarrerie ; c'est une exception à la norme », a déclaré Zatko. Il a également ajouté qu'il avait vu des messages sur des forums clandestins proposant de vendre "l'accès à des comptes, de supprimer des comptes, de débanaliser des comptes, bien qu'il ne sache pas s'ils sont authentiques". « Les accusations sont troublantes », a déclaré le président du Comité judiciaire Dick Durbin (D-Ill.).

« L'essentiel est ceci : Twitter est une plateforme extrêmement puissante qui ne peut pas se permettre d'avoir des failles de sécurité béantes », a ajouté Durbin dans une déclaration liminaire. En août, Twitter a démenti les affirmations de Zatko, affirmant qu'elles sont "truffées d'incohérences et d'inexactitudes". Mais les pratiques de sécurité de l'entreprise font l'objet d'un examen minutieux depuis juillet 2020, lorsqu'une cyberattaque a permis à des pirates d'envoyer de faux tweets faisant la promotion d'une escroquerie au bitcoin à partir des comptes célèbres tels que celui de l'ancien président Barack Obama et le rappeur Kanye West.

Jack Dorsey, alors PDG de Twitter, a embauché Zatko quelques mois après l'incident, pour un bref mandat qui s'est terminé par le licenciement de Zatko au début de l'année. « En termes simples, les divulgations du lanceur d'alertes dressent le portrait inquiétant d'une entreprise qui se concentre uniquement sur les profits à tout prix, y compris au détriment de la sûreté et de la sécurité de ses utilisateurs », a déclaré Chuck Grassley (R-Iowa) dans son discours d'ouverture. Parlant de l'actuel PDG de Twitter, Grassley a ajouté : « si ces allégations sont vraies, je ne vois pas comment Agrawal peut conserver son poste chez Twitter ».

L'audition de mardi marque un renforcement de la pression exercée par le Congrès sur les entreprises pour qu'elles assument davantage de responsabilités en matière de failles de sécurité. La question est particulièrement urgente à l'approche des élections de mi-mandat, car les plateformes de médias sociaux sont à nouveau mises à l'épreuve pour combattre le type de désinformation qui s'est largement répandu pendant la compétition présidentielle de 2020. Selon Durbin, les préoccupations des législateurs concernant Twitter et d'autres plateformes de médias sociaux vont bien au-delà des failles de sécurité alléguées par Zatko.

La question de l'accès des employés aux données des utilisateurs n'est qu'un exemple parmi d'autres dans le portrait que fait Zatko d'une entreprise qui, selon ses dires, "court d'un feu à l'autre" plutôt que de s'attaquer aux vulnérabilités techniques de longue date qui exposent ses utilisateurs à des risques. « C'est une culture dans laquelle ils n'établissent pas de priorités. Ils ne sont capables de se concentrer que sur une crise à la fois. Et cette crise n'est pas terminée. Elle est simplement remplacée par une autre crise », a déclaré Zatko. La crise la plus imminente de Twitter à l'heure actuelle est l'incertitude quant à savoir qui finira par posséder l'entreprise.

En avril, Elon Musk a proposé de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars, avant de se rétracter peu après. Il a affirmé que les dirigeants de Twitter n'avaient pas répondu à ses demandes d'informations sur les robots spammeurs et d'autres problèmes liés à la plateforme, ce qui, selon lui, rend son offre d'achat obsolète. Twitter a poursuivi Musk en justice pour tenter de le forcer à conclure l'accord. Les affirmations de Zatko pourraient permettre à Musk de se dégager de l'accord avec Twitter, en étayant son affirmation selon laquelle l'entreprise n'a pas divulgué toute l'étendue de ses problèmes.

Musk a cité Zatko à comparaître dans le cadre de sa défense juridique contre Twitter. Zatko a affirmé, dans une plainte déposée par le Washington Post et CNN, que les dirigeants de Twitter avaient menti au sujet des vulnérabilités informatiques et de la sécurité des données. Il a également affirmé que Twitter ne supprime pas toujours les données des comptes désactivés et qu'il n'a pas réussi à débarrasser la plateforme des comptes robots automatisés connus pour diffuser de la propagande. Zatko a déclaré en outre que le gouvernement indien a fait pression sur Twitter pour qu'il engage au moins un agent du gouvernement du pays.

« L'exemple de l'Inde montre qu'il existe un risque plus important que des gouvernements étrangers ou des agences d'espionnage trouvent le moyen d'implanter des employés sur la plateforme de médias sociaux, étant donné le manque de garanties internes de Twitter. Si une telle entité devait placer quelqu'un chez Twitter, comme nous savons que cela s'est produit, il serait très difficile pour Twitter de le trouver. Ils seraient probablement en mesure de rester là pendant une longue période et d'obtenir une quantité importante d'informations à fournir à l'arrière », a déclaré Zatko mardi.

Par ailleurs, Zatko a déclaré que Twitter avait commis de multiples violations d'un décret de consentement en matière de confidentialité et de sécurité conclu en 2011 avec la Federal Trade Commission (FTC). Il a ajouté que les grandes entreprises technologiques ont beaucoup moins peur de la FTC et des autres régulateurs américains que des agences de régulation en Europe, qui ont le pouvoir légal d'imposer des amendes sévères et répétées pour les violations de la vie privée. « La FTC est un peu dépassée. Elle laisse les entreprises noter elles-mêmes leurs devoirs », a-t-il déclaré.

