IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta a déposé plusieurs brevets destinés à lui permettre de suivre les mouvements des yeux et les expressions du visage dans le métavers
Car cela profiterait probablement aux annonceurs

Le , par Sandra Coret

53PARTAGES

6  0 
Le changement de nom de Facebook en Meta a fait couler beaucoup d'encre, car pourrait potentiellement permettre à la plateforme d'échapper à une partie de la controverse dans laquelle elle était impliquée.

Cela indique également que l'entreprise de médias sociaux commence à se concentrer davantage sur le métavers, qui est sans aucun doute une nouvelle technologie dans laquelle d'innombrables grandes entreprises tentent de s'engager.

Toutefois, il est important de noter que Meta pourrait continuer à suivre les utilisateurs de très près une fois qu'elle aura lancé son métavers. Cela vient de plusieurs brevets que la société a récemment déposés et qui sont essentiellement destinés à lui permettre de suivre les mouvements des yeux et les expressions du visage dans le métavers, et cela pourrait poser un problème de confidentialité.

La principale raison pour laquelle Meta serait intéressé à faire une telle chose est probablement que cela profiterait aux annonceurs. Cependant, cela peut aussi avoir un rapport avec l'optimisation graphique. Si un utilisateur regarde un endroit particulier, les graphismes de cette zone seront renforcés et le reste deviendra légèrement plus flou afin d'utiliser beaucoup moins de puissance de traitement.

Cela ressemble à ce que fait Netflix avec sa bibliothèque de contenus, mais l'angle publicitaire peut être une cause d'alarme pour un large éventail d'utilisateurs. Meta va probablement continuer à tirer la majeure partie de ses revenus de la vente de publicités, et le fait d'être impliqué dans le métavers pourrait permettre à la société de suivre les utilisateurs d'une manière qui n'était pas possible auparavant.

Source : Brevet

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avez-vous l'intention de faire partie des utilisateurs du métavers ?

Voir aussi :

60 % des Français considèrent que le métavers est avant tout un moyen de se divertir, seuls 15 % sont favorables à ce que leur compte Facebook soit associé à des profils numériques dans les métavers

Les investisseurs paient des millions de dollars pour des terrains virtuels dans le métavers, alors que le prix des "parcelles" a grimpé de 500 % au cours des derniers mois

Intel pense que le métavers aura besoin d'une capacité de calcul mille fois supérieure à celle disponible actuellement, ce que les ordinateurs d'aujourd'hui ne peuvent tout simplement pas offrir

Le métavers de Zuckerberg va porter atteinte à la vie privée des travailleurs et pourrait obliger davantage de personnes à communiquer davantage de données, d'après la lanceuse d'alerte Frances Haugen

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 8:40
La vision de Meta pour le métavers est une "vieille idée" qui n'a "jamais fonctionné",
d’après Phil Libin, le PDG d'une entreprise technologique

Phil Libin, cofondateur et ancien PDG d'Evernote, a qualifié la vision de Meta pour le métavers de « peu créative » et de « vieille idée » qui a « été essayée de nombreuses fois au cours des quatre dernières décennies et qui n'a jamais fonctionné ». Parlant du logiciel de réunion en réalité virtuelle de Meta, Horizon Workrooms, Libin a déclaré à Insider : « Ça ne va pas s'améliorer parce que ça a mal commencé. Ça a commencé de manière stupide ».


Phil Libin est profondément enraciné dans la philosophie de la Silicon Valley que possible. Enfant, il a quitté l'Union soviétique pour immigrer aux États-Unis, où il a fondé Evernote, une entreprise de logiciels de traitement de texte à la mode. Il a fait un détour en tant que capital-risqueur chez General Catalyst. Aujourd'hui, il est à nouveau un fondateur. Il est le PDG de Mmhmm, une société de vidéoconférence soutenue par Sequoia Capital, et dirige un studio de produits appelé All Turtles.

Lorsque Phil Libin a mis son casque Oculus VR pour essayer le premier produit metaverse de Meta, il espérait que ce ne serait pas terrible. « J'avais le sentiment très, très fort que ce serait nul, mais j'y suis allé avec autant d'espoir que possible d'être agréablement surpris », a déclaré Libin. Lui et ses employés de la société de vidéoconférence Mmhmm essayaient le produit Horizon Workrooms de Meta. Horizon Workrooms permet aux gens d'utiliser des casques de réalité virtuelle pour des réunions de travail virtuelles dans ce qu'on appelle le métavers.

Libin a déclaré que son intuition s'est avérée correcte. « Ce n'était tolérable que pendant quelques minutes », a-t-il déclaré. Il pense que l'utilisation de la réalité virtuelle pour les réunions est moins séduisante que les technologies familières telles que Zoom où les gens peuvent toujours faire des choses du monde réel comme boire une tasse de café. « Je ne peux pas le faire avec un objet en plastique géant sur mon visage sans me renverser du café chaud dessus », a déclaré Libin.


Le terme "metaverse" est emprunté à la science-fiction et désigne une version future de l'internet à laquelle on accède par le biais de technologies immersives telles que les casques de réalité virtuelle et de réalité augmentée. Il a été particulièrement mis en avant par Mark Zuckerberg, qui a rebaptisé Facebook "Meta" en octobre dernier.

Dans son rapport sur les résultats du quatrième trimestre mercredi dernier, Meta a déclaré que sa nouvelle activité métaverse a perdu 10 milliards de dollars et que sa base d'utilisateurs a diminué pour la première fois de son histoire. L'action Meta a chuté de 26,4 % jeudi, effaçant près de 240 milliards de dollars de l'évaluation de la société, ce qui constitue la plus grande perte en une journée de l'histoire des entreprises américaines.

