IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« J'ai 30 ans et l'ancien internet me manque », la journaliste Marie Le Conte a publié un livre,
Dans lequel elle décrit avec nostalgie comment le monde en ligne était meilleur au début du siècle

Le , par Bruno

8PARTAGES

17  0 
La journaliste Marie Le Conte a publié un livre dans lequel elle décrit avec nostalgie comment le monde en ligne était meilleur au début du siècle, sans téléphones portables, sans médias sociaux et sans influenceurs. Beaucoup de gens ne réalisent pas qu'Internet a été inventé par les militaires à des fins d'espionnage.

L'internet est en train de changer notre société. Alors que nous dépendions autrefois des communautés locales pour rester en contact les uns avec les autres, ce n'est plus le cas. La journaliste Marie Le Conte a publié un livre dans lequel elle décrit avec nostalgie comment le monde en ligne était meilleur au début du siècle, sans téléphones portables, sans médias sociaux et sans influenceurs.


L'internet évolue si vite qu'il y a déjà des trentenaires qui regardent avec nostalgie le passé. Dans son nouveau livre intitulé Escape : How a Generation Shaped, Destroyed and Survived the Internet, la journaliste franco-marocaine Marie Le Conte déplore l'évolution de l'internet au cours des deux premières décennies du XXIe siècle.

Le livre propose une sorte d'histoire culturelle du web. Elle compare l'internet à un vieux bar qui devient de plus en plus populaire jusqu'à ce qu'il devienne méconnaissable. Elle se rend toujours dans ce bar, mais s'assoit désormais dans un coin, plus seule qu'avant. EL PAÍS s'est entretenu par vidéoconférence avec Mme Le Conte, qui vit à Londres depuis 2009, où elle travaille comme journaliste politique. Sa vie sur Internet a commencé par des blogs consacrés à la musique indépendante. Les médias sociaux sont devenus un lieu anonyme pour trouver des amis, une petite renommée et même du sexe.

Aujourd'hui, tout cela a disparu au profit des algorithmes, des influenceurs et d'une consommation plus passive. Mais Le Conte n'a pas fui. L'internet est toujours « ma maison », dit-elle. Ce n'est cependant plus un espace intime et douillet, mais « plat, ennuyeux et sans vie ». Avant, l'internet n'était pas la vraie vie. Maintenant, il l'est. Dans sa conversation avec EL PAÍS, Le Conte a expliqué certains des points les plus importants de son livre.

Aujourd'hui, l'internet relie des personnes du monde entier et permet une conversation globale. Il a modifié la société à bien des égards, des échanges culturels au développement social et économique. Il a réécrit de nombreuses règles d'engagement, et l'internet a permis de nombreuses nouvelles façons de penser et de se connecter.

Il nous a permis d'accéder à une source d'information presque infinie, des sites d'information aux sources d'information locales. Aujourd'hui, nous pouvons accéder à n'importe quelle source d'information de n'importe où. L'internet aide les jeunes à exprimer leurs opinions et leurs libertés politiques. C'est encourageant, car cela montre l'impact positif d'Internet sur la liberté politique. L'augmentation de l'accès à des connexions internet plus rapides et moins chères peut contribuer à faire tomber des dirigeants puissants.

On estime qu'environ 95 % de toutes les informations disponibles ont été numérisées et rendues accessibles via l'internet. Ce système de traitement a également entraîné une transformation complète de la communication, de la disponibilité des connaissances ainsi que de l'interaction sociale.


« J'ai identifié deux périodes de l'internet », explique Le Conte. « Dans mes années de formation, c'était surtout un endroit pour les gens qui n'étaient pas très attirants dans la vraie vie : ils étaient très bizarres, ils n'avaient pas beaucoup d'amis, et leurs hobbies étaient bizarres. » Le Conte s'inclut dans cette liste : « Nous nous sommes tous retrouvés dans cet espace, car dans la vie réelle, nous n'allions pas bien », explique-t-elle. Au cours de la deuxième décennie, tout a changé. « La deuxième phase a probablement commencé au début des années 2010. C'est à ce moment-là que littéralement tout le monde nous a rejoints. Tout d'un coup, passer tout son temps en ligne est devenu complètement normal », se souvient-elle.