L'audition de mardi fait suite à une panne du centre de données de Twitter à Sacramento, en Californie, causé par une chaleur extrême la semaine dernière, qui aurait placé la plateforme de médias sociaux dans un "état non redondant". Le manque de centres de données redondants ou de sauvegarde supplémentaire était une autre préoccupation soulevée par Zatko dans sa plainte. Que le Congrès prenne ou non des mesures supplémentaires, les problèmes de Twitter continueront de se poser dans le cadre du procès opposant Twitter à Elon Musk, qui doit commencer le mois prochain devant la Cour de chancellerie du Delaware.

L'audition est également intervenue un jour avant une autre très attendue, toujours en rapport avec Twitter. Des responsables actuels et anciens de Twitter sont attendus devant la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales dans le cadre d'une audition distincte sur "l'impact des médias sociaux sur la sécurité intérieure". Le responsable des produits grand public de Twitter, Jay Sullivan, sera présent aux côtés des responsables des produits de Meta, YouTube et TikTok.

Source : Audience du Congrès

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des déclarations de Peiter Zatko sur la sécurité chez Twitter ?
Pensez-vous que ces informations pourraient faire pencher la balance du côté de Musk lors du procès ?

Voir aussi

Twitter : un lanceur d'alertes affirme que Musk avait raison au sujet des bots, la FTC examine le rapport

Elon Musk envoie une nouvelle notification pour tenter de mettre fin à l'accord sur Twitter, mais la plateforme de médias sociaux a rejeté la proposition des avocats de Musk

Twitter a accepté de payer environ 7 millions de dollars à son ancien responsable de sécurité devenu lanceur d'alerte, dont les allégations feront partie du dossier d'Elon Musk contre la société

Les estimations de Twitter concernant les bots sur l'application sont raisonnablement correctes, alors qu'Elon Musk continue d'affirmer que 20 % des comptes de l'application seraient des bots

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 22:23
Twitter affirme que les experts en mégadonnées d'Elon Musk n'ont pas confirmé les allégations sur les faux comptes
et demande au tribunal de sanctionner Musk pour manque de transparence

Twitter a déclaré que les propres spécialistes en mégadonnées d'Elon Musk ne soutenaient pas son affirmation selon laquelle le nombre de faux comptes sur la plateforme de médias sociaux est "largement plus élevé" que les estimations de l'entreprise. Un avocat de Twitter a déclaré à un juge du Delaware que des documents obtenus auprès de deux spécialistes en mégadonnées employés par Musk montrent qu'ils ont estimé début juillet le nombre de faux comptes sur la plateforme à 5,3 % et 11 %. Ce chiffre est relativement plus faible que le chiffre de 20 % avancé par Musk lorsqu'il a décidé de mettre fin à l'accord de rachat.

Alors que les parties se préparent à aller au procès en octobre, Musk pourrait avoir du mal à se retirer de l'accord de 44 milliards de dollars visant à racheter Twitter. Le PDG de Tesla et de SpaceX a fait valoir que Twitter a trompé les régulateurs et les investisseurs sur le nombre réel de faux comptes et de comptes de spam sur la plateforme. Musk estime que ce chiffre dépasse de loin le chiffre de 5 % cité par l'entreprise depuis des années. Mais au cours d'une audience de trois heures devant un tribunal du Delaware mardi, les avocats de Twitter ont déclaré que Musk n'est toujours pas parvenu à prouver les allégations sur le nombre de faux bots sur Twitter.

Ils ont déclaré que les documents qu'ils avaient reçus au cours de la procédure de divulgation montraient que deux consultants différents engagés par Musk, Cyabra et CounterAction, avaient produit des estimations de la quantité de comptes de spam sur Twitter de 11 % et 5 %, respectivement - des chiffres largement conformes aux estimations publiques de Twitter. « Aucune de ces analyses, pour autant que nous puissions le dire, n'a soutenu à distance ce que Musk a dit à Twitter et au monde entier dans la lettre de licenciement », a déclaré Bradley Wilson, un des avocats de l'entreprise de médias sociaux. Mais les avocats de Twitter vont encore plus loin.



Selon leurs déclarations, les rapports ont été remis à Musk un jour avant qu'il annonce son intention de mettre fin à l'accord de rachat. Twitter a également critiqué les méthodologies des deux experts en mégadonnées engagés par Musk, malgré leurs résultats apparemment favorables. Twitter a demandé au tribunal d'obliger Musk à partager davantage d'informations sur le travail d'autres consultants qu'il a engagés. La société a déclaré que si Musk avait partagé certains détails produits par ses consultants, il s'était également engagé dans un "modèle de retard et d'obstruction" au cours des deux derniers mois, ce que les avocats de Musk ont nié.

Mardi, un avis du tribunal a indiqué que la déposition de Musk était reportée de cette semaine aux 6 et 7 octobre. La déposition de Musk devrait être un élément clé du litige. Lors de ses précédents témoignages, il s'est montré combatif sous serment. Brian Quinn, professeur à la Boston College Law School, a déclaré que le calendrier des dépositions est important et que Twitter ferait mieux de retarder l'interview de Musk jusqu'à ce qu'il ait obtenu ses communications. « Vous allez retarder vos meilleurs témoins pour la fin, autant que possible, de sorte que vous ayez toute la découverte », a déclaré Quinn.

