Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

WikiLeaks publie de nouveaux documents sur l'espionnage de l'Allemagne par la NSA
Qui aurait aussi mis Ban Ki-Moon sur écoute

Le , par Michael Guilloux

0PARTAGES

1  0 
Dans la foulée des révélations sur l’espionnage des officiels français par la NSA, de nouveaux documents publiés par WikiLeaks donnent des détails sur les activités de surveillance de l’agence de sécurité nationale des USA contre l'Allemagne.

Comme pour la France, la NSA aurait mis sur écoute les principaux ministres allemands et hauts fonctionnaires du pays ayant des responsabilités directes dans les questions du commerce, l’économie, les finances et l’agriculture.

Plusieurs discussions d’importance capitale d’Angela Merkel ont été enregistrées par l’agence US. La NSA aurait, entre autres, intercepté une communication de la chancelière allemande avec son assistant personnel ; conversation dans laquelle Angela Merkel « parle de sa vision des solutions possibles à la crise financière grecque, son désaccord avec des membres de son cabinet comme le ministre des finances Wolfgang Schnaeuble, des dirigeants politiques français, le président de la commission européenne Jose Manuel Barroso, le président de la banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et la directrice du FMI Christine Lagarde », explique WikiLeaks dans un communiqué de presse.

La conversation, marquée très sensible par la NSA, a été classée à un niveau 2 au-dessus du top-secret. Cela n’empêche pas l’agence américaine de la partager avec les autres services de renseignement formant le groupe des Five Eyes. L’un des documents montre également que l’allié britannique de la NSA (le GCHQ) aurait espionné le plan de sauvetage franco-allemand de la Grèce avant d’envoyer les communications à l’agence de sécurité nationale des USA.

Un autre document d’Edwrad Snowden publié par The Intercept montre encore que l’espionnage de la NSA n’épargne personne, pas même les hauts responsables de l’ONU. La victime cette fois-ci est le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon avant une réunion en tête-à-tête avec le président américain Barack Obama.

Grâce à un programme baptisé XKEYSCORE, la NSA a été en mesure de pirater les communications de Ban Ki-Moon et lire ses notes relatives à la réunion qu’il devait avoir avec le président américain. Cela a permis au président Barack Obama d’obtenir une liste des points que le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon espérait aborder, et donc se préparer en conséquence.

XKEYSCORE est également efficace pour contourner les mesures de sécurité existantes et suivre les recherches web et emplacements des internautes. Le programme a donc également permis au gouvernement US de suivre les utilisateurs d’internet.

En réponse au rapport publié par The Intercept, la NSA affirme encore la légitimité de ses activités en prétendant ne pas aller au-delà des pouvoirs qui lui ont été donnés par la loi, tout en respectant la vie privée des utilisateurs. « Les opérations de renseignement étranger de l'agence nationale de sécurité sont 1) autorisées par la loi; 2) l'objet de multiples couches de contrôle interne et externe rigoureux; et 3) menées d'une manière qui est conçue pour protéger la vie privée et les libertés civiles », a déclaré l’agence.

Sources : WikiLeaks, The Intercept

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Coriolan
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 03/09/2016 à 23:22
« Espionnage Élysée » : les États-Unis sont derrière l'espionnage de la France
A confirmé l'ancien directeur technique de la DGSE

Mise à jour le 03 / 09 / 2016 : les États-Unis sont derrière l'espionnage de la France, a confirmé l'ancien directeur technique de la DGSE

Les États-Unis étaient bel et bien derrière l'espionnage de l'Élysée pendant des années, c'est ce qu'a révélé Bernard Barbier, ancien directeur technique de la DGSE, le service de renseignement extérieur français, durant une conférence devant les élèves de l'école d'ingénieurs Centrale-Supélec. Entre 2006 et 2012, la NSA a espionné trois présidents français, mais personne n'a pu prouver réellement l'implication des Américains dans ce piratage. « Le responsable de la sécurité informatique de l'Élysée nous a demandé de l'aide. On a vu qu'il y avait un malware », relate Bernard Barbier. Après analyse, continue Bernard Barbier, « j'en suis venu à la conclusion que cela ne pouvait être que les États-Unis ».