C'est à ce moment-là que le bar a été « envahi ». Être sur l'internet n'était plus spécial. Cette distinction entre le numérique et le réel a été réduite à néant : « Au début de l'année 2020, la vie réelle et l'internet ont finalement complètement fusionné en un seul monde », dit-elle. Tout ce qui se passe ou se dit sur l'internet est désormais réel. Il a des conséquences au travail ou dans la vie privée, et il est lié à votre identité pour toujours.

Conte dit utiliser Twitter, Instagram, Tumblr et la plupart des autres applications courantes, mais a marqué TikTok comme sa limite. « Je n'aime pas ça. Je n'aurai jamais TikTok sur mon téléphone parce que j'ai essayé, et je déteste qu'il ne vous laisse pas chercher ou regarder ce que vous voulez. Il est entièrement piloté par des algorithmes. C'est incroyablement frustrant. Je suis l'humain. Vous pouvez me suggérer des choses, mais vous ne pouvez pas dicter ce que je vois », dit-elle. L'utilisation la plus courante de TikTok n'est pas axée sur les personnes que vous suivez ou sur les sujets spécifiques que vous préférez, mais sur ce que l'algorithme décide.

Le Conte ne veut pas que l'algorithme de TikTok décide pour elle. Dans son livre, elle explique plutôt comment les algorithmes qui recommandent des publicités ou d'autres contenus sont entrés dans sa vie. En tant que lectrice originale de blogs, elle considère les moteurs de recommandation pilotés par des algorithmes comme un ajout inutile, bien que sympathique. Pour Le Conte, l'algorithme est « comme un animal de compagnie ». « Je suis consciente qu'il y a des gens dans la Silicon Valley qui veulent contrôler mes mouvements pour me vendre des choses, mais ils sont loin et sans intérêt. Je préférais ma vie en ligne lorsque j'étais seul et que je pouvais tout décider, mais ils ne m'ont pas laissé le choix », ajoute-t-elle.

Beaucoup de gens ne réalisent pas qu'Internet a été inventé par les militaires à des fins d'espionnage et de communication dans les années 1960. Il n'est donc pas surprenant que les nobles intentions aient poursuivi la tendance à espionner les citoyens via Internet au nom de la sécurité nationale. L'internet viole le droit à la vie privée et incite les gens à supprimer les barrières privées en publiant des photos et des informations personnelles à la vue du monde entier.

Facebook, Twitter, MySpace, TikTok : de grands noms de réseaux sociaux et la plupart d'entre nous les utilisent avec une addiction passionnée. En fait, il y a de fortes chances que si vous n'avez pas encore de compte sur un site de réseau social, vous subissez une pression constante de la part des membres de votre famille et de vos pairs pour en créer un afin d'être "connecté" au monde rapide qui vous entoure.

Pour certains analystes, Internet est un mécanisme dangereux qui affecte la communauté mondiale de nombreuses façons néfastes. En d'autres termes, il y a plus de mal que de bien sur le World Wide Web.

Regardez l'enfant moderne de 10 ans. Sa vie tourne autour de la télévision et de l'internet, qui sont devenus ses professeurs, ses parents et ses pairs. Tout ce qu'il sait provient de ces sources « néfastes », ce qui affecte ses compétences sociales, sa dynamique familiale et son sens pratique. En fait, les recherches montrent qu'un nombre croissant d'enfants préfèrent jouer à des jeux sur l'ordinateur plutôt que de passer du temps avec leurs amis, ce qui devrait obliger les gens à s'interroger sur l'avenir de cette société.