Par ailleurs, Twitter a accusé l'équipe de Musk de ne pas avoir remis les discussions pertinentes que le PDG avait eues sur Signal et nié que Musk utilisait l'application de messagerie chiffrée, citant la preuve d'un échange avec l'investisseur Marc Andreessen en avril, dans lequel les messages ont été automatiquement supprimés après un certain temps. L'échange n'a été révélé qu'après qu'Andreessen en a envoyé une capture d'écran à d'autres personnes par courrier électronique. Twitter a également déclaré que l'équipe de Musk avait omis de transmettre des messages texte entre Musk et James Gorman, directeur général de Morgan Stanley.

L'équipe de Musk aurait également manqué de remettre les messages avec Larry Ellison d'Oracle. Mais les avocats de Musk ont nié qu'il avait intentionnellement retenu des communications, arguant que "des erreurs mineures peuvent se produire dans le cadre d'un litige accéléré". De son côté, Twitter a demandé au tribunal d'imposer des sanctions à Musk pour ce qu'il a décrit comme "sa mauvaise conduite pour ne pas avoir produit les messages". Il s'agit notamment d'une conclusion de "déduction défavorable" qui permettrait au tribunal de supposer que Musk a dissimulé des détails qui mineraient son argument juridique.

La chancelière Kathaleen McCormick de la Cour de chancellerie du Delaware n'a pas statué immédiatement, déclarant qu'elle prendrait l'affaire en délibéré. Le procès de cinq jours doit commencer le 17 octobre. Elle avait déclaré précédemment que Musk pouvait utiliser sur les allégations du lanceur d'alerte de Twitter Peiter Zatko dans le cadre du procès. L'équipe de Musk a cité Zatko à comparaître dans le cadre de sa défense juridique contre Twitter. Zatko a affirmé, dans une plainte déposée par le Washington Post et CNN, que les dirigeants de Twitter avaient menti au sujet des vulnérabilités informatiques et de la sécurité des données.

Lors de son audition devant le Sénat américain plus tôt ce mois, Zatko a déclaré que Twitter ne supprime pas toujours les données des comptes désactivés et qu'il n'a pas réussi à débarrasser la plateforme des comptes robots automatisés connus pour diffuser de la propagande. Zatko a ajouté en outre que le gouvernement indien a fait pression sur Twitter pour qu'il engage au moins un agent du gouvernement du pays. Zatko a déclaré que lorsqu'il a rejoint Twitter à la fin de 2020, l'entreprise avait "plus d'une décennie de retard sur les normes de sécurité de l'industrie".

Pirate informatique de renom et ancien employé du ministère de la Défense, Zatko a déclaré que les lacunes de Twitter en matière de cybersécurité "seraient une mine d'or" pour les gouvernements étrangers ou les agences de renseignement, transformant les lacunes de l'entreprise en un risque pour la sécurité nationale. « Les défaillances de l'entreprise en matière de cybersécurité la rendent vulnérable à l'exploitation, causant un préjudice réel à des personnes réelles. Il n'est pas exagéré de dire que des employés de l'entreprise pourraient s'emparer des comptes de tous les sénateurs présents dans cette salle », a-t-il déclaré.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer

Musk prétend qu'il y a eu "conspiration entre les dirigeants de Twitter" pour tromper le public, sa contre-plainte fait état de "nombreuses raisons indépendantes suffisantes" pour rompre l'accord

Les actionnaires de Twitter approuvent l'accord de rachat de 44 milliards de dollars d'Elon Musk, quelques semaines avant le début du procès sur la tentative de Musk d'échapper à ses obligations
6  1 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 05/10/2022 à 19:50
Elon Musk aurait l'intention de détruire Twitter pour le transformer en WeChat, le chat chinois
soit une application permettant de tout faire, de la messagerie aux paiements électroniques

Après la volte-face inattendue d'Elon Musk au sujet du rachat de Twitter inc., le milliardaire a relancé mardi le débat sur ce qu'il ferait de l'entreprise de médias sociaux maintenant que cette dernière lui appartient. Musk a déclaré que le rachat de Twitter devrait accélérer ses plans personnels pour la création d'une application appelée "X" qu'il décrit comme "une application tout-en-un". Cela rappelle les précédentes déclarations de Musk au sujet de WeChat de Tencent présentant les mêmes caractéristiques et permettant aux utilisateurs de communiquer, s'informer, s'envoyer de l'argent, acheter ou vendre sur Internet, prendre un rendez-vous pour divorcer, etc.

Sans donner trop de détails sur ses motivations, Musk a préféré éviter le procès contre Twitter et a finalement décidé d’honorer l’accord de 44 milliards de dollars qu'il a signé en avril 2022 pour racheter le réseau social et en devenir l'unique propriétaire. Bien sûr, cette décision a surpris plus d'un, car Musk avait suspendu l'accord en juillet dernier, alléguant que Twitter lui avait menti au sujet du nombre de faux comptes sur la plateforme. Musk était convaincu que le nombre de bots est supérieur aux 5 % avancés par réseau social, mais n'a pas réussi à le prouver, ses propres estimations ayant consolidé les chiffres de l'entreprise.

