IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Il est prouvé que Facebook a un impact négatif sur la santé mentale
Une étude est la première à établir un lien entre l'utilisation de la plateforme et l'aggravation de l'anxiété et de la dépression

Le , par Nancy Rey

13PARTAGES

33  0 
Facebook, le média social pionnier de Mark Zuckerberg, lancé en 2004 et utilisé quotidiennement par deux milliards de personnes dans le monde, a un impact négatif important sur la santé psychologique des étudiants. C'est ce qu'a prouvé une comparaison de la santé mentale d'étudiants américains dans des universités et des collèges qui avaient accès à Facebook et d'autres qui n'y avaient pas accès. L'étude, qui sera bientôt publiée dans l'American Economic Review sous le titre "Social Media and Mental Health", a déjà été récompensée lors de la réunion européenne de l'Economic Society de cette année. Elle a été menée par des chercheurs de l'université de Tel-Aviv (TAU), de la Sloan School of Management du Massachusetts Institute of Technology et de l'université Bocconi de Milan, en Italie.


Si de nombreuses études ont établi une corrélation entre l'utilisation des médias sociaux et divers symptômes liés à la santé mentale, il était jusqu'à présent difficile de déterminer si les médias sociaux étaient réellement à l'origine de la mauvaise santé mentale. En appliquant une nouvelle méthode de recherche, des chercheurs ont maintenant réussi à établir une telle causalité : Une étude menée par des chercheurs de l'université de Tel-Aviv, de la Sloan School of Management du MIT et de l'université Bocconi révèle de nouveaux résultats concernant l'impact négatif de Facebook sur la santé mentale des étudiants américains.

L'étude a été menée par le Dr Roee Levy de la Berglas School of Economics de l'université de Tel-Aviv, le professeur Alexey Makarin de la MIT Sloan School of Management et le professeur Luca Braghieri de l'université Bocconi. L'article sera publié dans la revue scientifique American Economic Review et a été primé lors de la réunion européenne de l'Economic Society (ESEM) de 2022. « Au cours des quinze dernières années, les tendances en matière de santé mentale des adolescents et des jeunes adultes aux États-Unis se sont considérablement détériorées. Comme cette dégradation des tendances a coïncidé avec l'essor des médias sociaux, il semblait plausible de spéculer que les deux phénomènes pouvaient être liés » , explique le professeur Braghieri.

L'étude s'est basée sur des données qui remontent à l'avènement de Facebook en 2004 à l'université de Harvard, avant qu'il ne prenne l'internet d'assaut. Au départ, Facebook n'était accessible qu'aux étudiants de Harvard qui possédaient une adresse électronique de cette université. Le réseau s'est rapidement étendu à d'autres universités aux États-Unis et ailleurs, avant d'être mis à la disposition du grand public aux États-Unis et ailleurs en septembre 2006. Les chercheurs ont pu analyser l'impact de l'utilisation des médias sociaux en comparant les universités qui avaient accès à la plateforme à ceux qui n'y avaient pas accès. Les résultats montrent une augmentation du nombre d'étudiants déclarant une dépression et une anxiété sévères (respectivement 7 % et 20 %). « Nous avons émis l'hypothèse que des comparaisons sociales défavorables pouvaient expliquer les effets que nous avons constatés, et que les étudiants plus sensibles à ces comparaisons étaient plus susceptibles de subir des effets négatifs ».

Comment les ennuis sont-ils arrivés

L'étude a combiné des informations provenant de deux ensembles de données différents : les dates spécifiques auxquelles Facebook a été introduit dans 775 établissements américains, et le National College Health Assessment (NCHA), une enquête menée périodiquement dans les collèges américains.
Les chercheurs ont construit un indice basé sur 15 questions pertinentes du NCHA, dans lequel les étudiants étaient interrogés sur leur santé mentale au cours de l'année écoulée. Ils ont constaté une aggravation statistiquement significative des symptômes de santé mentale, en particulier la dépression et l'anxiété, après l'arrivée de Facebook :
  • augmentation de 7 % du nombre d'étudiants ayant déclaré avoir souffert, au moins une fois au cours de l'année précédente, d'une dépression si grave qu'il leur était difficile de fonctionner ;
  • 20 % d'augmentation du nombre d'étudiants ayant déclaré souffrir de troubles anxieux ;
  • augmentation de 2 % du nombre d'étudiants censés souffrir d'une dépression modérée à sévère ;
  • augmentation de 3 % du nombre d'étudiants dont les résultats scolaires ont été affectés par la dépression ou l'anxiété.


