IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les Big Tech ont pris en otage l'Internet, la presse qui était complice crie aujourd'hui à l'injustice, d'après Martin Andree,
Chercheur en médias à l'université de Cologne

Le , par Bruno

19PARTAGES

8  0 
Martin Andree, chercheur en médias à l’université de Cologne, a publié un livre intitulé « Big Tech muss weg » (Les grandes entreprises technologiques doivent disparaître) dans lequel il affirme que les géants de la technologie tels qu’Amazon, Google et Facebook ont pris le contrôle de l’Internet en établissant des monopoles impénétrables en recourant à des tactiques contraires à l’éthique.

Selon Andree, ces entreprises ont exploité les lacunes réglementaires pour induire les institutions publiques en erreur et dicter les conditions du commerce électronique sur leur propre plateforme. Il estime qu’il est possible de résister jusqu’en 2029, mais qu’ensuite, cela pourrait devenir impossible. Andree a également constaté que la majorité de l’activité en ligne est concentrée sur une poignée de sites web, qui rassemblent 70 % du trafic internet, tandis que le reste de l’espace numérique ressemble à un « vaste cimetière ».


« La soif de pouvoir des Big Tech est immense : en quelques années seulement, les plateformes numériques américaines ont pris le contrôle de l'Internet. Elles ont établi des monopoles impénétrables en recourant à des tactiques contraires à l'éthique, manipulant à la fois le trafic web et les revenus pour engranger des bénéfices substantiels », écrit Martin Andree, expert allemand des médias, qui vient de publier le livre "Big Tech muss weg" (Les grandes entreprises technologiques doivent disparaître). Dans son livre, Andree estime qu'il est possible de résister jusqu'en 2029, mais qu'ensuite, cela pourrait devenir impossible. « Si nous n'agissons pas rapidement, cela pourrait signifier la fin de notre démocratie », a-t-il déclaré.


L'Union européenne (UE) a mis en place une nouvelle législation, inédite au plan mondial, pour réguler Internet et ses risques, comme l'a été, en 2018, le règlement général sur la protection des données (RGPD) en matière de données personnelles. « Nous nous attendons à ce que les conséquences soient importantes », déclare Gerard de Graaf, un fonctionnaire européen chevronné qui a contribué à l'adoption de la DMA au début de l'année. Le mois dernier, il a pris la direction d'un nouveau bureau européen à San Francisco, créé en partie pour expliquer les conséquences de la loi aux grandes entreprises technologiques. Selon De Graaf, ces dernières seront contraintes d'ouvrir leurs jardins clos.

« Si vous avez un iPhone, vous devriez pouvoir télécharger des applications non seulement à partir de l'App Store, mais aussi à partir d'autres magasins d'applications ou d'Internet », déclare de Graaf. Ce reglement pourrait également contraindre WhatsApp de Meta à recevoir des messages provenant d'applications concurrentes comme Signal ou Telegram, ou empêcher Amazon, Apple et Google de privilégier leurs propres applications et services.

Les BigTech telles que Google, Amazon et Meta monopolisent le marché dans leur secteur respectif

Google

Google est (sans exagération) l'une des entreprises les plus passionnantes au monde : Google ne produit rien et pourtant il est omniprésent et fermement ancré dans nos vies (numériques). Lorsque nous démarrons l'ordinateur, Google est déjà là, généralement en tant que page d'accueil. Si nous voulons savoir quelque chose, Google est la réponse. Et si nous voulons nous trouver nous-mêmes, nous espérons que Google nous aime beaucoup et nous place en tête de liste (mot-clé SEO).

La recherche sur Google était et reste gratuite ! Alors que les modèles commerciaux traditionnels exigent de l'argent pour les résultats, Google ouvre gratuitement le monde entier de l'internet aux utilisateurs. Cependant, en coulisses, les Google Ads, les petites annonces à bas prix placées au milieu des résultats de recherche, génèrent des milliards de revenus. Environ 97 % du chiffre d'affaires est généré par la publicité.

Il va sans dire que cette position sur le marché n'est pas acceptée sans critiques partout. Outre les maisons d'édition internationales et la Commission européenne, le président américain Donald Trump s'est récemment opposé à Google.