Désormais, tout le monde est suspendu aux lèvres de Musk, souvent qualifié de mégalomane en raison de ses déclarations et de ses agissements, afin qu'il donne une idée de la direction que Twitter prendra à l'avenir. Eh bien ! Musk ne s'est pas fait attendre longtemps, car dès mardi matin, il a parlé d'une application appelée "X", une idée qu'il développe en ces termes : "the everything app". D'après les commentaires passés du milliardaire, ce service pourrait ressembler à la "super-application" chinoise WeChat. Il n'a pas fourni beaucoup de détails au-delà d'un tweet d'une phrase, mais il est un fervent admirateur de l'application de Tencent.



À sa sortie en 2011, WeChat n'était qu'une simple application mobile de messagerie textuelle et vocale. Cependant, il a rapidement évolué pour devenir une application permettant au Chinois de faire presque tout en ligne, soit une sorte de mini-Internet utilisé quotidiennement par plus d'un milliard de personnes. Musk a songé à voix haute à rendre Twitter plus utile, indiquant qu'il souhaitait qu'il ressemble davantage à WeChat et à TikTok, le service de partage de vidéos de ByteDance qui a pris son essor aux États-Unis. Le milliardaire a également établi un parallèle avec d'autres "super applications", très répandues dans certaines régions d'Asie.

Il s'agit d'applications qui permettent aux utilisateurs d'avoir accès à toute une série de services allant des communications à l'appel d'un VTC. WeChat est parfois décrit comme étant à la fois Facebook, Twitter, Snapchat et PayPal. Ailleurs en Asie, les gens ont également adopté en masse des applications telles que Grab à Singapour et en Malaisie, ou Line au Japon. Au départ, Grab était surtout connu comme un fournisseur de services de covoiturage, tandis que Line a gagné en popularité en tant qu'application de messagerie, mais les deux se sont depuis considérablement diversifiées pour offrir d'autres fonctionnalités.

« L'achat de Twitter est un accélérateur pour créer X, l'application tout-en-un », a tweeté Musk mardi. Il n'a pas caché son désir d'imiter le succès de WeChat. En juin, lors d'une réunion publique avec les employés de Twitter, il a comparé le potentiel de l'entreprise américaine à celui du service omniprésent de Tencent en Chine. « Je pense qu'un objectif important pour Twitter serait d'essayer d'inclure la plus grande partie du pays ou si possible la plus grande partie du monde. En Chine, vous vivez essentiellement sur WeChat parce que l'application est tellement utilisable et utile à la vie quotidienne », a déclaré l'homme d'affaires.

« Je pense que si nous pouvons atteindre cela, ou même nous en approcher chez Twitter, ce serait un immense succès », a-t-il ajouté. En résumé, voici cinq aspects de WeChat qui pourraient servir de modèle à Musk :

  1. C'est bien plus qu'un média social. Véritable super-application, des centaines de millions de personnes utilisent WeChat chaque jour pour réserver un trajet en voiture, faire une réservation au restaurant ou commander de la nourriture. Cela est possible grâce à un réseau dynamique de "mini-programmes" ou d'applications légères qui se connectent directement à l'interface de WeChat ;
  2. WeChat est un titan de la fintech, l'un des plus grands réseaux de paiement et de finance en ligne de Chine. Les utilisateurs s'envoient de l'argent, paient des biens et des services, et empruntent même de l'argent ;
  3. C'est l'un des portails d'information et de divertissement les plus populaires du pays. Comme aux États-Unis, de nombreux jeunes utilisateurs s'informent de plus en plus par le biais de leurs fils d'actualité sur les médias sociaux, mais c'est encore plus vrai en Chine ;
  4. les entreprises s'en servent également. L'économie des mini-programmes WeChat représente environ 240 milliards de dollars et a connu une croissance d'environ 12,5 % pour atteindre 450 millions d'utilisateurs en 2021 ;
  5. en bref, WeChat fonctionne comme un service tout-en-un, combinant les utilisations d'applications comme Facebook, Twitter, Uber, Instagram et Substack.


En outre, Musk a comparé ses ambitions pour Twitter à la vision qu'il avait pour l'application X. Ce nom fait en effet allusion à X.com, une société de banque en ligne qu'il a lancée en novembre 1999 et qui deviendra PayPal en 2001. Musk a d'ailleurs racheté le nom de domaine "X.com" en 2017. Pour l'instant, Musk n'a pas encore exposé ses plans pour X. Mais les analystes estiment qu'il devra relever de nombreux défis. Tout d'abord, la concurrence est féroce. Ivan Lam, analyste principal chez Counterpoint Research, a déclaré les applications comme Facebook, YouTube et TikTok essaient tous désormais de devenir des super-applications.