Médias sociaux et circonstances sociales

Le Dr Levy de TAU note : « En étudiant les mécanismes potentiels, nous avons émis l'hypothèse que des comparaisons sociales défavorables pouvaient expliquer les effets que nous avons constatés, et que les étudiants plus sensibles à ces comparaisons étaient plus susceptibles de subir des effets négatifs… Davantage d'étudiants croyaient que les autres consommaient plus d'alcool, même si la consommation d'alcool n'avait pas changé de manière significative ».

En d'autres termes, la méthodologie a également pris en compte toute différence de santé mentale dans le temps ou entre les collèges qui n'était pas liée à Facebook. Cette approche a permis de créer des conditions similaires à celles d'une "expérience naturelle", ce qui serait impossible aujourd'hui, maintenant que des milliards de personnes dans le monde utilisent de nombreux réseaux sociaux différents.

Pour vérifier cette interprétation, l'équipe a examiné d'autres données de la NCHA. Ils ont constaté, par exemple, un impact négatif plus important sur la santé mentale des étudiants qui vivaient hors du campus et étaient donc moins impliqués dans des activités sociales, ainsi qu'un impact négatif plus important sur les étudiants ayant des dettes de carte de crédit qui voyaient leurs pairs supposés plus riches sur le réseau. « Nous avons également trouvé des preuves que Facebook avait modifié les croyances des étudiants sur leurs pairs. Davantage d'étudiants croyaient que les autres consommaient plus d'alcool, même si la consommation d'alcool n'avait pas changé de manière significative », ajoute Levy.

Source : Social Media and Mental Health

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette nouvelle étude ? Les trouvez-vous pertinents ?

Voir aussi :

Facebook affirme qu'il n'y a pas de lien entre l'utilisation de ses plateformes et la dépression des utilisateurs, mais les chercheurs décrivent une corrélation de plus en plus évidente

Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives, au motif que l'utilisation prolongée de la plateforme entraîne de graves problèmes de santé mentale

Un parent poursuit Facebook au motif de ce que l'utilisation excessive de la plateforme a contribué aux problèmes de santé mentale de sa fille, et ravive le débat sur la nécessité d'interdire les RS

Facebook suspend son projet de lancer Instagram Kids, cette décision fait suite aux préoccupations concernant les effets sur la santé mentale des moins de 13 ans

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de guillaume3910
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 9:28
Je ne suis pas étonné du tout... regardez sur Netflix derrière vos écran de fumés ; l'article dit des choses similaires. je boycott depuis plusieurs mois les réseau sociaux et je m'en porte pas plus mal. à la place je vais chercher les réelles infos sur le net en croisant plusieurs article... En extrapolant un peux si les réseau sociaux avait moins foutu la merde il n'y aurait peut être pas eut de crise comme les gilets jaunes ou de la méfiance (que je peux comprendre) envers les vaccins du Covid... mais c'est un autre débat qui n'a pas franchement lieux d'être ici

Bon week-end
3  1 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 0:43
@Fagus

Bah ouais ma ta manière de procéder n'est clairement pas ce qu'il se passe pour la majorité des gens.
Je connais un paquet de gens qui font des boulots précaires et qui détestent avoir à se poser de questions, qui sont habitués avec Facebook depuis bien trop longtemps pour échanger, jouer, ... avec leur entourage et surtout leur famille.

Et ces profils là, ce sont la majorité des gens partout dans le monde.
Facebook a encore de très beau jour devant lui hélas, et moi aussi je suis l'un de ceux qui déplore ça.

Je me souviens d'une fois ou j'avais passé une semaine entière à cliquer sur "je ne veux pas voir ce genre de vidéo" et quelques jours après, dans le thread des vidéos, Facebook me proposaient encore plus de vidéo qui t'énerve qu'avant.

Facebook, twitter, ... ont une très grande responsabilité sur la montée des extrémismes et de l'abrutissement de masse.