La vérité, c'est qu'Internet nuit aux relations humaines et encourage des habitudes dangereuses, immorales et malsaines telles que l'obésité et les faibles QI. De plus, selon les recherches, les enfants sont exposés à des connaissances nuisibles à un plus jeune âge grâce à l'utilisation d'Internet, ce qui les affecte psychologiquement pour toute leur vie. Par exemple, les pédophiles et les violeurs ont été liés à une augmentation de la pornographie sur Internet dans leur passé.

« Ce débat est simple, mais les gens ne sont pas prêts à renoncer au confort de la vie pour un bien plus grand et à long terme. Je n'irai pas jusqu'à encourager l'abolition pure et simple de l'internet, car ce n'est pas pratique. Le World Wide Web présente également d'innombrables avantages, comme la possibilité de se rapprocher les uns des autres et de combler les fossés culturels internationaux ; cependant, il faut trouver un équilibre entre les avantages et les inconvénients de cette innovation qui est essentielle pour améliorer les dilemmes sociaux, moraux et humains de la société », déclare Francis Bacon, le Philosophe scientifique.

Source : Livre Escape: How a generation shaped, destroyed and survived the internet Hardcover by Marie Le Conte

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

L'article 13 est presque terminé et va changer l'Internet tel que nous le connaissons, les négociateurs sont parvenus à un accord sur le fondement

Le monde va-t-il s'arrimer au plan S, l'initiative européenne qui promeut le libre accès aux publications scientifiques ?

La bataille dans le domaine de l'IA fait de plus en plus rage entre l'Europe, la Chine et les USA d'après rapport annuel AI Index 2018

Les experts de l'Union européenne publient le premier draft sur les lignes directrices d'une IA éthique, la version finale est attendue en mars 2019

IA : l'Europe en tête en termes de publication de documents de recherche devant les États-Unis et la Chine, selon un récent rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de diabolos29
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/10/2022 à 21:01
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Beaucoup de gens ne réalisent pas qu'Internet a été inventé par les militaires à des fins d'espionnage et de communication dans les années 1960. Il n'est donc pas surprenant que les nobles intentions aient poursuivi la tendance à espionner les citoyens via Internet au nom de la sécurité nationale. L'internet viole le droit à la vie privée et incite les gens à supprimer les barrières privées en publiant des photos et des informations personnelles à la vue du monde entier.
Bonjour,

Je trouve ce passage assez surprenant (et à mon sens erroné). Il me semblait que la motivation principale à créer Arpanet à la fin des années 60 était le côté décentralisé de la chose. L'intérêt d'un tel réseau n'est pas la surveillance des utilisateurs mais la résilience en cas de panne d'un des nœuds. Le contexte de l'époque, c'est la guerre froide. Une attaque physique des infrastructures de communications était tout à fait plausible à l'époque. Les réseaux informatiques n'étaient utilisés que par les militaires et les universitaires. Il faudra patienter un peu plus d'une quinzaine d'années pour que ce qui sera devenu internet commence timidement à toucher un public plus large. C'est ensuite que ça s'est emballé .

Tant que j'y suis, internet ne viole rien du tout. Ceux qui proposent des services dessus peuvent éventuellement y faire des choses mal ou guidées par des intérêts orthogonaux à ceux des utilisateurs.
8  0 
Avatar de sirthie
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/10/2022 à 19:48
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Cette journaliste avait une dizaine d'années au début des années 2000. Je la pense assez mal placée pour juger de l'Internet de l'époque, qui, il faut bien l'avouer, était beaucoup plus toxique qu'aujourd'hui.