« J'ai reçu l'ordre du successeur de M. Sarkozy d'aller aux États-Unis les engueuler. On était sûr que c'était eux. À la fin de la réunion, Keith Alexander [directeur de la NSA] n'était pas content. Alors que nous étions dans le bus, il me dit qu'il était déçu, car il pensait que jamais on ne les détecterait et il ajoute : 'Vous êtes quand même bons' », poursuit-il. En d'autres termes, il admet que les Américains étaient derrière ce piratage. Au passage, Barbier a profité de la conférence pour révéler que la France a mené une vaste opération d'espionnage informatique depuis 2009, notamment sur le Canada. « Les Canadiens ont fait du “reverse” [remonter la trace informatique] sur un “malware” qu’ils avaient détecté. Ils ont retrouvé le programmeur qui avait surnommé son “malware” “Babar” et avait signé “Titi”. Ils en ont conclu qu’il était Français. Et, effectivement, c’était un Français. »


Alliés des États-Unis ou non, l’espionnage de la National Security Agency (NSA) ne semble pas avoir de limites. Des documents qui viennent d’être publiés par le site WikiLeaks montrent en effet que les présidents français et des hauts placés dans le gouvernement ont été espionnés par la NSA.

Les documents concernent les présidents Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, mais aussi des ambassadeurs français aux USA et à l’ONU. Plusieurs autres hauts cadres français ont été également espionnés par la NSA selon une liste de cibles définie par l’agence d’espionnage.

Présidents et hauts cadres français ont été mis sur écoute téléphonique depuis au moins 2006, de sorte à recueillir leurs conservations professionnelles et même privées. Les documents divulgués par WikiLeaks donnent les détails de conversations des membres du gouvernement sur des questions politiques et financières critiques pour la France et la communauté internationale. « On y retrouve la crise financière mondiale, la crise de la dette grecque, la gestion politique et le futur de l'Union européenne, les relations entre le gouvernement de François Hollande et celui d'Angela Merkel, les efforts des Français pour influencer la liste des dirigeants de l'ONU, l'implication française dans le conflit en Palestine, et le différend entre les gouvernements français et américain sur l'espionnage des USA en France », a écrit WikiLeaks dans un communiqué de presse.


Dans le top 5 des conversations interceptées par la NSA, un document datant de mai 2012 montre que François Hollande a contourné Angela Merkel pour tenir une réunion secrète avec les responsables français sur la sortie de la Grèce de la zone euro.

Une autre conservation interceptée en mars 2010 révèle le mécontentement du président Sarkozy à cause de la réticence d’Obama de parvenir à un accord de coopération sur les renseignements entre les deux pays. La conversation entre l’ambassadeur de la France à Washington et un conseiller de Sarkozy révèle encore la frustration de Sarkozy face à la volonté du gouvernement US de continuer à espionner la France.

La NSA aurait également intercepté en 2006 une conversation dans laquelle le président Chirac a donné des instructions au ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy pour une rencontre avec le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon. Douste-Blazy devait demander à Ban Ki-Moon la nomination de M. Terje Roed-Larsen comme adjoint du secrétaire général ou le placer à un autre poste de responsabilité égale.

Une autre communication interceptée par la NSA en juin 2011 révèle encore que Sarkozy était déterminé à reprendre les discussions entre Israël et la Palestine, même sans la participation des États-Unis.

Le dernier du top 5 selon le classement de WikiLeaks, montre que la NSA a aussi intercepté une communication dans laquelle Nicolas Sarkozy blâmait les USA pour leur responsabilité dans la crise économique mondiale. Et la France, en tant que président de l’UE à cette époque devait prendre les rênes pour trouver des solutions.

Si la provenance des documents n’a pas été révélée, il semble qu’ils soient issus de l’archive d’Edward Snowden.