Malheureusement, le monde est entrain de se diviser en deux, le monde occidental et le reste.
Le monde de ceux qui refusent désormais d'évoluer plus, voir, qui veulent retourner à l'âge de pierre, ou la femme doit rester à faire la cuisine, l'homme doit être viriliste, ... et de l'autre, les sociétés occidentales qui prônent un vivre ensemble (qui ressemble plus au final à un communisme qui ne dit pas son nom qu'à un modèle d'équité) avec une déconstruction barbare et ingrate de tout ce qui leur a permis d'exister.

Rien ne va en réalité quand on regarde les différents indicateurs et oui, Facebook a grandement participé à tout ça, même s'il n'y avait pas besoin de Facebook pour que l'humain soit une saloperie, ça lui a permis de l'être à grande échelle.

Ce qu'il faut surtout c'est un réveil de gens puissants, et pas des Ursula von der Leyen, qui viennent menacer les Italiens de sanctions dont ils ne se remettrons pas s'ils votent extrême droite.

Les grandes fortunes auraient du financer depuis belle lurette des centres totalement autonomes (élec, eau, ...) afin de permettre à tout le monde d'avoir un logement et de la nourriture sur un modèle équitable et sociable ou en contre partie, par exemple, un SDF qui n'a pas de toit, doit participer à l'entretien du bâtiment, des légumes, ... s'il veut avoir de quoi se loger et se nourrir sans avoir à payer autre chose, tout en leur permettant de rencontrer des gens saint d'esprit qui les aides (s'ils le veulent) à reprendre confiance en eux.

Géré par des gens qui sont fait pour gérer, afin d'éviter que des racailles ne prennent le contrôle de ce genre d'endroits pour en faire des squats, des endroits à trafics, des endroits ou ils font travailler les SDF pour leur comptes et j'en passe

Ainsi que financer des écoles afin que les études ne soient plus un luxe et j'en passe, ces gens là auraient les moyens de mettre en place ces structures vertueuses et de quoi assurer leur bon maintient en termes de sécurité et de "rentabilité vertueuse".

En bref, ils auraient pu rendre ce monde vertueux, ils ont préférés jouer les égoïstes et les mafieux.
Pas étonnant après que des gens donnent du crédit à des cinglés comme Mélenchon et toute la clique des paysages politiques des différents pays.

Je ne dis pas qu'un ultra riche n'a pas le droit de profiter de son argent, au contraire.
Je dis qu'une personne ayant un minimum de cervelle fait preuve d'empathie et que si tu es n'est pas une ordure, tu ne peux pas être insensible devant la déchéance de notre monde.

Aujourd'hui, ceux qui font preuve d'empathie le font par pur business, à coups de "moi je privilégie les noirs, moi je privilégie les blancs, moi je privilégie les africains, les asiatiques, ..." et de repentance éternelle qui n'a plus lieu d'être, alors qu'on est tous sur le même bateau.

Donc il ne faut pas s'étonner que les religions prennent de plus en plus de place dans notre monde et que tout part en couille.

Tout comme les "je crée une école uniquement pour mon égo et pour optimiser fiscalement mon entreprise (pour ne citer personne ...)" et j'en passe.

Ces gens sont irresponsables et criminels et c'est aussi le modèle prôné par du Facebook.
1  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/09/2022 à 19:12
Citation Envoyé par guillaume3910 Voir le message
je boycott depuis plusieurs mois les réseau sociaux et je m'en porte pas plus mal.
Bon week-end
tu sais que developpez.com est aussi un reseau social. celui ci tu le boycott pas...
1  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 12:27
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Et vous ?
Que pensez-vous des résultats de cette nouvelle étude ? Les trouvez-vous pertinents ?
C'est la 1000eme étude sur le même sujet qui exprime pour la 1000eme fois la meme chose.
Bref, oui les résultats semblent pertinents mais l'étude ne l'est pas par son environnement, il y a eu 999 études avant qui on donné les meme résultats.
Et je me suis exprimé sur les 999 précédentes sur ce forum, ma 1000eme contribution est moins pertinente que les précédentes.
1  0 
Avatar de joelnguela
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 18:32
Il est vrai que les réseaux sociaux ont vraiment impacté le monde.
Facebook en particulier, depuis sa mise à disposition de tout le monde, a mis en exergue la comparaison de la vie personnelle ce qui a un impact sur la santé mentale.
Le fait de voir des photos de ses amis ou connaissances qui ont "réussis" poussent certains à trouver que leur vie n'est pas belle d'où l'anxiété à divers degrés ou pire la dépression. Vu qu'on veut aussi donner l'image d'une vie "réussie" ou épanouie.
Les études menées pour examiner la corrélation entre l'aggravation des états mentaux et la vulgarisation des réseaux sociaux est pertinente. Mais étant donné que ces réseaux sociaux n'ont pas apporté uniquement des désavantages et qu'ils sont aujourd'hui devenus "incontournables", est-il possible de faire machine arrière ou de s'en passer ?
0  0 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 20:00
Se passer des réseaux sociaux, probablement pas.
Mais faire des réseaux sociaux qui se soucient du bien être des utilisateurs c'est sûrement possible.