La différence majeure était l'absence de réseaux sociaux. Les nuisances des trolls restaient cantonnées à un forum, un newsgroup ou un chat quelconques au lieu de se répandre comme des traînées de poudre et d'embrasser la toile.
Il y a une énorme contradiction entre les paragraphes 1 et 2. Comment "l'Internet de l'époque (...) était beaucoup plus toxique qu'aujourd'hui" en "l'absence de réseaux sociaux" avec "des trolls [qui] restaient cantonnées à un forum, un newsgroup ou un chat quelconques au lieu de se répandre comme des traînées de poudre et d'embrasser la toile" ?
8  1 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/10/2022 à 20:51
Les popups me manquent...
6  0 
Avatar de Prox_13
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 11:07
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Je ne comprends pas vraiment là où veut en venir cette personne.
Elle reproche au Web d'aujourd'hui de rendre les gens asociaux et névrosés alors qu'elle reconnait volontiers qu'elle en était déjà une à l'époque.

J'ai l'impression qu'il s'agit surtout d'un nième livre sur le "c'était mieux avant".
Je ne regrette pas vraiment l'Internet de ses débuts. C'était lent, c'était moche. Naviguer avec Netscape était une purge. Et quand on basculait sur IE on se demandait si c'était le même site.
Il fallait régulièrement faire défiler les pages de résultat des moteurs de "recherche" à la Yahoo ou Altavista jusque dans les profondeurs pour trouver ce que l'on cherchait.
Le contenu était balbutiant et pauvre. Wikipédia n'existait pas encore. Le streaming légal encore moins. D'ailleurs une des grandes "utilités" d'Internet à ses débuts, c'était de "partager" les morceaux de musique et les films.
Au niveau des communautés ça rassemblait surtout des geeks au début. Et c'est sans doute ça que regrette l'auteur.
Les forums et les groupes de discussion geeks existent toujours et libre à ceux qui le veulent de continuer à les fréquenter.
Je trouve même qu'il n'a jamais été aussi facile de rejoindre une communauté partageant ses centres d'intérêts.

Concernant la pression d'être sur les réseaux sociaux, je trouve qu'elle s'est réduite au contraire. Avec la fragmentation des plateformes, Facebook n'est plus aussi dominant que dans les années 2010, il est plus simple de décliner les demandes de rejoindre Snapchat, Instagram, TikTok, etc.

En conclusion, Internet reste une construction humaine et donc forcément imparfaite, je suis très dubitatif sur ce bouquin aux tendances dépressives.
Honnêtement, j'ai 27 ans, et j'entends bien que le "C'était mieux avant" est une tendance barbante, mais j'arrive tout à fait à voir ce que veux dire l'auteure ici. Pour reprendre exactement tes points de comparaisons;
Je regrette l'Internet de ses débuts. C'était lent, mais pas le choix, donc difficile d'en être frustré. Maintenant, dès qu'il y a une coupure internet, ça se ressent comme une coupure électrique d'avant.
Il fallait naviguer dans les profondeurs des moteurs de recherche car les contenus proposés l'étaient sans sponsoring. Donc beaucoup moins de sites "putaclics" qui n'ont aucun contenu à proposer autres que de sniffer des cookies, beaucoup plus de variété en termes de sites sérieux pour proposer du contenu.
"Le contenu était balbutiant et pauvre", alors là je suis absolument pas d'accord. On ne peut pas reprocher l'absence de contenu d'une plateforme, alors qu'on ne savait même pas que ce contenu pourrait y être trouvé un jour, comme pour se plaindre de la vitesse de connexion. De plus, il y avait du contenu, certainement pas autant que maintenant, mais plus facile à trouver.
Les forums et groupes de discussions sont minoritaires, rien à voir avec la densité/variété qu'il y a pu y avoir à l'époque; D'autant plus qu'ils tombent en désuétude avec l'avènement des réseaux sociaux, qui monopolisent une énorme partie du temps des utilisateurs. (Et comme un forum ne vit que par ses utilisateurs...)
C'est facile de rejoindre un Reddit ou un groupe Facebook, certes, mais on est très loin de l'implication d'un membre dans un ancien forum ou son ambiance générale.