Dans un message adressé aux internautes, le fondateur de WikiLeaks donne encore l’impression de savoir plus qu’il en a dit. Il laisse en fait penser que ces révélations ne sont que le début et d’autres documents sur l’espionnage du gouvernement français par la NSA pourraient être publiés dans un futur proche. « Le peuple français a le droit de connaitre que son gouvernement et ses élus sont sujets à une surveillance hostile provenant d'un supposé allié. Nous sommes fiers de notre travail avec des médias français : Libération et Médiapart, en vue de porter cette histoire à la connaissance du public », a déclaré le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. « Les lecteurs français peuvent s'attendre à des révélations régulières et plus importantes dans un avenir proche », a-t-il ajouté.

Si le gouvernement US a refusé de commenter, les responsables français quant à eux se réunissent d’urgence ce mercredi pour discuter de ces révélations, qui pourraient sérieusement bouleverser les relations diplomatiques entre les deux pays.

Source : WikiLeaks - Le Monde

Et vous ?

Que pensez-vous de la surveillance du gouvernement français par la NSA ?

Que dites-vous des révélations sur les activités de la France ?

Quelles pourraient être les répercussions sur les relations diplomatiques entre les deux pays ?
10  0 
Avatar de BufferBob
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/09/2016 à 16:38
Citation Envoyé par Benouche20 Voir le message
Surtout, les moutons ne changaient rien, adoubé nos maitres
et retourna les colles

écartons nos fesses, ils ne mettent même plus de vaseline, plus c'est gros plus ça passe...
trop la classe, mais t'as l'air de bien connaitre ton sujet alors je vais pas te contredire
6  0 
Avatar de Namica
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/09/2016 à 2:52
En outre :
Citation Envoyé par https://wikileaks.org/nsa-france/index.fr.html

...
Cela ne concerne psa seulement l'ensemble des grandes entreprises françaises, depuis BNP Paribas, AXA et le Crédit Agricole jusqu'à Peugeot, Renault, Total et orange, mais cela affecte aussi les principales organisations agricoles françaises.
...
Les États-Unis n'utilisent pas seulement les résultats de cet espionnage pour eux mêmes, mais partagent ces écoutes avec le Royaume-Uni.
...
Je crois que dans aucuns pays de l'union européenne, politiques et grandes entreprises n'échappent à cet espionnage. Et en plus le Royaume-Uni en profite aussi.
C'est parfaitement écœurant et relève du casus belli.
"Casus belli est une locution latine, signifiant littéralement « occasion de guerre », qui désigne un acte de nature à déclencher les hostilités entre deux États." (https://fr.wikipedia.org/wiki/Casus_belli)
5  0 
Avatar de BufferBob
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/09/2016 à 12:31
Citation Envoyé par Namica Voir le message
Je crois que dans aucuns pays de l'union européenne, politiques et grandes entreprises n'échappent à cet espionnage.
tout à fait d'accord, du coup on est en droit de se poser la question; pourquoi cette révélation, dans quel but ?

non parce que c'est l'ancien directeur technique de la DGSE quand même, c'est pas une révélation de joe l'clodo dans son sommeil, on parle d'une personne dont le métier consist{e,ait} justement à comprendre parfaitement l'intérêt tactique de distiller des informations, qu'elles soient vraies ou fausses