« Pour devenir une super-application, c'est en fait très difficile », note-t-il. Xiaofeng Wang, analyste principal chez Forrester Research qui se concentre sur le marketing numérique et les stratégies d'engagement en Asie-Pacifique, a fait écho à ce point de vue. Elle a également indiqué que l'industrie n'a fait que devenir plus saturée ces dernières années. « Lorsque WeChat a lancé pour la première fois des services étendus au-delà du social, il n'y avait pas encore tant de concurrents établis dans des activités connexes. Par exemple, lorsque WeChat Pay a été lancé, il n'y avait pas encore de services de paiement mobile bien établis en Chine », a-t-elle déclaré.

Pendant ce temps, aux États-Unis, il y a déjà PayWave, Apple Pay, Google Pay, PayPal, Venmo. Selon Wang, les entreprises qui tentent de s'implanter dans ce secteur risquent également de se heurter à l'opposition des responsables politiques. « L'environnement réglementaire plus souple de la Chine à l'époque a donné aux sociétés Internet comme Tencent et Alibaba plus de latitude pour s'étendre à un large éventail d'activités. WeChat en a bénéficié et est devenu une super-application. Ce serait beaucoup plus difficile aujourd'hui, étant donné les réglementations antimonopoles plus strictes en Chine », a-t-elle déclaré.

Selon Wang, il serait certainement plus difficile pour Twitter ou le futur X de faire cela aux États-Unis. Cependant, le principal défi consiste peut-être à essayer d'être tout pour tout le monde. Lam a fait remarquer que plusieurs "super-applications" à succès ont généralement ciblé des publics spécifiques, ce qui facilite l'adaptation d'une suite de services à leurs besoins. Cela serait difficile à reproduire à l'échelle mondiale, et pourrait signifier que Twitter ou X devraient également se concentrer sur certaines régions pour décoller. Musk semble être conscient des différents aspects de la chose et a reconnu la difficulté de la tâche.

Mardi, un utilisateur de Twitter a affirmé qu'"il aurait été plus facile de démarrer l'application X à partir de zéro", ce qui a incité Musk à répondre que Twitter était un élément important du plan. « Twitter accélère probablement X de 3 à 5 ans, mais je peux me tromper », a écrit Musk. Wang a déclaré que les recherches de Forrester avaient montré qu'il existait des différences fondamentales dans la façon dont les utilisateurs occidentaux et chinois considéraient les médias sociaux, ce qui rendait plus difficile pour les entreprises occidentales "d'établir le même niveau de confiance".

Ainsi, il pourrait être beaucoup plus difficile de créer une super-application comme WeChat en Occident. Enfin, il est important de noter qu'il y a un point sur lequel Musk, qui se présente comme un défenseur des libertés sur Internet, ne s'inspirerait probablement pas. WeChat est fortement surveillé et censuré : des armées de modérateurs humains et informatiques veillent à ce qu'il n'y ait pas de contenu jugé indésirable par le parti communiste au pouvoir. Cela va des messages obscènes à la dissidence et à la critique du gouvernement.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la direction probable que Musk pourrait donner à Twitter ?
Pensez-vous que Musk pourrait réussir à transformer Twitter en un équivalent de WeChat aux États-Unis ?
Selon vous, quels pourraient être les avantages de la mise en œuvre d'un tel projet ? Y aurait-il des inconvénients ?

Voir aussi

Elon Musk fait volte-face et indique à Twitter qu'il est disposé à racheter le réseau social au prix d'origine, les actions de Twitter bondissent de 22% suite à cette annonce

Twitter affirme que les experts en mégadonnées d'Elon Musk n'ont pas confirmé les allégations sur les faux comptes, et demande au tribunal de sanctionner Musk pour manque de transparence

Musk prétend qu'il y a eu "conspiration entre les dirigeants de Twitter" pour tromper le public, sa contre-plainte fait état de "nombreuses raisons indépendantes suffisantes" pour rompre l'accord

Elon Musk au personnel de Twitter : les employés « exceptionnels » pourront travailler à distance, Twitter doit ressembler davantage à WeChat et TikTok pour atteindre un milliard d'utilisateurs
4  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 05/10/2022 à 10:43
Elon Musk fait volte-face et indique à Twitter qu'il est disposé à racheter le réseau social au prix d'origine,
les actions de Twitter bondissent de 22% suite à cette annonce

Elon Musk a finalement décidé d’honorer l’accord qu’il a signé en avril 2022 malgré le conflit avec Twitter qui dure déjà depuis plusieurs mois. Elon Musk a proposé au réseau social de boucler le rachat dans les termes initialement convenus, c'est-à-dire 54,20 dollars par action, ce qui représente environ 44 milliards de dollars en tout. Une situation qui pourrait en surprendre plus d'un étant donné qu’Elon Musk prépare son procès contre le réseau social en pointant entre autres le pourcentage de bots qui serait supérieur aux 5% avancés par Twitter.

Dans un communiqué sur sa plateforme, Twitter indique : « Nous avons reçu la lettre que les représentants de Musk ont déposée auprès de la SEC. L’intention de l’entreprise est de conclure la transaction à 54,20 $ par action ». Ladite lettre est consultable publiquement.


Elon Musk a fait marche arrière et propose à nouveau de racheter Twitter pour 54,20 $ par action, selon un dépôt réglementaire mardi. Les actions Twitter ont bondi de plus de 22% suite à cette annonce.

La société de médias sociaux a publié une déclaration indiquant qu'elle avait reçu la lettre lundi et a indiqué : « L'intention de la société est de conclure la transaction à 54,20 $ par action ».