Certains sites spécialisés sont carrément morts, comme JeuxVideos.com, des auvergnats passionnés rachetés par Webedia puis placardé de pubs à outrance, des critiques aussi pertinentes que celles de Metacritic, ou Allociné, dans la même lignée, qui est passé de fiable à complètement biaisé. "Balbutiant et pauvre" ? Je préfère ça et fiable, que dense et impertinent...
Même Youtube qui malgré l'explosion de "contenu", multiplie les pubs et la modération sélective depuis son rachat par Google. Également Spi0n.com, un autre site français racheté et tué, Abrutis.com ou encore Dailymotion, que des sites phagocytés par les réseaux sociaux...

D'ailleurs, idem pour la pression des réseaux sociaux, la seule pression dont je me souvienne (liée à internet) était Caramail et MSN par exemple, ce qui était relativement moins agressif que ce qu'à pu faire Facebook, TikTok ou Instagram. Caramail et MSN avaient aussi pour avantage de donner le contrôle du contenu aux utilisateurs, ce qui est complètement l'inverse de ce que font les réseaux actuels. Désormais, ils agissent comme des champs de bataille géants, où beaucoup de gens qui n'auraient jamais dû être en contact s'engueulent à longueur de soirées. Et c'est documenté...

Enfin, je ne sais pas, après tout ça, ça ne me parait pas complètement incompréhensible de ressentir une grosse différence entre Internet début 2000 et 20 ans plus tard. Comme si l'intention générale était devenue plus malveillante. Logique, puisque la haine, ou a fortiori ce qui choque est promu, et plus nopus sommes nombreux sur les réseaux, moins nous sommes sous les projecteurs. (Donc plus certains poussent le choquant dans les extrêmes)
5  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/10/2022 à 21:23
Citation Envoyé par diabolos29 Voir le message
Les réseaux informatiques n'étaient utilisés que par les militaires et les universitaires. Il faudra patienter un peu plus d'une quinzaine d'années pour que ce qui sera devenu internet commence timidement à toucher un public plus large. C'est ensuite que ça s'est emballé .

Tant que j'y suis, internet ne viole rien du tout. Ceux qui proposent des services dessus peuvent éventuellement y faire des choses mal ou guidées par des intérêts orthogonaux à ceux des utilisateurs.
C'est en grande partie vrai. Mais la cause de cette fragilité était que chaque fournisseur produisait des produits incompatibles avec les produits de ses concurrents. avec leurs format propriétaires. Par exemple les documents produits sur Wordperfect ne pouvait lu sur Words. Et visa-versa. Et tu avais le même foutoirs pour les base de données, les chiffriers et même les protocoles de communications. Et le Pentagone était prisonnier de IBM parce qu'il avait le monopole de son protocole de communication. Les modems ont cassé leur monopoles.

Ce qui a surtout été développer par l'armée est les serveurs FTP et les serveurs de courriels.

Mais ce qui a le plus changer est la conséquence de l'accès du grand publique. Le gens intelligents en général ne sont pas friand de la censure.
4  0 
Avatar de Shepard
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 9:35
Elle a été ado pendant la période où internet permettait à un(e) ado de se créer une identité. Ce n'est clairement plus suffisant aujourd'hui de dire "Je sais me servir d'internet" pour avoir du succès dans la cour de récré

Par contre elle est peut-être jeune mère ou sur le point de le devenir, et dans ce contexte effectivement, internet fait peur aujourd'hui par rapport à ce qu'il était il y a 15 ans. Je ne sais pas encore comment je vais gérer l'accès à la technologie de mes filles de zéro et un an actuellement. Mais effectivement c'est une inquiétude pour moi alors que ça n'aurait probablement pas été le cas à l'époque du "Site du Zér0"
4  0 
Avatar de __Howely__
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 12:00
Pour moi la 1ere différence est qu'il y aujourd'hui paradoxalement trop de contenu. Trop de "résultats" donnés par des entités totalement différentes. On est submergé d'infos, quelques fois contradictoires. Et ce n'est pas rare de ne pas avoir ce que l'on veut.
Après c'est comme tout. Perso quand j'ai commencé avec mon wanadoo 24h/mois, la sensation de parler avec des gens en direct sur caramail à l'autre bout de la France c'est quelque chose que je ne ressentirai plus (comme jouer elfe à darnassus sur wow à l'époque, il n'y a plus de magie maintenant )

