Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google progresse dans sa lutte contre les cookies tiers sur son navigateur
Et commence à tester des outils de substitution comme son API Trust Token

Le , par Stéphane le calme

71PARTAGES

10  0 
Durant l'édition 2019 du Chrome Dev Summit à San Francisco, Google a présenté sa vision pour le Web. L'éditeur a évoqué plusieurs éléments parmi lesquels le développement de Privacy Sandbox, un environnement sécurisé pour le contenu qui protège la vie privée des utilisateurs.

« Après un dialogue initial avec la communauté Web, nous sommes convaincus qu'avec une itération et des commentaires continus, des mécanismes de protection de la vie privée et des normes ouvertes comme le Privacy Sandbox peuvent soutenir un Web sain et financé par la publicité d'une manière qui rendra les cookies tiers obsolètes. Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, et que nous aurons développé les outils pour atténuer les solutions de contournement, nous prévoyons d'éliminer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome. Notre intention est de le faire d'ici deux ans. Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls, et c'est pourquoi nous avons besoin de l'écosystème pour s'engager sur ces propositions. Nous prévoyons de commencer les premiers Origin Trials d'ici la fin de cette année, en commençant par la mesure de conversion et en poursuivant par la personnalisation ».

En somme, Google prévoit dans un délai de deux ans de bloquer un moyen courant pour les entreprises de suivre les internautes dans son navigateur Chrome, ce qui aura des conséquences sur le fonctionnement du Web, tandis que l'entreprise tente de répondre aux demandes de confidentialité accrues des utilisateurs. Le plan de Google consiste à empêcher les éditeurs de logiciels publicitaires et d'autres organisations de connecter leurs cookies de navigateur à des sites Web qu'ils n'exploitent pas.

L'entreprise a fait un pas de plus dans cette direction. Dans un billet de blog, Mike Schulman Vice President Ads Privacy and Safety a expliqué : « La confidentialité est au cœur de notre travail chez Google et de notre vision d'un Internet prospère où les gens du monde entier peuvent continuer à accéder au contenu financé par la publicité, tout en ayant la certitude que leurs données sont protégées. Mais pour y parvenir, nous devons accroître la transparence du fonctionnement de la publicité numérique, offrir aux utilisateurs des contrôles supplémentaires et veiller à ce que les choix des utilisateurs concernant l’utilisation de leurs données soient respectés, non contournés ou ignorés.

« Aujourd'hui, nous partageons des mises à jour sur notre travail dans ces domaines, y compris de nouveaux outils qui fournissent aux internautes plus d'informations sur les annonces qu'ils voient. Nous présentons également de nouvelles ressources destinées aux spécialistes du marketing et aux éditeurs qui offrent des conseils sur la façon de naviguer dans l'environnement de confidentialité actuel, ainsi que des exemples concrets de marques et de sociétés de médias qui offrent des expériences publicitaires efficaces et respectueuses de la confidentialité qui utilisent les données de manière responsable. »

Pendant de nombreuses années, Google a proposé une fonctionnalité appelée Why this ad (Pourquoi cette annonce), grâce à laquelle, depuis une icône dans une annonce numérique, les utilisateurs pouvaient obtenir plus d'informations sur certains des facteurs qui ont été utilisés pour sélectionner l'annonce à leur place, ou choisir de ne plus voir cette annonce. Selon Google, il y a plus de 15 millions d'interactions d'utilisateurs par jour avec Why this ad ; les internautes cherchent à en savoir plus sur les publicités qu'ils voient et à les contrôler, et l'éditeur a récemment étendu cette fonctionnalité aux publicités sur les téléviseurs connectés.

« Au cours des prochains mois, nous améliorerons l'expérience avec une nouvelle fonctionnalité appelée About this ad, qui montrera également aux utilisateurs le nom vérifié de l'annonceur derrière chaque annonce. About this ad sera initialement disponible pour les annonces graphiques achetées via Google Ads et Display & Video 360, et nous la diffuserons sur d'autres surfaces publicitaires tout au long de 2021. »


« Notre engagement à accroître la transparence et à offrir aux utilisateurs plus de contrôle va au-delà des publicités diffusées par Google. En raison de la complexité de l'écosystème des annonces numériques et du grand nombre d'entités impliquées, les utilisateurs ne savent généralement pas quelles entreprises sont même impliquées dans la diffusion d'une annonce. Pour fournir aux internautes des informations détaillées sur toutes les annonces qu'ils voient sur le Web, nous lançons un nouvel outil appelé Ads Transparency Spotlight, qui peut désormais être testé en tant qu'extension alpha sur le Chrome Web Store. Nous continuerons d'améliorer cette extension en fonction des commentaires des utilisateurs et, au fil du temps, nous prévoyons de proposer des informations supplémentaires sur les annonces, ainsi que d'introduire des contrôles. Nous espérons que d'autres fournisseurs de technologies intégreront également des capacités de transparence et de contrôle similaires dans les expériences qu'ils offrent. »