Voici le contenu de la lettre, rendu public par la SEC, l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers :

Au nom de X Holdings I, Inc., X Holdings II, Inc. et Elon R. Musk (les «*Parties Musk*»), nous vous écrivons pour vous informer que les Parties Musk ont ​​l'intention de procéder à la clôture de la transaction envisagée par la Merger Agreement du 25 avril 2022, selon les termes et sous réserve des conditions qui y sont énoncées et dans l'attente de la réception du produit du financement par emprunt envisagé, à condition que la Delaware Chancery Court suspende immédiatement l'action, Twitter contre Musk, et Al. (« l'Action ») et ajourne le procès et toutes les autres procédures y afférentes en attendant cette clôture ou une nouvelle ordonnance de la Cour.

Les Parties Musk fournissent cet avis sans reconnaissance de responsabilité et sans renonciation ou préjudice à l'un de leurs droits, y compris leur droit de faire valoir les défenses et les demandes reconventionnelles en cours dans l'Action, y compris dans le cas où l'Action n'est pas suspendue, que Twitter échoue ou refuse de se conformer à ses obligations en vertu de l'accord de fusion du 25 avril 2022 ou si l'opération envisagée par celui-ci échoue autrement.
En clair, le dossier de la SEC indique que Musk a envoyé une lettre à Twitter lundi, informant la société de son intention de procéder à la transaction convenue le 25 avril, le jour où l'accord a été annoncé publiquement, à condition de suspendre le procès prévu pour le 17 octobre.

Bientôt la fin du jeu du chat et de la souris ?

Quelques semaines après que Musk a accepté cet accord, valorisant Twitter à 44 milliards de dollars, il a rapidement tenté de se retirer, informant officiellement la société en juillet de son intention de résilier l'accord. Avant cela, dans une lettre adressée à Twitter en juin, le milliardaire a réitéré sa demande de détails sur les comptes de robots et a déclaré qu'il se réservait tous les droits de mettre fin à la fusion, car la société était en « violation substantielle manifeste » de ses obligations en ne lui fournissant pas les informations :

« M. Musk n'est pas d'accord avec les caractérisations de la lettre du 1er juin de Twitter. Twitter a, en effet, refusé de fournir les informations que M. Musk a demandées à plusieurs reprises depuis le 9 mai 2022 pour faciliter son évaluation des spams et des faux comptes sur la plateforme de l'entreprise. La dernière offre de Twitter de simplement fournir des détails supplémentaires concernant les propres méthodologies de test de l'entreprise, que ce soit par le biais de documents écrits ou d'explications verbales, équivaut à refuser les demandes de données de M. Musk. L'effort de Twitter pour le caractériser autrement n'est qu'une tentative d'obscurcir et de confondre le problème. M. Musk a clairement indiqué qu'il ne pensait pas que les méthodologies de test laxistes de l'entreprise étaient adéquates, il devait donc mener sa propre analyse. Les données qu'il a demandées sont nécessaires pour ce faire.

« Comme indiqué, en vertu de divers termes de l'accord de fusion, Twitter est tenu de fournir les données et informations demandées par M. Musk dans le cadre de la réalisation de la transaction. L'obligation de Twitter de fournir des informations à M. Musk n'est pas, comme le suggère la lettre de la société du 1er juin, limitée à un "objectif très précis : faciliter la clôture de la transaction". Au contraire, M. Musk a le droit de rechercher, et Twitter est tenu de fournir, des informations et des données pour, entre autres, "toute fin commerciale raisonnable liée à la réalisation de la transaction" (section 6.4). Twitter doit également fournir une coopération raisonnable dans le cadre des efforts de M. Musk pour obtenir le financement par emprunt nécessaire à la réalisation de la transaction, notamment en fournissant les informations "raisonnablement demandées" par M. Musk (section 6.11). Les demandes de données des utilisateurs de M. Musk satisfont non seulement aux deux critères, mais répondent également à l'interprétation étroite de Twitter de l'accord de fusion, car ces informations sont nécessaires pour faciliter la clôture de la transaction.

« En tant que propriétaire potentiel de Twitter, M. Musk a clairement droit aux données demandées pour lui permettre de préparer la transition de l'activité de Twitter vers sa propriété et de faciliter le financement de sa transaction. Pour faire les deux, il doit avoir une compréhension complète et précise du cœur même du modèle commercial de Twitter : sa base d'utilisateurs actifs. En tout état de cause, M. Musk n'est pas tenu d'expliquer pourquoi il a demandé les données ni de se soumettre aux nouvelles conditions que la société a tenté d'imposer à son droit contractuel sur les données demandées. À ce stade, M. Musk pense que Twitter refuse de manière transparente de se conformer à ses obligations en vertu de l'accord de fusion, ce qui suscite de nouveaux soupçons selon lesquels la société retient les données demandées en raison de l'inquiétude de ce que la propre analyse de M. Musk de ces données permettra de découvrir.