Meta

Meta est une entreprise qui développe des produits permettant aux gens de se connecter et de partager avec leurs amis et leur famille par le biais d'appareils mobiles, d'ordinateurs personnels, de casques de réalité virtuelle et de vêtements dans le monde entier. La société opère dans deux segments, Family of Apps et Reality Labs. Le segment Family of Apps propose Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp. Le segment Reality Labs fournit des produits liés à la réalité augmentée et virtuelle. En termes de flux de revenus, Meta Platforms, Inc. a trois segments principaux :

  • les revenus publicitaires ;
  • les revenus de Reality Labs ;
  • les autres revenus.

Les recettes publicitaires représentent le montant généré par l'entreprise grâce à la vente d'espaces publicitaires sur ses plateformes. Les revenus de Reality Labs comprennent le matériel, les logiciels et le contenu liés à la réalité augmentée et virtuelle. Les autres revenus correspondent aux revenus générés par l'entreprise à partir de sources autres que ses activités commerciales principales ou ses revenus publicitaires. Selon les données les plus récentes, pour l'exercice fiscal se terminant le 31 décembre 2022, les revenus publicitaires représentaient 97,46 % du revenu total de la société.

Au cours de la même période, les autres revenus ont augmenté de 12,07 % pour atteindre 808,00 millions de dollars. Au cours du dernier trimestre se terminant le 31 mars 2023, les revenus publicitaires représentaient 98,10 % du total des revenus de la société.

Amazon

Amazon est une plateforme de commerce électronique qui vendait initialement des livres. En mai 1997, Amazon est devenue une société publique avec 54 millions de dollars au NASDAQ. Amazon gagne de l’argent grâce à plusieurs activités. La place de marché Amazon est la principale source de revenus d’Amazon, représentant plus de 42% des revenus d’Amazon en 2022, soit 220 milliards de dollars sur les 513,98 milliards de dollars de revenus provenant des magasins en ligne. Les vendeurs tiers représentent 117,71 milliards de dollars de revenus supplémentaires.

Amazon demande une rémunération à ses vendeurs pour promouvoir et faire la publicité de leurs produits. Amazon Web Services est une plateforme de structure informatique complète dont les services sont sollicités par des entreprises, des organisations et des institutions du monde entier. Ce n’est pas la principale source de revenus, mais c’est certainement la plus rentable. Enfin, Amazon Kindle est le service de lecture électronique d’Amazon.

Les géants de la technologie ont procédé à une prise de contrôle injuste de l’internet

Martin Andree qui est chercheur en médias à l'université de Cologne a constaté dans ses recherches que la majorité de l'activité en ligne est concentrée sur une poignée de sites web, qui rassemblent 70 % du trafic internet, tandis que le reste de l'espace numérique ressemble à un « vaste cimetière ».

Selon Andree, Google, Facebook, Amazon et leurs homologues ont procédé à une « prise de contrôle injuste » de l'internet en exploitant les lacunes réglementaires et en induisant ainsi les institutions publiques en erreur. « Cela conduit à un système de régulation flagrant et féodal », explique-t-il, ce qui signifie que les entreprises peuvent dicter les conditions du commerce électronique sur leurs plateformes ou les données des utilisateurs qu'elles peuvent collecter. Grâce à des strategies de lobbying stratégiques, elles se livrent depuis des années à un long jeu du chat et de la souris avec les autorités.


Un groupe d’États américains, dirigé par le Texas, a déposé une plainte modifiée contre Google d’Alphabet Inc. Les allégations mises à jour accusent Google d’avoir utilisé des tactiques coercitives et d’avoir enfreint les lois antitrust dans ses efforts pour stimuler son activité publicitaire déjà dominante. La plainte met également en évidence l’utilisation par Google d’un programme secret surnommé Project Bernanke en 2013 qui utilisait les données d’enchères pour donner un avantage à ses propres achats d’annonces.

L’action en justice allègue que Google a utilisé son pouvoir de marché pour saboter les « enchères d’en-tête », une pratique qui permet aux annonceurs d’acheminer une seule requête sur plusieurs bourses à la fois. Selon la plainte, « Google considère que la promotion d’une véritable concurrence par les enchères d’en-tête constitue une menace majeure », citant des communications internes obtenues dans le cadre de l’enquête.

L’Union européenne a dévoilé la plus grande initiative législative jamais entreprise pour équilibrer la concurrence dans le monde de la technologie. La loi sur les marchés numériques (DMA) vise à limiter le pouvoir des plus grandes entreprises technologiques et à permettre aux petites entités de concurrencer les entreprises, essentiellement américaines. La DMA mettra sur une liste noire certaines pratiques utilisées par les grandes plateformes agissant comme des “gardiens” et permettra à la Commission de mener des enquêtes sur le marché et de sanctionner les comportements non conformes.

Les entreprises de médias sont les premières victimes des géants de la technologie qui monopolisent l’Internet

Jusqu’à présent, l’Union européenne s’est attaquée aux problèmes d’antitrust au cas par cas, mais la loi sur les marchés numériques vise à introduire des réformes radicales qui permettront de résoudre les problèmes systémiques sur l’ensemble du marché. Les législateurs européens ont convenu que les plus grands services de messagerie (tels que Whatsapp, Facebook Messenger ou iMessage) devront s’ouvrir et interagir avec les petites plateformes de messagerie, si elles en font la demande, dans le cadre de l’interopérabilité des applications de messagerie.

Les entreprises de médias, les blogueurs, les radiodiffuseurs publics et même les multinationales en sont les premières victimes de ces entreprises qui monopolisent l’Internet. Personne n'a aucune chance face à ces géants de la technologie. Moins de gens visitent leurs sites web. Lorsque les médias éditoriaux partagent du contenu sur des plateformes comme Youtube ou Instagram, ils le font selon les conditions de la plateforme, sans avoir la possibilité de rediriger les utilisateurs vers leurs propres sites web à l'aide de liens sortants.

Andree prévient que dans quelques années, une poignée de plateformes américaines contrôleront les fondements de notre formation d'opinion politique. En outre, l'économie tombe de plus en plus sous la domination des géants de l'Internet. De plus en plus de ventes et de transactions ont lieu sur ces grandes plateformes, toutes soumises aux conditions fixées par les grandes entreprises technologiques.

Des données précieuses sur les utilisateurs tombent également entre leurs mains. Andree souligne que la connaissance des préférences des clients peut être utilisée à des fins déloyales et transformée en profit, comme la production de produits personnalisés « en contournant les fabricants ».

La critique de Martin Andree peut sembler acerbe et parfois alarmiste

De nombreuses voix de prudence se sont élevées depuis la mission initiale de l'industrie technologique, ancrée dans l'esprit californien des années 1960, d'apporter au monde de nouvelles libertés, de nouveaux échanges et de nouvelles transparences. Pourtant, rares sont ceux qui ont expliqué le « meilleur des mondes de l'Internet » de manière aussi complète qu'Andree, en décrivant aussi clairement les gagnants et les perdants et en soulignant les risques indéniables pour la démocratie et l'économie.

Mais Andree reste optimiste : « La concentration du pouvoir des entreprises de l'internet peut être démantelée », affirme-t-il. « Nous pouvons facilement libérer l'internet, réintroduire le pluralisme dans le trafic et éliminer la mauvaise réglementation existante. »
Libérer l'internet

Le plan d'Andree pour « libérer l'Internet » repose sur 15 principes fondamentaux. Il est primordial d'appliquer des normes ouvertes pour permettre aux utilisateurs de partager des vidéos, des images et des textes sur toutes les plateformes. En outre, les fournisseurs de contenu doivent avoir la liberté de créer des liens directs vers leurs sites web. Les géants de la technologie devraient également divulguer leurs revenus et leurs bénéfices afin que les pays puissent les taxer correctement. Enfin, il faut veiller à ce que les données des utilisateurs soient accessibles à tous les concurrents.

Les législateurs et les régulateurs doivent maintenant passer à l'action

Certains accusent la presse d’être complice du détournement d’Internet par les Big Tech, tandis que d’autres estiment que la presse n’est pas responsable de la domination d’Internet par les Big Tech. Les grandes entreprises technologiques ont adopté des normes ouvertes et les ont enfermées dans leurs plateformes, ce qui a conduit à leur domination.

Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sont quasiment incontournables dans le parcours des internautes en ligne. Ils sont à la fois des points de contact, des régies, des outils de travail qui influencent et façonnent notre travail. Si l’on s’intéresse au cloud, par exemple, 63 % du marché est concentré entre les mains d’Amazon, Microsoft et Google . Sur le terrain de la publicité en ligne, Google et Facebook représentent déjà les 3/4 du marché français .


À l’échelle de la recherche en ligne européenne, Google contrôle plus de 92 % de l’activité. Quant aux systèmes d’exploitation et applications mobiles, 99,4 % sont accaparés par Google et Apple . Cette domination des géants s’impose à tous les domaines et de l’avis de certaines critiques, « nous sommes complices plus ou moins consentants de ce phénomène. »

Source : Livre de Martin Andree : la Big Tech doit disparaître : les entreprises numériques détruisent la démocratie et l’économie – nous les arrêterons

Et vous ?

