IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le mot «bot» est de plus en plus utilisé comme une insulte sur les médias sociaux. Les gens semblent l'employer désormais pour insulter les personnes avec lesquelles ils ne sont pas d'accord

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

16  0 
Dans le paysage numérique contemporain, le langage évolue au rythme des interactions sociales. Un phénomène linguistique particulier a émergé sur les réseaux sociaux : selon des chercheurs, qualifier quelqu'un de robot sur les réseaux sociaux signifiait autrefois que l'on soupçonnait qu'il s'agissait en fait d'un logiciel, mais aujourd'hui, l'usage de ce terme évolue pour devenir une insulte à l'égard d'une personne que l'on sait être humaine.

De nombreux efforts visant à détecter les robots dans les médias sociaux utilisent des algorithmes pour tenter d'identifier des modèles de comportement qui sont plus courants dans les comptes automatisés contrôlés par des ordinateurs, ce qui correspond à la définition traditionnelle d'un robot, mais leur précision est sujette à caution.

« La plupart des recherches récentes se concentrent sur la détection des robots sociaux, ce qui est problématique en soi car nous avons ce problème de vérité de terrain », explique Dennis Assenmacher, de l'Institut Leibniz des sciences sociales de Cologne, en Allemagne, ce qui signifie que nous ne savons pas si les détections sont exactes.

Pour étudier la question, M. Assenmacher et ses collègues se sont penchés sur la manière dont les utilisateurs perçoivent ce qu'est un bot ou non. Pour ce faire, ils ont étudié la manière dont le mot « bot » a été utilisé sur Twitter entre 2007 et décembre 2022 (le réseau social a changé de nom pour devenir X en 2023, après son rachat par Elon Musk), en analysant les mots qui apparaissaient à côté de ce mot dans plus de 22 millions de tweets en langue anglaise.

L'équipe a constaté qu'avant 2017, le mot était généralement utilisé avec des allégations de comportement automatisé du type qui correspondrait traditionnellement à la définition d'un bot, comme « logiciel », « script » ou « machine ». Après cette date, l'usage s'est modifié.

Un usage modifié

Historiquement, le mot ‘bot’ sur des plateformes comme Twitter était associé à des comptes automatisés, souvent impliqués dans la diffusion de spams ou la manipulation de l’opinion publique. Cependant, une analyse récente de millions de tweets révèle que l’utilisation du terme a changé. Avant 2017, ‘bot’ était principalement utilisé pour alléguer un comportement automatisé, mais après cette date, son usage a glissé vers une forme d’insulte, déshumanisant les individus et niant leur intelligence ainsi que leur droit de participer à une conversation.

« Aujourd'hui, les accusations s'apparentent davantage à une insulte, déshumanisant les gens, les insultant et utilisant cette technique pour nier leur intelligence et leur droit à participer à une conversation », déclare Assenmacher.

Cette évolution reflète une tendance plus large de polarisation et de déshumanisation dans le discours en ligne.

Bien que la cause de ce changement ne soit pas claire, Assenmacher estime qu'il pourrait être de nature politique. L'équipe a examiné les comptes de premier plan suivis par chaque utilisateur de Twitter, tels que ceux des politiciens et des journalistes, afin de classer les utilisateurs comme étant de gauche ou de droite. Il s'est avéré que les utilisateurs de gauche étaient plus susceptibles d'accuser les autres d'être des bots, et que ceux qui étaient accusés étaient plus susceptibles d'être de droite. Cette dynamique pourrait être alimentée par des reportages médiatiques sur des réseaux de ‘bots’ de droite influençant des événements majeurs, tels que les élections

« Une explication potentielle pourrait être que les médias ont souvent rapporté que des réseaux de bots de droite influençaient des événements majeurs tels que les élections américaines [de 2016] », explique Assenmacher. « Toutefois, il ne s'agit que de spéculations qui nécessiteraient d'être confirmées. »

Les bots après 2016

Fin avril 2019, Twitter a procédé à un balayage de sa plateforme de certains comptes pour raison de désinformation et de violation de la politique d’utilisation de réseau social. Les comptes en question ont été reconnus comme étant des bots pro-Trump qui retweetent des contenus d’un autre compte @TheGlobus et propagent des messages pour dénoncer les canulars de l’affaire dite de “Russiagate”, ceci, peu après la publication du rapport du procureur spécial Robert S. Mueller.