« Si Twitter est confiant dans ses estimations de spam publiées, M. Musk ne comprend pas la réticence de l'entreprise à permettre à M. Musk d'évaluer ces estimations de manière indépendante. Comme indiqué dans notre correspondance précédente, M. Musk se conformera bien sûr aux restrictions prévues à la section 6.4, notamment en s'assurant que toute personne examinant les données est liée par un accord de non-divulgation, et M. Musk ne conservera ni n'utilisera autrement aucune information sensible sur le plan de la concurrence si la transaction n'est pas réalisée.

« Sur la base du comportement de Twitter à ce jour, et de la dernière correspondance de la société en particulier, M. Musk pense que la société résiste activement et contrecarre ses droits à l'information (et les obligations correspondantes de la société) en vertu de l'accord de fusion. Il s'agit d'une violation manifeste et substantielle des obligations de Twitter en vertu de l'accord de fusion et M. Musk se réserve tous les droits en résultant, y compris son droit de ne pas réaliser la transaction et son droit de résilier l'accord de fusion ».

Twitter a poursuivi Musk pour le forcer à procéder à l'achat. Les deux parties devaient être jugées devant le Delaware Chancery Court le 17 octobre.

Musk a allégué que Twitter trompait le public sur la quantité de bots présents sur son service et a fait brandir cet argument comme l'une des raisons pour lesquelles il renonçait à l'accord. Lui et ses avocats ont affirmé que la société de médias sociaux trompait les investisseurs en fournissant de faux chiffres dans les documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission.

Twitter a toutefois rétorqué que les affirmations de fraude de Musk étaient incorrectes et reposaient sur une mauvaise compréhension de la manière dont l'entreprise comptabilise les robots et les faux comptes sur sa plateforme.

Musk a également allégué que Twitter ne lui avait pas fourni les données nécessaires liées au spam et aux bots, ce que Twitter a nié.

Twitter a allégué que Musk cherchait une raison de se retirer de l'accord lorsque les actions de la société ont chuté parallèlement à une baisse plus large du marché global.

Bien que Musk ait cherché à retarder la date du procès, la chancelière du Delaware, Kathaleen McCormick, a rejeté sa demande, invoquant le risque que Twitter subisse un « préjudice irréparable ». La chancelière a autorisé Musk et ses avocats à modifier leur demande reconventionnelle pour inclure certaines accusations portées par l'ancien chef de la sécurité de Twitter dans une poursuite distincte contre la société.

D'énormes problèmes de sécurité au sein de Twitter, selon son ancien responsable

Pour mémoire, l'ancien responsable de la sécurité de Twitter, Peiter Zatko connu sous le nom de "Mudge", a accusé Twitter et son conseil d'administration d'avoir violé les règles financières, d'avoir commis des fraudes et d'avoir grossièrement négligé ses obligations en matière de sécurité, dans une plainte déposée auprès de la Securities & Exchange Commission, de la Federal Trade Commission et du ministère américain de la Justice.

Zatko allègue que les cadres de Twitter étaient plus investis dans la dissimulation de ces vulnérabilités, y compris la sélection et la présentation erronée des données sur les comptes de spam et les menaces de sécurité aux régulateurs et aux membres du conseil d'administration de Twitter. « Selon la plainte, les cadres supérieurs pouvaient gagner des primes individuelles allant jusqu'à 10 millions de dollars liées à l'augmentation du nombre d'utilisateurs quotidiens, et rien d'explicite pour la réduction du spam » rapporte le Post. Selon CNN, ces risques de sécurité « pourraient ouvrir la porte à l'espionnage ou à la manipulation étrangère, au piratage et aux campagnes de désinformation. »

Le document de 84 pages du lanceur d'alerte décrit Twitter comme une entreprise sans vision de ses problèmes et sans leadership pour les résoudre. Il dresse un tableau désastreux des opérations informatiques de Twitter, affirmant que plus de 50 % des 500 000 serveurs du centre de données de l'entreprise utilisent des noyaux ou des systèmes d'exploitation non conformes, que plus de 30 % des appareils des employés ont désactivé les mises à jour logicielles et de sécurité, et que la gestion des appareils mobiles et la détection des menaces internes sont déficientes. Il se pourrait également qu'environ la moitié des quelque 10 000 employés de Twitter aient accès aux systèmes de production en direct et aux données des utilisateurs.

Twitter risque des milliards de dollars d'amendes de la FTC s'il s'avère, comme le prétend Zatko, qu'il viole un accord conclu en 2010 avec la FTC pour répondre aux préoccupations des régulateurs fédéraux en matière de sécurité.

« Prenez une plateforme technologique qui collecte des quantités massives de données sur les utilisateurs, combinez-la avec ce qui semble être une infrastructure de sécurité incroyablement faible et infusez-la avec des acteurs étatiques étrangers avec un agenda, et vous avez une recette pour un désastre », a déclaré Grassley. « Les affirmations que j'ai reçues d'un lanceur d'alerte de Twitter soulèvent de graves problèmes de sécurité nationale ainsi que des questions de confidentialité, et elles doivent faire l'objet d'une enquête plus approfondie. »

La volte-face d'Elon Musk, pourquoi ?