Libin a déjà critiqué le battage médiatique qui entoure le métavers. Dans une interview podcast du mois dernier, il a comparé ce battage à la propagande communiste qu'il recevait lorsqu'il était enfant, dans l'ancienne Union soviétique. Et il n'est toujours pas convaincu. Selon lui, la vision du métavers présentée par Meta, celle d'un « monde 3D interconnecté dont nous faisons l'expérience pendant plusieurs heures par jour, à la fois pour le plaisir et pour le travail, principalement par le biais de la réalité virtuelle… cet ensemble de choses est épouvantable ».

« C'est une vieille idée. C'est peu créatif, ça a été essayé de très nombreuses fois au cours des quatre dernières décennies et ça n'a jamais marché », a déclaré Libin. Les partisans du métavers pensent que nous devrons attendre pour voir tout son potentiel, a déclaré Libin qui ne pense pas que c'est ainsi que les grandes technologies fonctionnent. « Je pense que les grandes technologies commencent par être primitives, mais elles commencent par être excellentes immédiatement », a-t-il déclaré. Au fil du temps, a-t-il ajouté, la grande technologie devient « plus polie, plus mature et plus sophistiquée ».

Il a donné l'exemple des premières consoles de jeux vidéo et de son tout premier achat sur Amazon au milieu des années 90. « C'était ma toute première transaction de commerce électronique. Je suis allé sur le site web d'Amazon, et Amazon au milieu des années 90 était super primitif. C'était un site en mode texte, on ne pouvait qu'y acheter des livres. Et il n'y avait pas de système de paiement en un clic : c'était très, très basique. Mais j'ai acheté quelques livres et je me souviens avoir compris à ce moment-là : c'est incroyable ». Quant aux salles de travail Horizon, Libin a dit : « Ça ne va pas s'améliorer parce que ça a mal commencé. C'était stupide au départ. Ça peut devenir plus sophistiqué, mais ce sera juste plus sophistiqué, mais toujours mauvais ».

À bien des égards, Libin exprime une opinion partagée par beaucoup. Les gens ne sont pas vraiment excités par le monde virtuel de Meta. Même les dirigeants de l'entreprise sont connus pour se plaindre du casque de l'entreprise, qui est toujours aussi peu pratique. Pour Libin, le Metaverse est une idée décérébrée qui est « si spectaculairement stupide qu'il n'y a en fait pas grand-chose à craindre ».

Les technologies de réalité virtuelle ont fait des progrès considérables ces dernières années, et Meta mise énormément sur son métamonde à base de réalité virtuelle. Mais pour l'instant, elle doit encore convaincre une masse critique de personnes qu'il s'agit d'un endroit où il vaut la peine de passer du temps.

Il reste à voir si cela changera un jour. Des critiques comme Libin et même le PDG de Tesla, Elon Musk, affirment que le Metaverse ne décollera jamais. D'autres, en revanche, affirment que nous passerons bientôt toute notre vie dans des mondes virtuels. Mais Meta construira-t-elle les outils de demain pour faire de cette vision une réalité ? C'est peu probable, étant donné les résultats catastrophiques de Facebook lorsqu'il s'agit de convaincre les gens d'adhérer à de nouvelles idées et de s'assurer que les espaces en ligne ne sont pas un bassin grouillant d'abus.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des propos de Phil Libin au sujet du Metaverse ? Partagez-vous son opinion ?
D’après vous Meta construira-t-elle les outils de demain pour faire de sa vision une réalité ?

Voir aussi :

Le projet d'économie du Métaverse devrait atteindre 42 milliards de dollars d'ici 2026, selon Strategy Analytics, et 872,35 milliards de dollars en 2028, selon Reports and Data

Le métaverse de Facebook pourrait être toxique pour la société humaine, ce qui reflète l'inquiétude que suscite la sécurité de l'intelligence artificielle, selon Eric Schmidt, l'ex-PDG de Google

Les investisseurs paient des millions de dollars pour des terrains virtuels dans le métavers, alors que le prix des "parcelles" a grimpé de 500 % au cours des derniers mois

La division VR de Meta, l'ex Oculus Research, fait l'objet d'une enquête antitrust de la FTC
11  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 13/04/2022 à 18:06
Meta prévoit de percevoir près de 50 % des revenus générés par les créateurs dans « Horizon Worlds »,
sa plateforme de réalité virtuelle faisant partie de son projet de création du métavers

Après avoir annoncé plus tôt cette semaine que les créateurs peuvent vendre des objets numériques dans Horizon Worlds pour de l'argent réel, Meta a fourni des détails sur les frais que les créateurs devront payer sur les revenus réalisés via la plateforme. Dans un échange avec une revue spécialisée en réalité virtuelle, Meta a expliqué que tout ce qui est vendu dans Horizon Worlds serait soumis aux mêmes frais de 30 % que la société facture aux développeurs vendant des applications via sa plateforme VR, puis à des frais supplémentaires de 25 % sur le montant restant ».

Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, veut permettre aux gens de dépenser et de gagner de l'argent plus facilement sur la plateforme de réalité virtuelle Horizon Worlds, qui fait partie intégrante du plan de Meta pour créer un soi-disant « métavers ». Dans une vidéo publiée lundi, le milliardaire de la tech a déclaré que Meta testait de nouveaux outils qui permettent aux créateurs de vendre des actifs virtuels et des expériences dans les mondes qu'ils construisent sur Horizon.

Meta a déclaré :

« Dans le cadre de notre engagement continu à soutenir les créateurs, nous commençons à tester plusieurs nouveaux outils qui permettront aux créateurs d'expérimenter différentes façons de monétiser ce qu'ils construisent dans Horizon Worlds. Alors que nous la lançons aujourd'hui comme test avec une poignée de créateurs pour obtenir leurs commentaires, ces types d'outils sont des étapes vers notre vision à long terme du métavers où les créateurs peuvent gagner leur vie et les gens peuvent acheter des biens numériques, des services, et expériences.