Pour mémoire, en septembre 2016, la Russie a été montré du doigt tour à tour par Hillary Clinton, candidate à l'élection présidentielle, et par des experts en sécurité informatique. Pour cause, des attaques informatiques qu’a subies le parti des Démocrates aux États-Unis. Elles ont touché plusieurs organes du parti au pouvoir aux États-Unis, dont la Democratic National Commity, d'après les officiels de la formation politique. Les hackeurs ont réussi à dérober des messages électroniques de l'organisme cité plus haut, lesquels messages ont été dévoilés par Wikileaks.

Après l’élection américaine 2016, les réseaux sociaux ont essuyé de nombreux critiques pour leur incapacité à contrôler la qualité de l’information qui circule sur leur plateforme. Depuis lors, des pays, qui avaient des scrutins importants à venir, craignaient que des campagnes de désinformation et de propagation de discours haineux sur Internet et les réseaux sociaux puissent avoir un impact sur le résultat des élections. En mai 2021, un groupe de chercheurs en sécurité affirme avoir démasqué une ferme massive de bots qui visait à façonner l'opinion publique sur Facebook dans le feu de l'élection présidentielle américaine de 2020.

Le réseau de bots comprenait 13 775 comptes Facebook uniques qui publiaient chacun environ 15 fois par mois, pour une production de plus de 50 000 publications par semaine, a déclaré l’entreprise britannique de cybersécurité Comparitech. Selon les chercheurs de la société, les comptes semblent avoir été utilisés à des fins de « manipulation politique », la moitié environ des messages étant liés à des sujets politiques et 17 % au covid-19.


Chaque compte dispose d'une photo de profil et d'une liste d'amis – probablement composée d'autres bots, suggèrent les chercheurs. Ces faux comptes ont rejoint « des groupes Facebook spécifiques où leurs messages ont plus de chances d'être vus et discutés par des utilisateurs légitimes » de Facebook.

Du point de vue de Facebook, les robots peuvent être impossibles à distinguer des utilisateurs légitimes, d’après Paul Bischoff de Comparitech. Ces programmes automatisés peuvent être utilisés pour recueillir des informations personnelles sur les utilisateurs sans leur consentement, créer des campagnes d'influence, promouvoir secrètement des programmes, diffuser de la désinformation et rendre les escroqueries plus convaincantes. Si les systèmes automatisés peuvent détecter les activités les plus flagrantes des bots, les bots les plus sophistiqués peuvent imiter la saisie humaine avec une telle précision que Facebook a du mal à faire la différence.

« Les bots peuvent être utilisés pour augmenter artificiellement le nombre d'abonnés ou de followers. La ferme de robots que nous avons examinée inscrivait des comptes à certains groupes. Pour les utilisateurs réels, une page ou un groupe comptant 1 000 membres semble plus légitime qu'une page comptant une dizaine de membres. Cela peut être utilisé pour attirer des victimes pour une sorte d'escroquerie », lit-on dans le billet de Comparitech.

Conclusion

La mutation du terme ‘bot’ en insulte est symptomatique d’une ère où la technologie et la politique s’entremêlent de manière complexe. Elle soulève des questions sur la nature de l’authenticité et de l’identité dans l’espace numérique. Alors que les algorithmes luttent pour distinguer les vrais des faux, il semble que les utilisateurs humains eux-mêmes deviennent les arbitres de cette distinction, souvent au prix de la civilité et du respect mutuel.

Source : Dennis Assenmacher

Et vous ?