Mais de toute façon c'est toujours mieux avant mais une fois qu'on y retourne, on trouve ça nul :p
4  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 13:45
L'internet d'avant était pas forcément plus lent, c'était plus lent avant que les gens aient ADSL, mais les sites étaient souvent plus rapides, juste des pages HTML qui se chargeait très rapidement et souvent pas ultra chargé en pubs comme maintenant.
Developpez fait parti des rares sites "d'avant" qui sont encore vivant, et dans son genre c'est une curiosité. A l'époque des débuts il y avais le SDZ qui n'est plus le même puisque c'est devenu OC, un site de formation payant, et ils ne font plus de news, il y avais commentcamarche qui a été déserté depuis, programmationworld qui est mort (le domaine à été racheté par une société) comme bien d'autres sites de programmation dont j'ai oublié le nom, donc pour les développeurs, developpez est un des rares dinosaures qui reste de cette époque.

Sinon je suis d'accord sur le fait que Google est devenu moins pertinent depuis que Google est spammé par des sites SEO n'ayant aucun intérêt et que les bons sites c'est dur de tomber dessus du coup, et puis il en reste pas tellement aussi.
5  1 
Avatar de Rolllmops
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 12:29
Pas mal de truc de l'ancien Internet me manquent. Par exemple, il y a quelques années, quand je voulais faire un achat je tapais "Best xxxx" dans Google et je tombais sur des sites spécialisés ou des communautés discutant du produit. Aujourd'hui je ne tombe plus que sur des sites optimisés SEO avec du contenu de mauvaise qualité destiné à faire une commission sur les achats.
4  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 8:56
Je ne comprends pas vraiment là où veut en venir cette personne.
Elle reproche au Web d'aujourd'hui de rendre les gens asociaux et névrosés alors qu'elle reconnait volontiers qu'elle en était déjà une à l'époque.

J'ai l'impression qu'il s'agit surtout d'un nième livre sur le "c'était mieux avant".
Je ne regrette pas vraiment l'Internet de ses débuts. C'était lent, c'était moche. Naviguer avec Netscape était une purge. Et quand on basculait sur IE on se demandait si c'était le même site.
Il fallait régulièrement faire défiler les pages de résultat des moteurs de "recherche" à la Yahoo ou Altavista jusque dans les profondeurs pour trouver ce que l'on cherchait.
Le contenu était balbutiant et pauvre. Wikipédia n'existait pas encore. Le streaming légal encore moins. D'ailleurs une des grandes "utilités" d'Internet à ses débuts, c'était de "partager" les morceaux de musique et les films.
Au niveau des communautés ça rassemblait surtout des geeks au début. Et c'est sans doute ça que regrette l'auteur.
Les forums et les groupes de discussion geeks existent toujours et libre à ceux qui le veulent de continuer à les fréquenter.
Je trouve même qu'il n'a jamais été aussi facile de rejoindre une communauté partageant ses centres d'intérêts.

Concernant la pression d'être sur les réseaux sociaux, je trouve qu'elle s'est réduite au contraire. Avec la fragmentation des plateformes, Facebook n'est plus aussi dominant que dans les années 2010, il est plus simple de décliner les demandes de rejoindre Snapchat, Instagram, TikTok, etc.

En conclusion, Internet reste une construction humaine et donc forcément imparfaite, je suis très dubitatif sur ce bouquin aux tendances dépressives.
3  1