Le problème c'est que la tendance semble aller en toute connaissance de cause à l'opposé.

J'avais vu dans une vidéo de science4all suite aux "Facebook Files" que Facebook récompensent (font monter) les publications qui mettent en colère (par exemple les petites émotes ont des poids associés, et les négatives valent bien plus de points que les positives).
Et ils savent très bien les répercussions négatives que cela entraîne, vu qu'ils avaient une team dédiée au sujet.
0  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 23:35
Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
Mais faire des réseaux sociaux qui se soucient du bien être des utilisateurs c'est sûrement possible.
Oui, Framasoft avait promu à une époque Mastodon, puis ils sont arrivés à la conclusion que cloner FB n'avait pas de sens car leur modèle est structurellement toxique (cf article supra). Il ont alors développé des outils dont Mobilizon qui n'est pas un réseau social, mais un outil d'organisation éthique sans "scroll of death".

Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
J'avais vu dans une vidéo de science4all suite aux "Facebook Files" que Facebook récompensent (font monter) les publications qui mettent en colère (par exemple les petites émotes ont des poids associés, et les négatives valent bien plus de points que les positives).
Oui tout à fait, c'était dans les leaks que mettre les gens dans un état de stress émotionnel négatif augmente les envies d'achat et de clics sur les pubs. C'est exprès (mais si ce n'était que ça).

Citation Envoyé par joelnguela Voir le message
est-il possible de faire machine arrière ou de s'en passer ?
Oh mais oui. J'y étais quand presque tout le contenu était posté par mes amis. Puis un jour je me suis demandé ce qu'était tout ce "bazar" dans le fil republié, écrit par des inconnus etc. , avec des "likes" mais pas d'échanges constructifs, et j'ai quitté tout ça.
Je connais encore plein de gens qui lorsqu'ils se sentent mal, vont scroller, et avouent qu'ils ne se sentent pas mieux après.

Certains de mes contacts FB que je vois régulièrement, n'ont même pas remarqué que j'avais quitté le réseau, ce qui montre à point ce réseau relie mal (alors que c'est la seule raison d'être d'un réseau, non ?)

Maintenant si je veux du contact social, je vais voir les gens et je m'en porte que mieux, ou j'utilise des salons de discussion privés sur messagerie où j'ai la satisfaction d'avoir des messages de gens que je connais, et pas un post d'un inconnu sorti par un algo pour m'énerver.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 7:08
Sans blague, toutes les plateformes de média sociaux contribuent aux problèmes de santé mentale. Je suis prêt à parier que meme LinkedIn peut avoir un impact négatif sur votre santé mentale.
0  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 12:19
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Que pensez-vous des résultats de cette nouvelle étude ? Les trouvez-vous pertinents ?
Après une relecture en travers de la méthodologie de l'article en pré-print avec un ami , la partie statistique est à priori un peu juste (beaucoup de tests sans correction du nombre de tests réalisés, quelques biais non contrôlables), mais vu les données disponibles et l'impossibilité de refaire des études, c'est pas si pire.
0  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 20:57
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Sans blague, toutes les plateformes de média sociaux contribuent aux problèmes de santé mentale. Je suis prêt à parier que meme LinkedIn peut avoir un impact négatif sur votre santé mentale.
J'ai plus, l'impression que Facebook n'est pas dans le domaine du "peut avoir une conséquence", mais dans le domaine du "A, une conséquence directe".
0  0