Comment interprétez-vous l’utilisation du terme ‘bot’ lorsqu'il est utilisé comme une insulte dans les échanges sur les réseaux sociaux ?
Pensez-vous que l’emploi de ce terme dans un contexte péjoratif peut affecter la perception de l’intelligence artificielle et de l’automatisation en général ?
Quel impact cette évolution sémantique a-t-elle sur la qualité des débats et la modération des contenus en ligne ?
Comment les plateformes de réseaux sociaux devraient-elles réagir face à l’utilisation détournée de termes techniques comme ‘bot’ ?
Quelles mesures peuvent être prises pour préserver la civilité et encourager un dialogue constructif sur les réseaux sociaux ?
En tant qu’utilisateur des réseaux sociaux, comment réagissez-vous lorsque vous êtes confronté à des accusations d’être un ‘bot’ ?
Quelles sont les conséquences à long terme de la déshumanisation des participants dans les discussions en ligne ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/06/2024 à 8:57
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Les exemples les plus classiques sont les opinions où des campagnes de bots on été orchestrés ; par exemple, de nombreuses personnes plus ou moins pro-russe (ou même tout simplement pro-paix) se font accuser à tord d'être des bots.
Attention à ne pas tout mélanger. Être pro-russe est incompatible avec être pro-paix !
3  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/06/2024 à 14:26
Utiliser "bot" en tant qu'insulte... Alors que la langue française regorge d'un champ lexical sans pareil pour pouvoir insulter de manière élégante et non répétitive. Le panel de noms d'oiseaux dont nous disposons fait pâlir d'envie les anglais qui disposent du mot "fuck" et c'est à peu près tout.

Donc utilisons les mots pour ceux à quoi ils servent. Un bot, c'est un robot. Un rouillé du cerveau moulé à la sauce moutarde, c'est un con.
2  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/06/2024 à 12:48
Hein ? Ceux qui jouent à Counter strike utilisaient déjà le mot Bot comme insulte en 2006
0  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/06/2024 à 13:49
Espèce d'IA calibré avec le fion

Bref, est ce vraiment intéressant ?
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/06/2024 à 13:53
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Attention à ne pas tout mélanger. Être pro-russe est incompatible avec être pro-paix !
Je n'ai pas dit ça, j'ai dit que les personnes réels pro-russe se faisait souvent traiter de bot (lien avec les nombreuses affaires de vrai bots russes), et même parfois des personnes pro-paix. Je ne dit pas que l'un est l'autre.
0  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/06/2024 à 13:56
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Je n'ai pas dit ça, j'ai dit que les personnes réels pro-russe se faisait souvent traiter de bot (lien avec les nombreuses affaires de vrai bots russes), et même parfois des personnes pro-paix. Je ne dit pas que l'un est l'autre.
OK. Il y avait un petit doute à la lecture.
0  0 
Avatar de Fluxgraveon
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/06/2024 à 9:58
Donc utilisons les mots pour ceux à quoi ils servent. Un bot, c'est un robot. Un rouillé du cerveau moulé à la sauce moutarde, c'est un con.
Mmm, ça, c'était dans le monde d'avant.
D'avant les addictions.
Bah !
0  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/06/2024 à 12:39
Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message
Utiliser "bot" en tant qu'insulte... Alors que la langue française regorge d'un champ lexical sans pareil pour pouvoir insulter de manière élégante et non répétitive. Le panel de noms d'oiseaux dont nous disposons fait pâlir d'envie les anglais qui disposent du mot "fuck" et c'est à peu près tout.

Donc utilisons les mots pour ceux à quoi ils servent. Un bot, c'est un robot. Un rouillé du cerveau moulé à la sauce moutarde, c'est un con.
Ouah ya environ 40% du globe et des patois Anglais qui viennent d'exploser par tant de conneries débitées en un seul message.
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/06/2024 à 1:08
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Espèce d'IA calibré avec le fion

Bref, est ce vraiment intéressant ?
Je trouve que oui, car cela reflète une mentalité où chacun tente de discréditer la pensée adverse.
A ce moment là, la moindre tendance est récupérée.

Les exemples les plus classiques sont les opinions où des campagnes de bots on été orchestrés ; par exemple, de nombreuses personnes plus ou moins pro-russe (ou même tout simplement pro-paix) se font accuser à tord d'être des bots.
0  2