« Le métavers, par nature parce qu'il n'est pas limité par l'espace physique, apportera un nouveau niveau de créativité et ouvrira de nouvelles opportunités à la prochaine génération de créateurs et d'entreprises pour poursuivre leurs passions et créer des moyens de subsistance. Les créateurs et les entrepreneurs auront plus de liberté pour trouver un modèle commercial qui leur convient. Nous sommes donc ravis de franchir cette étape aujourd'hui et d'étendre davantage le Fonds Horizon Creators de 10 millions de dollars que nous avons annoncé en octobre dernier, que nous utilisons pour fournir des ressources aux créateurs d'Horizon Worlds. Nous continuerons à travailler avec notre communauté de créateurs et à tester et apprendre

« Nous commençons à déployer un test avec une poignée de créateurs durant lequel ils pourront vendre des objets et des effets virtuels dans leurs mondes. Par exemple, quelqu'un pourrait fabriquer et vendre des accessoires amovibles pour un monde de la mode ou offrir un accès payant à une nouvelle partie d'un monde.

« L'achat d'articles dans Horizon Worlds est disponible pour les personnes de 18 ans et plus aux États-Unis et au Canada, où Horizon Worlds est actuellement disponible. Les créateurs qui vendent des articles verront un onglet Commerce et un gadget lorsqu'ils sont en mode Créer, ce qui leur permet de créer des articles achetables.

« En plus d'introduire les achats dans le monde, nous commençons à tester un programme Horizon Worlds Creator Bonus pour les participants aux États-Unis.

« Ces bonus se présentent sous la forme de programmes mensuels axés sur les objectifs où les créateurs sont payés à la fin du mois pour leur progression vers l'objectif. Les bonus de créateur ne sont pas soumis à des frais et seront intégralement versés aux créateurs. Pour l'instant, dans ce test limité, les créateurs seront récompensés pour avoir construit des mondes qui attirent le plus de temps, mais avec le temps, nous pouvons faire évoluer ces objectifs, par exemple, pour encourager les créateurs à adopter de nouveaux outils ou fonctionnalités que nous déployons.

« Les créateurs qui participent à des programmes de monétisation, y compris les achats dans le monde et les bonus de créateur, sont tenus de suivre toutes nos politiques pour Horizon Worlds, y compris la politique de conduite en réalité virtuelle et la politique de contenu interdit d'Horizon Worlds, afin d'être éligibles aux revenus. Et comme pour tout contenu dans Horizon Worlds, si vous voyez quelque chose qui semble enfreindre nos politiques, vous pouvez soumettre un rapport pour que nous l'examinions. ».


Les détails sur les frais perçus par Meta

Bien entendu, Meta prendra une part de ce que vendent les créateurs. Pour les achats d'Horizon, Meta prend une commission de 25 % du pourcentage de ce qui reste après que les créateurs aient payé les frais de plateforme. Pour les plateformes avec des frais de 30 %, comme le propre Quest Store de Meta pour les titres VR, le créateur se retrouvera avec un peu plus de la moitié du prix de vente (puisque Meta perçoit 30 % et 25 % de 70 %).

L'entreprise a fourni l'exemple suivant :

« ... si un créateur vend un article pour 1,00 $, les frais de la boutique Meta Quest seraient de 0,30 $ et les frais de la plateforme Horizon seraient de 0,17 $, laissant 0,53 $ au créateur avant toute taxe applicable ».

C'est un taux effectif de 47,5 % de tout ce qui est vendu sur Horizon Worlds à Meta, laissant 52,5 % au créateur.

C'est une retenue assez lourde, mais pas tout à fait hors de propos avec les contemporains. Roblox, par exemple, prend entre 30 % et 70 % des revenus générés par les créateurs selon que le créateur a vendu l'article directement aux clients ou si l'article a été vendu sur le marché Roblox ou par une autre partie.

Ce sont des frais importants, sans aucun doute, mais les créateurs obtiennent quelque chose en retour. Horizon Worlds, par exemple, propose ses outils de construction collaboratifs autonomes, l'accès à un public et gère tous les coûts d'hébergement et de mise en réseau associés aux choses que les créateurs construisent. La question de savoir si cela vaut 47,5 % de ce que quelqu'un parvient à vendre sur la plateforme dépendra du créateur.

Meta a également clarifié d'autres choses sur le fonctionnement des outils de vente dans Horizon Worlds. La société a déclaré que, du point de vue de l'acheteur, les achats dans Horizon Worlds sont traités comme n'importe quoi d'autre sur la plateforme Quest (c'est-à-dire qu'ils utilisent le compte du casque et les informations de paiement enregistrées pour gérer la transaction). Cela signifie que les articles seront annoncés et traités avec la devise locale, plutôt qu'avec une devise d'application propriétaire.

En ce qui concerne la transportabilité des articles achetés dans Horizon Worlds, Meta indique que tout ce qui est acheté ne peut actuellement être utilisé que dans le monde dans lequel il a été acheté. Donc, si vous achetez un chapeau dans un monde, vous n'y avez accès que lorsque vous êtes dans ce monde spécifique.

Une photo fournie par Meta nous donne également quelques indices sur la mutabilité des choses que vous achetez dans Horizon Worlds, avec les petits caractères de la fenêtre contextuelle de transaction avertissant que les articles sont « sujets à des modifications par le créateur même après l'achat ». La fenêtre contextuelle mentionne également un ensemble de « Conditions d'achat pour les utilisateurs dans le monde ».


Qu'est-ce qu'Horizon Worlds ?

Horizon Worlds (anciennement Facebook Horizon) est un jeu vidéo en ligne de réalité virtuelle gratuit qui permet aux gens de construire et d'explorer des mondes virtuels.

Meta a publié le jeu sur ses casques Oculus VR aux États-Unis et au Canada le 9 décembre, mais il n'a pas encore été déployé dans le monde entier.

Au cours des derniers mois, les entreprises et les particuliers ont tout acheté, de l'art à l'immobilier dans des mondes virtuels sur des plateformes comme Decentraland et The SandBox. La star du hip-hop Snoop Dogg a acheté un terrain virtuel et un fan a payé 450 000 $ en décembre pour acheter un terrain à côté de lui sur The Sandbox.

L'achat et la vente d'actifs numériques n'étaient auparavant pas possibles sur Horizon Worlds, mais la société se rend compte qu'il y a de l'argent à gagner dans le métavers. En effet, Citi Bank estime que l'économie du métavers pourrait valoir entre 8 000 et 13 000 milliards de dollars d'ici 2030.

En plus des achats dans le monde, certains créateurs de monde virtuel aux États-Unis seront également payés directement par Meta pour leurs efforts. « Les gens qui construisent des mondes impressionnants, nous mettons simplement en place des fonds pour aider à compenser et récompenser les personnes qui font un travail formidable ici à Horizon », a déclaré Zuckerberg.

Les bonus seront basés sur des programmes mensuels axés sur les objectifs où les créateurs sont payés à la fin du mois pour leur progression vers l'objectif.

Meta a déclaré que les créateurs seront récompensés pour la construction de mondes qui « attirent le plus de temps passé ». La société a déclaré qu'elle pourrait modifier les paramètres sur lesquels les créateurs sont notés et récompensés à l'avenir.

Meta a lancé un Horizon Creators Fund de 10 millions de dollars en octobre dernier. On ne sait pas combien Meta met de côté pour payer les créateurs sur Horizon Worlds ou combien chaque créateur peut potentiellement gagner.

Zuckerberg, l'une des personnes les plus riches du monde, a déclaré : « La monétisation des créateurs est vraiment importante parce que vous devez tous subvenir à vos besoins et bien gagner votre vie en construisant ces expériences incroyables que les gens peuvent vivre ».

Matt Navarra, un consultant en médias sociaux, a déclaré : « le métavers élaboré que Meta continue de lancer est encore loin d'être réalisé ». Il a ajouté qu'il y avait encore beaucoup de points d'interrogation sur la façon dont il sera utilisé et sur sa popularité.

« La méta-activation des outils de monétisation est une décision intelligente pour aider à lancer une sorte d'économie de créateurs dans le métavers », a déclaré Navarra. « Mais pour la plupart des marques et des créateurs, le métavers restera quelque chose à surveiller de près à court terme ».


Des jetons numériques utilisables sur le métavers

Selon un rapport du Financial Times, la société mère de Facebook et Instagram aurait quelques produits en préparation, parmi lesquelles de la monnaie virtuelle que les employés de l'entreprise ont apparemment pris l'habitude d'appeler « Zuck Bucks ».

Zuck Bucks, qui fait référence au nom du fondateur, président et PDG de Meta, Mark Zuckerberg, est « peu susceptible » d'être une cryptomonnaie. « Au lieu de cela, Meta se penche sur l'introduction de jetons intégrés à l'application qui seraient contrôlés de manière centralisée par la société, similaires à ceux utilisés dans les applications de jeu telles que la devise Robux dans le jeu populaire pour enfants Roblox », selon le Financial Times. Roblox a construit une énorme entreprise de vente de Robux, et Meta pourrait essayer d'imiter une partie de ce succès sur ses propres plateformes. Comme autre illustration, nous pouvons citer également les V-Bucks de Fortnite.

Meta ne s'est pas totalement distancé des produits blockchain, car la société envisage également de publier et de partager des NFT sur Facebook. Le FT indique que la société prévoit de lancer un projet pilote pour faire exactement cela à la mi-mai, selon une note de service, et peu de temps après, Meta testera l'autorisation « d'appartenance à des groupes Facebook basés sur la propriété de NFT et un autre pour faire du minting (créer) » de NFT. Le FT a précédemment rendu compte de certains des plans NFT de Meta pour Facebook et Instagram en janvier, et Zuckerberg a annoncé en mars que les NFT arriveraient sur Instagram.

En outre, Meta explore des « jetons sociaux » ou des « jetons de réputation », qui « pourraient être émis comme récompenses pour des contributions significatives dans des groupes Facebook, par exemple », rapporte le FT. La société se penche également apparemment sur les services financiers traditionnels tels que les prêts aux petites entreprises.

Source : Road to VR, Meta

Et vous ?

Que pensez-vous de ces frais ?

Voir aussi :

Meta serait en train de concevoir des « Zuck Bucks », des jetons numériques qui pourraient être utilisés dans son métavers. Meta se préparerait aussi à se lancer dans les NFT
Meta commence à tester des outils permettant de vendre des actifs et des expériences numériques au sein de sa plateforme de réalité virtuelle Horizon Worlds. Un élément clef du projet métavers
9  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 13:14
Quand 99% des commentaires sont dubitatif sur l'interet d'une techno c'est que ça va se vautrer.
Le dernier exemple en date était stadia et on voit le résultat aujourd'hui...
A moins que les gouvernements/entreprises nous imposent d'utiliser le métavers, ce truc servira a rien.

Un signe que c'est mort née, il n'y a pas de porn dans le métavers, le porn c'est la base d'internet, du minitel et de pleins de sites comme onlyfan et co.
facebook a interdit les attouchement virtuel.

si je peux pas pincer les fesses virtuel je reste sur pornhub (en vr éventuellement )



entre nous, vous trouvez pas ces avatars super sexy , des graphismes et des formes a en faire perdre la tête, crysis3 est détrôné
9  1 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 19/02/2022 à 16:31
La société mère de Facebook, Meta, ne figure plus dans le Top 10 des entreprises les plus valorisées.
Meta a perdu 513 milliards de dollars de capitalisation boursière en quelques mois

La valeur marchande de Meta a chuté d'un montant supérieur à 500 milliards de dollars. Meta, qui était autrefois la sixième plus grande entreprise mondiale en matière de capitalisation boursière, ne figure même plus parmi les dix premières du classement. L'entreprise a été remplacée par deux sociétés de fabrication de puces informatiques comme Berkshire Hathaway de Buffett et Tencent, la société chinoise de commerce électronique. La déroute a également eu un impact sur la fortune personnelle de Zuckerberg. Sa valeur nette sur papier a chuté au cours des récentes difficultés de l'entreprise.

La société mère de Facebook, Meta, a été éjectée du top 10 des entreprises les plus valorisées au monde (capitalisation boursière) après une série de revers brutaux ces dernières semaines.

Le géant des médias sociaux de Mark Zuckerberg valait environ 565 milliards de dollars à la clôture du marché jeudi – une baisse étonnante par rapport à quelques mois plus tôt, lorsque Facebook se classait au sixième rang des entreprises les plus valorisées au monde.

Meta se classe actuellement au 11e rang, derrière d'autres entreprises technologiques telles qu'Amazon, Apple, Alphabet et Microsoft, selon Bloomberg. Tesla, Berkshire Hathaway, Nvidia, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company et Tencent ont tous progressé dans le classement. Tesla Inc., avec une valeur marchande de 906 milliards de dollars, a pris la place de Meta en tant que sixième plus grande entreprise derrière le géant du commerce électronique Amazon.com Inc. Berkshire Hathaway Inc. de Warren Buffett suit le constructeur de véhicules électriques à 700 milliards de dollars, suivi par le fabricant de puces Nvidia Corp. à 613 milliards de dollars.


Les actions ont chuté de plus de 45 % depuis qu'elles ont atteint un sommet historique de 384,33 $ en septembre dernier, effaçant plus de 500 milliards de dollars de valeur marchande au cours de cette période. Le titre a chuté de plus de 30 % au cours des 30 derniers jours seulement.

Le récent ralentissement a coïncidé avec la publication d'un rapport trimestriel lamentable qui montrait que Facebook avait enregistré une baisse de sa base d'utilisateurs quotidienne moyenne pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise. Zuckerberg a imputé la stagnation de l'activité des utilisateurs à la concurrence accrue de plateformes rivales telles que TikTok.

Meta a perdu plus de 200 milliards de dollars de valeur en une seule journée de négociation à la suite du rapport – ce qui était la plus forte baisse de valeur marchande d'une journée de toutes les actions de l'histoire des États-Unis, selon Dow Jones.

Facebook était autrefois une entreprise qui valait plus de 1 000 milliards de dollars, grâce à son système de suivi impeccable. Cependant, la nouvelle fonctionnalité d'Apple qui permet à ses utilisateurs de choisir de bloquer les traceurs publicitaires a neutralisé cette force de Facebook. Même la base d'utilisateurs de Facebook a commencé à diminuer après une vague de révélations de lanceurs d'alerte, montrant les effets néfastes des médias sociaux pour les jeunes utilisateurs.

Mark Zuckerberg a fondé Facebook il y a environ 18 ans. Il a décidé de renommer son entreprise. L'annonce a été faite durant l'édition 2021 de la Facebook Connect. Comme Google l'avait fait auparavant en présentant Alphabet, Meta est la maison-mère de différentes entreprises dont Facebook, WhatsApp, Instagram, Messenger et Oculus. « Notre marque était trop liée à un seul de nos services et ne reflétait pas tout ce que nous faisons », a expliqué le PDG du groupe. « Ce nouveau nom marque notre nouvel objectif : aider à donner vie au métavers. »

Le projet, en développement dans le département Facebook Reality Labs (qui s'occupe des technologies de réalité augmentée, virtuelle et mixte), compte actuellement 10 000 salariés aux États-Unis. Facebook a annoncé le recrutement dans les cinq prochaines années de 10 000 ingénieurs et développeurs supplémentaires en Europe. Un projet pour lequel Facebook a réservé 10 milliards de dollars rien que pour 2021, une addition qui sera donc plus salée les années à venir.

Cette décision a été perçue par certains comme une manœuvre de distraction. Selon eux, Zuckerberg s'est efforcé de rebaptiser l'entreprise pour faire oublier la série de scandales liés à Facebook et Instagram, mais aussi l'examen minutieux par le Congrès de l'impact des plateformes de médias sociaux sur les jeunes utilisateurs.

Le modèle commercial de Facebook repose principalement sur la diffusion de publicité, notamment :
  • vendre des publicités numériques en fonction des sites visités et du comportement des utilisateurs sur Internet ;
  • ou vendre des publicités en fonction de ce que les utilisateurs recherchent sur les moteurs de recherche.

C'est la raison pour laquelle les utilisateurs recevaient des publicités pour des produits dont ils ne savaient même pas qu'ils avaient besoin. Cependant, récemment Apple et Google, pour leur propre avantage, ont décidé de donner aux utilisateurs la possibilité de désactiver le suivi des publicités sur leurs supports. Les retombées ont conduit les annonceurs à transférer l'intégralité de leur budget publicitaire vers Google, répertoriant Facebook comme non rentable.

Malgré tout, la valeur nette de Zuckerberg, 37 ans, est d'environ 74 milliards de dollars. Meta, qui possède toujours Instagram et WhatsApp, a réalisé 39 milliards de dollars de bénéfices l'année dernière. Il n'est pas exclu que les bénéfices de Facebook continuent de baisser.

La tentative de Zuckerberg cette semaine de renommer les employés de Facebook en « Metamates » a largement subi les moqueries sur les réseaux sociaux. Le PDG assiégé a dévoilé le changement de titre lors d'une réunion générale qui a eu lieu mardi.

« Nous avons écrit nos valeurs d'entreprise actuelles en 2007. Elles ont été remarquablement durables, mais beaucoup de choses ont changé pendant cette période. Nous sommes désormais une entreprise distribuée. Nous avons une communauté mondiale et un impact de grande envergure », a écrit Zuckerberg dans un message qu'il a posté sur Facebook après la réunion. « Et nous sommes maintenant une entreprise métavers, qui construit l'avenir de la connexion sociale », a ajouté le PDG.

Le principal dirigeant de Meta a expliqué aux employés de l'entreprise que la directive de Meta, qui consistait à "aller vite", est désormais étendue à "aller vite ensemble", que l'expression "être audacieux" devient "construire des choses géniales" et que l'énoncé des valeurs comprend maintenant "se concentrer sur l'impact à long terme". La valeur d'entreprise de Facebook, "être ouvert", est désormais "vivre dans le futur", tandis qu'"être direct et respecter ses collègues" a été modifié en "être ouvert". Plus loin, Zuckerberg a ajouté qu'une autre directive stipule que le personnel de Meta devrait éviter de "se faire plaisir à mort". Mais ce n'est pas tout.

Le PDG va plus loin en expliquant au personnel que l'ordre de priorité lorsqu'on se considère soi-même, par rapport aux collègues et à l'entreprise, devrait être "Meta, metamates, moi". Zuckerberg a déclaré : « j'ai toujours pensé que pour que les valeurs soient utiles, elles doivent être des idées avec lesquelles les bonnes entreprises peuvent raisonnablement ne pas être d'accord ou mettre l'accent différemment. En travaillant chez Meta, nous nous engageons à appliquer ces valeurs à notre travail quotidien. Je pense que ces valeurs capturent la manière dont nous devons agir en tant qu'entreprise pour donner vie à notre vision ».

Il a expliqué que ce slogan se rapporte au "sens de la responsabilité que chaque employé de Meta doit observer pour la réussite collective et envers les autres en tant que coéquipier". En outre, Andrew Bosworth, qui devrait bientôt être promu de son rôle actuel de vice-président de la réalité augmentée (RA) et virtuelle (RV) chez Meta à celui de directeur technique, a affirmé sur Twitter que le nom "metamates" était en réalité une invention originale du célèbre physicien, auteur et spécialiste des sciences cognitives Douglas Hofstadter, qu'un employé avait "contacté à distance" pour trouver des idées. Le nom semble vouloir dire "constructeur de métavers".

"C'est le bon moment pour mettre à jour nos valeurs et notre système d'exploitation culturel", a écrit Zuckerberg sur sa page Facebook.

Zuckerberg semble tenir ferme sur ses ambitions concernant le métavers malgré tous les scepticismes, émanant même d'autres milliardaires comme Elon Musk. Avec tous les obstacles sur le chemin, comme une baisse d'un jour de 240 milliards de dollars en capitalisation et les scepticismes du public, Meta pourrait en fait réussir. Zuckerberg pourrait en fait pouvoir vivre dans sa version métavers même si l'entreprise perd encore plus d'argent en cours de route. La question demeure de savoir s'il pourra conserver toutes les personnes qui lui ont fait confiance pendant tout ce temps.

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?

Voir aussi :

Zuckerberg explique au personnel de Facebook qu'ils seront désormais connus sous le nom de "metamates", et annonce de nouvelles valeurs pour l'entreprise
Facebook change de nom et s'appelle désormais Méta. Zuckerberg espère qu'un milliard de personnes seront dans le métavers d'ici dix ans
8  0 
Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 23/06/2022 à 9:56
Meta et d'autres géants de la technologie créent un organisme de normalisation des métavers,
sans Apple

Meta, Microsoft et d'autres géants de la technologie qui se lancent dans la construction du concept émergent de métavers ont formé un groupe, le Metaverse Standards Forum, pour favoriser le développement de normes industrielles qui rendraient les mondes numériques naissants des entreprises compatibles entre eux.

La réalité virtuelle (RV) s'est fait connaître du grand public durant les années 2000, grâce notamment à Second Life (un logiciel qui permet à ses utilisateurs d'incarner des personnages virtuels dans un monde créé par les résidents eux-mêmes), un deuxième monde virtuel dans lequel il est possible de se recréer tous les composants qui caractérisent le premier monde, en utilisant des avatars. Favorisée comme pour la réalité virtuelle par la généralisation des smartphones et tablettes, la réalité augmentée (RA) s'est fait connaître pour certains grâce à Pokémon GO.


Les parties intéressées par le projet de métavers ont annoncé qu'elles avaient formé le Metaverse Standards Forum. Meta est naturellement un membre fondateur, et de grands noms de la technologie comme Adobe, Microsoft et Nvidia le sont également. La participation d'Apple et de Google fait toutefois défaut.

La non-participation d’Apple à ce projet surprend plus d’un. Alors que les analystes s’attendaient à ce qu'Apple devienne un acteur dominant dans la course aux métavers avec le lancement d’un casque de réalité mixte cette année ou l'année prochaine. Les sociétés de jeux Roblox et Niantic ne figurent pas non plus parmi les participants du forum, pas plus que les plateformes émergentes de métavers basés sur les cryptomonnaies comme The Sandbox ou Decentraland.

Dans un rapport publié en 2018 et intitulé : « Augmented and Virtual Reality in Operations : A guide for investment », Capgemini Research Institute a démontré que les entreprises tirent parti de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle. Suite à cette étude effectuée sur plus de 700 responsables impliqués dans les stratégies RA/RV de leur organisation et travaillant dans les secteurs de l’automobile, de l’industrie et de l’énergie, le rapport avait révélé que 82 % des entreprises ayant mis en place les technologies de réalité augmentée et de réalité virtuelle ont obtenu des résultats qui satisfont, voire dépassent, leurs attentes.

Depuis des années, des informations circulent à propos d'un éventuel matériel de réalité virtuelle ou de réalité augmentée d'Apple. Selon une source proche d'Apple, Apple travaille sur un casque RV ultra haut de gamme et coûteux qui pourrait être commercialisé cette année même. Apple n'a pas encore reconnu publiquement son projet de casque, bien qu'elle ait donné à son conseil d'administration un aperçu du produit.

En début d’année, Apple a exprimé son manque d’intérêt concernant l'idée du métavers proposée par Mark Zuckerberg. « On m'a dit assez directement que l'idée d'un monde complètement virtuel où les utilisateurs peuvent s'échapper comme ils le peuvent dans la vision de l'avenir de Meta, Platforms/Facebook, est hors de portée d'Apple », a écrit Mark Gurman. Il a poursuivi en disant qu'Apple souhaitait que le casque soit utilisé pour « des explosions de jeux, de communication et de consommation de contenu » plutôt que de longues excursions en réalité virtuelle comme celles que Meta semble vouloir apporter au monde.

Au-delà de son casque AR non annoncé (mais très discuté) qui serait en cours de développement, le PDG Tim Cook a déclaré que le rôle d'Apple sur le marché des métavers est « une grande question » lors de la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2022 d'Apple en janvier.

« Nous sommes toujours en train d'explorer des technologies nouvelles et émergentes.... À l'heure actuelle, nous avons plus de 14 000 applications de kit AR dans l'App Store, qui offrent des expériences AR incroyables à des millions de personnes aujourd'hui », a déclaré Cook lorsqu'il a été interrogé sur les projets de métavers d'Apple. « Nous voyons beaucoup de potentiel dans cet espace et nous investissons en conséquence. »

Google quant à lui a été associé à son propre casque de réalité augmentée. Et la réalité augmentée est une caractéristique vantée de divers produits Google, des téléphones Pixel aux logiciels. Google a également rejoint la VR Standards Initiative en 2016, aux côtés de la marque Oculus VR de Facebook à l'époque. L'initiative a été menée par The Kronos Group, un organisme à but non lucratif axé sur les technologies émergentes qui accueille également The Metaverse Standards Forum.

Le nouveau groupe offre une adhésion gratuite et ouverte, de sorte que les deux entreprises pourraient rejoindre le forum metaverse à terme. Cependant, compte tenu des nombreuses questions qui se posent au sujet du métavers et aussi le fait que Meta est inflexible sur l'utilisation d'un terme qui est synonyme de sa propre marque, on pourrait y voir les raisons de l’absence de Google et Apple.

Selon l'annonce du forum, ces organisations ne pourront pas participer à des « projets pragmatiques et axés sur l'action », tels que « le prototypage de mise en œuvre, les hackathons, les plugfests et les outils open source pour accélérer le test et l'adoption des normes du métavers ». Le groupe a également déclaré qu'il travaillerait à l'élaboration d'une « terminologie cohérente et de directives de déploiement ». L'objectif du groupe variera en fonction des membres, mais les sujets potentiels proposés sont « les actifs et le rendu 3D, l'interface humaine et les paradigmes d'interaction, tels que la RA et la RV, le contenu créé par l'utilisateur, les avatars, la gestion de l'identité, la vie privée et les transactions financières ».

Source : Metaverse Standards Forum

Et vous ?

Quel est votre avis sur le projet Metaverse Standards Forum ?

Que pensez-vous de l'attitude d'Apple et Google qui ne sont pas membre de ce forum ?

Que pensez-vous du métavers en général ? Est-ce vraiment nécessaire aujourd'hui ?

Voir aussi :

Apple semblerait ne pas être intéressée par l'idée du métavers proposée par Mark Zuckerberg et n'y participerait pas, malgré son intention de sortir son propre casque de réalité mixte

Les ventes de produits de réalité virtuelle (RV) et de réalité augmentée (RA) devraient être multipliées par dix d'ici 2025, dépassant 100 millions de dollars pour les expéditions de casques XR

Réalité virtuelle : le casque VR d'Apple pourrait coûter 3000 dollars, comporter des écrans 8K et plus d'une douzaine de caméras
7  0 
Avatar de JackIsJack
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 7:26
Cette bulle spéculative commence presque à me donner la nausée.
7  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 14/02/2022 à 12:33
Je serais curieux de connaître le coût énergétique et donc environnemental de cette technologie.
7  1 
Avatar de Sandra Coret
Communiqués de presse https://www.developpez.com
Le 12/04/2022 à 22:02
Meta commence à tester des outils permettant de vendre des actifs et des expériences numériques au sein de sa plateforme de réalité virtuelle Horizon Worlds, un élément clef du projet métavers

Les outils seront disponibles dans un premier temps pour un ensemble d'utilisateurs triés sur le volet qui créent des classes, des jeux et des accessoires de mode virtuels au sein de la plateforme immersive de la société, qui est accessible avec des casques VR, a indiqué Meta dans un communiqué.

Grâce à un seul outil, ces utilisateurs sélectionnés pourront vendre leurs accessoires ou offrir un accès payant aux espaces numériques spécialisés qu'ils ont créés, a précisé l'entreprise.