Dans sa lettre, Elon Musk demande l’annulation du procès l’opposant à Twitter, qui était prévu du 17 au 21 octobre. Est-il possible que cette date butoir fasse réfléchir le milliardaire ? Étant donné la façon dont s'est déroulée l'audience préliminaire durant laquelle la chancelière a fait comprendre aux avocats d'Elon Musk qu'il était hors de propos de déployer la charnière de la défense sur les faux comptes, il est probable que oui. Dans le contrat avec Twitter, une clause aurait obligé Elon Musk à payer un milliard de dollars en cas de non-rachat ; Elon Musk s'y était de toutes les façons préparé en vendant des actions Tesla pour des milliards de dollars.

Elon Musk a-t-il décidé qu’il était plus sage de revenir aux conditions initiales ? Après des mois de luttes avec Twitter sur Twitter ?

Sources : SEC, Twitter

Et vous ?

Êtes-vous surpris de voir Elon Musk faire marche arrière et être prêt à racheter Twitter aux conditions initiales après ces mois de lutte ? Pourquoi ?
Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer ce revirement de situation ?
L'une des conditions posées par Elon Musk est la suspension du procès prévue pour le 17 octobre, un élément de réponse indiquant ce qu'Elon Musk voudrait éviter ? Dans quelle mesure ?
3  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2022 à 12:20
Je suis honnetement étonné de ce changement, donc l'ego de Musk vaut moins de 44 milliards $ ou alors il a quelque chose derrière la tete.
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Il faut rappeler que Musk est un libertarien et qu'il a une dent contre twitter depuis qu'ils ont éjectés TRUMP. Il ne veut pas faire de l'argent avec twitter mais plutôt s'arranger pour la punir/la faire couler et surtout pouvoir y user de son influence pour faire passer ses idées débiles et dangereuses :
J'ai de gros doutes qu'il veuille mettre tant d'argent juste pur couler Twitter.
Par contre il va se dépécher d'y acceuillir Trump qui se dépéchera d'y revenir, constatant l'échec de son réseau de la vérité.
Et il va se dépecher d'en faire son outil de propagande (encore plus qu'avant)
Je suis curieux de voir à quel point il sera libertarien. Il a tendance à museler ses employés, fera t il la promotion de la liberté d'expression de ses opposants que de la sienne?
Je ne crois pas mais c'est probablement le dernier sujet sur lequel j'ai un peu d'espoir en lui.
3  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/09/2022 à 9:45
Et oui mon petit Elon, il va falloir passer à la caisse...
3  1 
Avatar de Leruas
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/10/2022 à 23:20
Il peut l'acheter et effacer la base de données et bannir tous les utilisateurs, ça rendra service à l'humanité pour devenir peut être un jour une espèce interstellaire.
2  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 19:09
Bonsoir

Comment des milliers d'employés de Twitter peuvent-ils prétendument accéder aux informations des utilisateurs . Le lanceur d'alerte Mudge affirme que Twitter a de grandes lacunes en matière de sécurité .

Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme dans toutes entreprises de la tech ...ou entreprise tout court. Un grand nombre d'employés ont accés à la bdd client / produit / service / fournisseur ... rien de choquant jusqu'à la . Le plus choquant c'est quand la politique de qui accéde à quoi laisse à désirer ! On dirait que c'est le cas chez Twitter ^^

Que pensez-vous des déclarations de Peiter Zatko sur la sécurité chez Twitter ?
Twitter a donc une politique de droit d'accès qui laisse à désirer !

Pensez-vous que ces informations pourraient faire pencher la balance du côté de Musk lors du procès ?
Un manque dans la politique de sécurité ... pourrait , comme une norme incendie non respectée faire capoter un rachat.

Demain si je veux acheter un "truc" et que je constate des vices , je suis en droit de porter l'affaire en justice pour duperie / tromperie ^^ Et la malhonnêteté du vendeur est punissable.
1  0 
Avatar de GATEN
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/10/2022 à 13:38
J'ai toujours cru que l'achat de Twitter était une diversion pour vendre des actions Tesla sans créer une panique sur le titre.
Mais si le fruit de la vente des actions Tesla se trouve bloqué dans Twitter, quel intérêt ?

Pourquoi un tel retournement ? La perspective de perte du procès qui s'est transformé en quasi certitude ?
1  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/10/2022 à 17:07
Aux usa, gagner l election c'est mettre tous ses amis et leurs entreprises en contrat avec l'état fédéral

Il y a énormément d'argent à gagner.

Au point que 44 milliard représente une petite somme
1  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 06/10/2022 à 7:09
Citation Envoyé par Locabimp
C'est une bonne idée mais c'est tellement difficile de la réaliser, car je pense pas que ça nous dérange de naviguer d'une application a une autre. Exemple je pense qu'on est beaucoup à avoir différé réseaux sociaux comme Facebook, snap, Insta, tiktok. Pourtant souvent le même contenu est partagé sur tous les réseaux, mais ça nous empêche pas d'être sur une plusieurs plateforme.
d'un autre côté je pense que Facebook commence à être vieux c'est un avis personnel je n'y vais presque jamais dessus, et je pense qu'on est beaucoup à moins s'y intéresser.
Pour moi au contraire, je préfère avoir des appli spécialisées. Ne fusse que pour ne pas avoir tout mes œufs dans le même panier, qu'une société n'aie pas toutes mes données, que je puisse changer facilement si il m'en prend l'envie et puis a mon avis la sécurité est également meilleur.
1  0