C'est parfaitement écœurant et relève du casus belli.
est-ce que le but derrière ne serait pas de susciter ce genre de réaction justement à l'égard des USA ?
5  0 
Avatar de jfduhamel
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/07/2015 à 5:30
Les américains n'espionnent pas depuis hier: J'ai eu à subir en 2004 un interrogatoire de la NSA dans l'ambassade américaine de Lima, et ils savaient TOUT ce que je faisais dans le régiment de transmissions ou je travaillais en Allemagne comme S/O entre 1977 et 1979. Ils savaient aussi tout de mes déplacements professionnels dans les années 1990. Ce n'était pas franchement une surprise pour moi, mais avec en plus les moyens technologiques qu'ils ont, même la marque du papier toilettes que vous utilisez, ils la connaissent et pourraient même vous classifier avec ça.
4  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/09/2016 à 17:05
Même avec toute la volonté du monde, la France ne peut pas lutter à armes égales. Elle peut réaliser des "coups". La première chose à faire reste de se protéger au mieux.
Au niveau diplomatique, je pense que ces révélations, bien négociées, peuvent donner lieu à des contreparties. Dans ce domaine, l'UE est aussi partie prenante puisque victime elle aussi et devrait en jouer dans les négociations sur le TAFTA.
Il reste néanmoins que toute notre politique extérieure a été (est?) muselée par cet espionnage depuis 2006. Tout comme notre commerce extérieur. Le préjudice est grave puisque bafouant notre autorité et libre-arbitre.
4  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/09/2016 à 22:00
HS, désolé, mais je ne la connaissais pas
Citation Envoyé par BufferBob Voir le message
et retourna les colles
et je tenais à manifester mon soutien par des applaudissements nourris :ex-cel-lent !
4  0 
Avatar de Goedulf
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/09/2016 à 12:46
Citation Envoyé par BufferBob
est-ce que le but derrière ne serait pas de susciter ce genre de réaction justement à l'égard des USA ?
Moi je pense plutôt que c'est le contraire : ils savent très bien que personne n'osera les mettre en danger militairement ou économiquement du coup ils se permettent de mettre 3 présidents français sur écoute.

Citation Envoyé par Namica
Je crois que dans aucuns pays de l'union européenne, politiques et grandes entreprises n'échappent à cet espionnage.
C'est certain, c'est juste que les autres pays ne l'ont pas encore découvert.
3  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 11/07/2015 à 22:32
Citation Envoyé par jpiotrowski Voir le message
Oui et non.

Oui la France avait quitté le commandement intégré de l'OTAN du temps de De Gaulle MAIS :

La France reste membre de toute les organisations techniques de l’Alliance atlantique, à l’exception du comité des plans de défense et du groupe des plans nucléaires.
C’est sous la présidence de Jacques Chirac, en décembre 1995, que la France réintègre en partie les structures de l’OTAN en décidant de rejoindre son conseil des ministres et son comité militaire.
Plus tard, en juin 2008, Nicolas Sarkozy, le nouveau Président de la République, annonce, lors de la présentation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, le prochain retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’OTAN. Cette décision fait l’objet d’un vote à l’Assemblée nationale en mars 2009, le gouvernement ayant engagé sa responsabilité sur une déclaration de politique étrangère au titre de l’article 49-1 de la Constitution. Cette réintégration est finalement avalisée le mois suivant au cours du sommet du soixantième anniversaire de l’OTAN à Strasbourg et à Kehl (Allemagne). La France rejoint le comité des plans de défense mais reste en dehors du groupe des plans nucléaires.
http://www.vie-publique.fr/politique...n-france-otan/

En gros, même si on était pas à 100% dedans, on en est jamais complètement sorti non plus

Wikipédia c'est bien, mais cela ne détient pas la vérité absolue, surtout sur une page qui est une "ébauche d'article".
2  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/07/2015 à 11:43
Evidemment que nous n'étions pas sorti complètement de l'OTAN, ne serait-ce que parce que nous avions un contingent en Allemagne.

Nous étions sortis du commandement intégré, c'est à dire que ni notre état major ni notre arsenal nucléaire ne faisaient partie de l'organisation,
et que nous étions libre de ne pas suivre les autres membres si ceux si désiraient se lancer dans une escalade dangereuse,
comme lors de la Crise des missiles de Cuba.

Alors que notre retour dans l'OTAN s'est traduit par notre entrée en guerre contre la Serbie, un de nos alliés historiques, contre une de leur province automone.
Un précédent dangereux.. suivi par la Lybie. On a vraiment l'impression que dès lors que la France est entrée dans l'OTAN, elle a perdu toute autonomie et substance.

Si demain nous déclarions la guerre à l'Espagne sur la question de l'indépendance de la Catalogne, qui est soutenue en sous main par les américains, je ne pense pas que cela soit de bonne politique.

Il est intéressant de noter que les arguments des gaullistes sont toujours d'actualité.
2  0