Faire évoluer Internet financé par la publicité

Google a parlé d'une évolution de Privacy Sandbox, une suite d'API ouvertes venant remplacer les cookies tiers pour permettre la diffusion de publicités ciblées, tout en étant plus respectueux de la vie privée des internautes. Les données relatives aux utilisateurs sont en effet stockées directement dans son navigateur et les annonceurs y ont accès, via lesdites API, de manière agrégée. Chaque API est une réponse à un cas d'usage que Google a identifié, en partenariat avec le marché.

Dans un avenir sans cookies, Google souhaite que le ciblage publicitaire, la mesure et la prévention de la fraude soient conformes aux normes définies par son Privacy Sandbox, dans lequel les cookies sont remplacés par cinq interfaces de programmation d'application. Les annonceurs utiliseront chaque API pour recevoir des données agrégées sur des problèmes tels que la conversion (la performance de leurs annonces) et l'attribution (quelle entité est créditée, par exemple, pour un achat). Privacy Sandbox représente une voie alternative que Google propose à l'industrie de la publicité, en s'appuyant sur des signaux anonymisés (qui ne sont pas des cookies) dans le navigateur Chrome d'une personne pour profiter des habitudes de navigation de cet utilisateur.

« Chrome continue d'explorer d'autres moyens de faire progresser la confidentialité pour que le navigateur Web prenne en charge les publicités numériques avec l'initiative de normes ouvertes Privacy Sandbox. Dans le cadre du Privacy Sandbox, plusieurs propositions ont été publiées pour de nouvelles API qui permettraient de résoudre des cas d'utilisation tels que la sélection d'annonces, la mesure des conversions et la protection contre la fraude d'une manière qui ne révèle pas d'informations d'identification sur les utilisateurs individuels. L'une des API proposées sont les Trust Token qui pourraient lutter contre la fraude publicitaire en distinguant les robots des vrais utilisateurs, est désormais disponible pour les tests par les développeurs, et d'autres passeront bientôt aux tests en direct. »

Concernant le dernier point, Google se propose de lutter contre la fraude avec sa Trust Token API. Ce programme, version revisitée de la captcha, permettra à Chrome de distinguer les internautes humains des robots. Il s'agit tout simplement de permettre aux annonceurs de s'assurer que leurs publicités ne sont pas vues par des bots.

« Une fois que ces approches auront répondu aux besoins des utilisateurs, des éditeurs et des annonceurs, Chrome prévoit de supprimer progressivement la prise en charge des cookies tiers. Ces propositions sont activement discutées dans des forums comme le W3C. Notre équipe publicitaire contribue activement à ce dialogue - comme nous encourageons toute partie intéressée à le faire - et nous prévoyons d'intégrer les nouvelles solutions dans nos produits dans les années à venir.

« Nous explorons également une gamme d'autres approches pour améliorer la confidentialité des utilisateurs tout en garantissant que les éditeurs peuvent gagner ce dont ils ont besoin pour financer un contenu de qualité et que les annonceurs peuvent toucher les bonnes personnes pour leurs produits. Par exemple, nous prenons en charge l'utilisation des données propriétaires des annonceurs et des éditeurs (en fonction des interactions directes avec les clients avec lesquels ils entretiennent des relations) pour offrir des expériences plus pertinentes et utiles, à condition que les utilisateurs aient la transparence et le contrôle sur l'utilisation de ces données. Ce qui n'est pas acceptable, c'est l'utilisation de techniques opaques ou cachées qui transfèrent des données sur des utilisateurs individuels et leur permettent d'être suivis d'une manière secrète, comme le fingerprinting. Nous pensons que toute tentative de traquer des personnes ou d'obtenir des informations qui pourraient les identifier, à leur insu et sans leur autorisation, doit être bloquée. Nous continuerons d’adopter une position ferme contre ces pratiques.

« Une grande partie de la conversation récente sur l'amélioration de la confidentialité des publicités numériques s'est concentrée sur le Web, mais il existe une gamme d'environnements dans lesquels les gens interagissent avec les publicités numériques. Notre approche technique et les détails de mise en œuvre peuvent varier en fonction des caractéristiques uniques de chacun, mais notre vision d'améliorer la confidentialité des utilisateurs tout en préservant l'accès au contenu gratuit est cohérente sur le Web, les applications mobiles, la télévision connectée, l'audio numérique et quel que soit le domaine qui pourrait émerger ».

Source : Google

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !