IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Sélectionner la navigation privée Google Chrome, mais se faire pister ! NOYB a déposé une plainte RGPD concernant le Privacy Sandbox de Google pour avoir trompé les utilisateurs

Le , par Anthony

1PARTAGES

8  0 
Après des années de critiques croissantes sur le suivi invasif des publicités, Google a annoncé en septembre 2023 qu'il supprimerait progressivement les cookies tiers de son navigateur Chrome. Depuis, les utilisateurs ont été progressivement incités à activer une prétendue " fonctionnalité de confidentialité des publicités " qui permet en fait de suivre les gens à la trace. Bien que le "Privacy Sandbox" soit présenté comme une amélioration par rapport au suivi extrêmement invasif par des tiers, le suivi est désormais simplement effectué dans le navigateur par Google lui-même. Pour ce faire, l'entreprise a théoriquement besoin du même consentement éclairé de la part des utilisateurs. Au lieu de cela, Google trompe les utilisateurs en prétendant "activer une fonctionnalité de confidentialité des publicités". NOYB a donc déposé une plainte auprès de l'autorité autrichienne de protection des données.

NOYB - European Center for Digital Rights (stylisé comme "noyb", de "none of your business" est une organisation à but non lucratif basée à Vienne, en Autriche, établie en 2017 avec un objectif paneuropéen. Cofondée par l'avocat autrichien et activiste de la vie privée Max Schrems, NOYB vise à lancer des affaires judiciaires stratégiques et des initiatives médiatiques en faveur du règlement général sur la protection des données (RGPD), de la proposition de règlement ePrivacy et de la confidentialité de l'information en général. L'organisation a été créée après une période de financement au cours de laquelle elle a recueilli des dons annuels de 250 000 euros de la part des membres qui la soutiennent. Actuellement, NOYB est financée par plus de 4 400 membres bienfaiteurs.


"Informé", "transparent" et "équitable" ? Le suivi interne du navigateur de Google a été présenté aux utilisateurs par l'intermédiaire d'une fenêtre contextuelle indiquant "Activer la fonctionnalité de confidentialité des publicités" après l'ouverture du navigateur Chrome. Dans l'Union européenne, les utilisateurs ont le choix entre "Activer" et "Non merci", c'est-à-dire qu'ils peuvent refuser de donner leur consentement. Dans une lettre adressée à NOYB, Google a soutenu que le fait de choisir de cliquer sur "Activer" serait effectivement considéré comme un consentement au suivi en vertu de l'article 6(1)(a) du RGPD. En réalité, l'entreprise a dissimulé le fait que la sélection de cette option activerait le suivi de première partie.

Des motifs sombres. Ce n'est un secret pour personne que Google a expérimenté différentes formulations et conceptions d'interface pour maximiser le taux de consentement des utilisateurs. Pour ce faire, il utilise ce que l'on appelle des "dark patterns", c'est-à-dire des schémas manipulateurs utilisés par les entreprises pour tromper les utilisateurs, souvent de manière illégale, et les amener à accepter des choses qu'ils n'auraient jamais acceptées autrement.


Mais il s'agit là d'un cas extrême : Google ne s'est pas contenté de modifier la couleur ou la taille d'un bouton, il a tout simplement menti à ses utilisateurs. La seule façon logique d'interpréter la fenêtre contextuelle "Privacy Sandbox" présentée aux utilisateurs est de penser que Google Chrome commence maintenant à les protéger (techniquement) contre le suivi des publicités. Ce message a même été renforcé par l'utilisation répétée de mots tels que "protéger", "limiter" et " fonctionnalités de confidentialité", accompagnés d'images trompeuses.

Max Schems, président d'honneur de NOYB :

Google a tout simplement menti à ses utilisateurs. Ceux-ci pensaient accepter une fonction de protection de la vie privée, mais ils ont été dupés et ont accepté le suivi des annonces publicitaires de Google. Pour être légal, le consentement doit être éclairé, transparent et équitable. Google a fait exactement le contraire.
Le fait d'être "moins terrible" n'est pas une "caractéristique de confidentialité". Le principal argument de Google est que le nouveau "Privacy Sandbox" est moins invasif que les systèmes de suivi des tiers. Si cela est vrai, cela ne signifie pas que Google peut faire ce qu'il veut sans se conformer à la législation européenne en matière de protection des données.

Max Schems :

Si vous vous contentez de voler moins d'argent aux gens qu'un autre voleur, vous ne pouvez pas vous qualifier d'"agent de protection des richesses". C'est pourtant ce que fait Google dans le cas présent.
Le navigateur calcule désormais les intérêts de l'utilisateur. Avec son Privacy Sandbox, Google veut prendre le contrôle total de l'analyse du comportement en ligne de ses utilisateurs : Chrome suit désormais tous les sites web que vous visitez pour générer une liste de thèmes publicitaires. Il s'agit notamment de "Prêts aux étudiants et financement des études", "Sous-vêtements" ou "Parentalité", "Emploi et éducation" et "Finance/Crédit et prêt/Information sur le crédit et surveillance du crédit". Les annonceurs reçoivent ensuite ces informations du navigateur Chrome.

Max Schems :

Les gens critiquent de plus en plus le fait que les grandes entreprises technologiques gagnent des milliards grâce aux technologies invasives de suivi des publicités. Au lieu d'améliorer la situation, Google répond par une sorte de "lavage de vie privée" illégal en introduisant un nouveau système de suivi.
Plainte déposée. L'article 4, paragraphe 11, du RGPD indique clairement que le consentement doit, entre autres, être une "manifestation de volonté spécifique, éclairée et univoque de la personne concernée". Compte tenu de la bannière pop-up très trompeuse, le plaignant n'avait aucun moyen de savoir qu'il consentait effectivement au traitement de ses données à des fins de publicité ciblée. Au contraire, il a été amené à croire que Google protégerait ses données personnelles. Cela signifie que Google n'a clairement pas respecté les exigences relatives au consentement libre en vertu du RGPD. NOYB demande à l'autorité autrichienne de protection des données d'ordonner à Google de mettre ses opérations de traitement en conformité avec le RGPD, de cesser le traitement des données collectées sur la base d'un consentement non valide et d'informer les destinataires des données qu'ils doivent cesser de traiter ces données. Enfin et surtout, NOYB propose que l'autorité impose une amende effective, proportionnée et dissuasive.

Source : NOYB

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

L'EFF exhorte les utilisateurs de Chrome à sortir du "Privacy Sandbox" de Google, voici comment désactiver le suivi publicitaire dans "Privacy Sandbox", et pourquoi vous devriez le faire

Le mode Incognito ou « navigation privée » de Google n'est pas vraiment privé, Google est soupçonnée de pratiques trompeuses, selon une plainte

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/06/2024 à 22:28
ho comme c'est etonnant...chrome est un malware pour infos
3  0