L'analyse de Martin Andree qui estime que les « Big Tech ont pris en otage l'Internet » est-elle pertinente ?

« La presse qui crie aujourd'hui à l'injustice était complice de la domination de Internet par les Big Tech », Êtes-vous pour ou contre cet avis ?

Que pensez vous de la domination de Internet par les Big Tech ?

Les lois antitrust sont-elles suffisantes pour réguler les pratiques monopolistiques des grandes entreprises technologiques ?

Les Big Tech ont-elles un impact négatif sur la démocratie et la liberté d’expression ?

Voir aussi :

Les États américains déposent une plainte antitrust mise à jour contre Google d'Alphabet, l'accusant d'avoir utilisé des tactiques coercitives et enfreint les lois antitrust pour stimuler son activité

L'UE cible les Big Tech avec une nouvelle législation antitrust de grande envergure, après 16 mois de négociations

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/10/2023 à 23:59
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
L'analyse de Martin Andree qui estime que les « Big Tech ont pris en otage l'Internet » est-elle pertinente ?
Très pertinente. Par contre, c'est amusant comme on a tendance à oublier Apple et Microsoft, dès que l'on parle des Big Tech...

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
« La presse qui crie aujourd'hui à l'injustice était complice de la domination de Internet par les Big Tech », Êtes-vous pour ou contre cet avis ?
La presse est complice de beaucoup de choses. C'est tellement facile de simplement répéter ce que dit le service de communication d'une grande boîte. Il y a aussi la difficulté à aller contre sa propre régie de pub et/ou ses investisseurs.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Les lois antitrust sont-elles suffisantes pour réguler les pratiques monopolistiques des grandes entreprises technologiques ?
*Kouf* *Ahem** Google ** recherche** Android** Chrome **Blizzard/Activison/King/Microsoft*** Heuheu! Heuheu!
Pardon. Ça va passer.

Non, bien sûr que non. Ces entreprises sont bien trop puissantes. On n'arrive déjà pas à leur faire payer leurs impôts, alors les démanteler pour éviter les monopoles? Quelle blague!

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Les Big Tech ont-elles un impact négatif sur la démocratie et la liberté d’expression ?
Demandons au Chinois ce qu'ils en pensent. Ah zut, ils ne peuvent pas.

Les Big Tech aiment l'argent et le pouvoir (bon, on ne peut pas vraiment leur en vouloir). Elles se plieront toujours aux demandes des gouvernements pour peu que cela leur ouvre un marché, au détriment des gens, de la démocratie, de la liberté d'expression, etc. Ça ne rapporte ni argent, ni pouvoir, ça.
3  0 
Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/05/2024 à 0:47
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
On aime à dénigrer l'UE [...]
le problème avec "l'UE", c'est que tu vas avoir des lois super protectionnistes comme le DMA, et à côté de ça des traités de libre échange ou de libre circulation clairement destructeurs pour les populations.

et vu qu'en général tout est fait pour avantager les populations/entreprises qui n'ont pas spécialement besoin d'avantage, faut pas s'étonner des dénigrements.

Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
politique, économique et militaire
et fiscal, parce qu'avec les tours de passe-passe encouragés par "nos partenaires économiques européens", je doute que tu puisses convaincre les gens que l'europe c'est bien en laissant des entreprises détourner des impôts avec des jolis montages financiers selon les pays ...
2  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 18/05/2024 à 5:40
On aime à dénigrer l'UE, mais le marché est bien plus critique pour les GAFAM que l'Amérique du Nord, que ce soit en terme de nombre de consommateurs ou de volume de CA. Bien-sûr qu'ils vont tout faire pour tuer le DMA dans l'oeuf.

Je rêve d'une Europe avec un vrai leadership politique, économique et militaire, avec l'équivalent d'un DoJ pour mettre la misère aux entreprises américaines. Il faut en finir avec cette politique du consensus qui ne mène à rien, jamais on ne pourra faire plaisir à tous les états membres.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/04/2024 à 22:14
Quel est votre avis sur le sujet ?
A partir du moment où il y a une société déclaré, avec un chiffre d'affaire, il y a un risque d'amende, et donc de censure étatique dans le genre du DMA.
Le mieux reste les sites décentralisés qui ne sont pas des sociétés, c'est plus dificilement attaquable.
0  0 
Avatar de foxzoolm
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/04/2024 à 23:26
J'ai rien compris ?
la news est insipide au possible...
0  0