Le géant des médias sociaux teste également un programme de "prime aux créateurs" pour un petit groupe d'utilisateurs d'Horizon Worlds aux États-Unis, dans le cadre duquel il paiera les participants chaque mois pour l'utilisation des nouvelles fonctionnalités lancées par la société.

"Nous voulons qu'il y ait des tonnes de mondes géniaux, et pour que cela se produise, il faut que beaucoup de créateurs puissent subvenir à leurs besoins et en faire leur métier", a déclaré le directeur général Mark Zuckerberg lors d'une conversation avec les premiers utilisateurs, qui s'est tenue à l'intérieur d'Horizon Worlds à l'aide d'avatars.

La société mère de Facebook, qui a changé son nom en Meta l'année dernière, a investi massivement dans la réalité virtuelle et augmentée pour refléter son nouveau pari sur le metaverse, une idée futuriste d'un réseau d'environnements virtuels accessibles via différents appareils où les utilisateurs peuvent travailler, socialiser et jouer.


L'entreprise est en concurrence avec des acteurs émergents du monde virtuel, où des terrains, des bâtiments, des avatars et même des noms peuvent être achetés et vendus sous forme de jetons non fongibles, ou d'actifs virtuels basés sur la blockchain. Le marché de ces actifs a explosé l'année dernière, les ventes atteignant parfois des centaines de milliers de dollars.

Horizon Worlds de Meta, une plateforme sociale VR expansive, et Horizon Venues, qui se concentre sur les événements virtuels, sont les premières itérations d'espaces de type métavers.

Source : Meta

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Les investisseurs paient des millions de dollars pour des terrains virtuels dans le métavers,, alors que le prix des "parcelles" a grimpé de 500 % au cours des derniers mois

Le projet d'économie du Métaverse devrait atteindre 42 milliards de dollars d'ici 2026, selon Strategy Analytics, et 872,35 milliards de dollars en 2028, selon Reports and Data

25 % des personnes passeront au moins une heure par jour dans le métavers pour le travail, les achats, l'éducation, la vie sociale ou le divertissement d'ici 2026, selon Gartner

Même dans le métaverse, on n'échappe pas au fisc ; la plateforme Second Life commencera à faire payer aux joueurs les taxes de vente locales et nationales, sur de nombreux achats dans le jeu
6  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 16:19
Mark Zuckerberg a laissé entendre que Meta pourrait développer un système d'exploitation pour son métavers et s'attend à ce que le métavers génère des centaines de milliards de revenus
d'ici 2030

Mark Zuckerberg, PDG de Meta, reste très enthousiaste en ce qui concerne l'avenir du métavers en dépit des vents contraires qui frappent l'entreprise depuis la fin de l'année dernière. Lors d'une interview cette semaine, il a déclaré que le métavers devrait générer des centaines de milliards de dollars de revenus d'ici la fin de la décennie. Il prévoit en effet qu'un milliard de personnes dans le métavers dépenseront des centaines de dollars chacune. Mark Zuckerberg a également confié lors de l'interview que Meta pourrait avoir besoin de développer un nouveau système d'exploitation "pour s'assurer que son métavers fonctionne bien".

Reality Labs, la division de Meta qui travaille sur le métavers, perd des milliards de dollars par trimestre. Le PDG Mark Zuckerberg lui-même l'a reconnu en mai dernier et a déclaré aux investisseurs que "la création du métavers entraînera de grosses pertes d'argent pendant les trois à cinq prochaines années". Zuckerberg a expliqué que certains produits ne devraient pas être prêts avant 10 ans. Alors que Meta a déjà dépensé 10 milliards de dollars pour l'idée d'un monde virtuel immersif rien qu'au dernier trimestre 2021, les déclarations de Zuckerberg laissent penser qu'il pourrait s'agir de dizaines de milliards de dollars de pertes.

Même si le concept du métavers existe depuis plus d'une décennie déjà, Zuckerberg est convaincu que les univers virtuels constituent l'avenir des interactions en ligne. Lors d'une interview cette semaine, il est revenu sur ses prévisions vis-à-vis du métavers et a déclaré qu'il entend faire du métavers un élément majeur de l'activité de son entreprise au cours de cette décennie. Pour cela, Zuckerberg a déclaré que Meta pourrait être contraint de créer un nouveau système d'exploitation pour les différentes plateformes et le matériel de son entreprise afin que son univers de réalité virtuelle immersive puisse fonctionner correctement.



À en croire le PDG, cet OS pourrait voir le jour à l'avenir. « Je pense qu'à long terme, nous aurons besoin de ce niveau d'intégration entre le matériel et les logiciels et d'un système d'exploitation, simplement pour réaliser ce que nous voulons construire », a déclaré Zuckerberg. En outre, pour rendre son métavers rentable, il compte sur la bonne volonté d'un milliard d'investisseurs prêts à dépenser des millions de dollars pour "acquérir des terrains et des objets de collection, construire des maisons et des magasins de vente, ou acheter des billets pour aller à des événements (concerts de musique, défilés de mode, etc.) dans cet univers virtuel".

« Nous espérons arriver à environ un milliard de personnes dans le métavers qui font des centaines de dollars de commerce, chacun achetant des biens numériques, du contenu numérique, différentes choses pour s'exprimer, que ce soit des vêtements pour leur avatar ou différents biens numériques pour leur maison virtuelle ou des choses pour décorer leur salle de conférence virtuelle, des services publics pour être plus productifs dans la réalité virtuelle et augmentée et dans le métavers en général », a-t-il déclaré. Actuellement, les applications de Meta attirent 3,65 milliards d'utilisateurs qui utilisent la plateforme chaque mois.

Il s'agit d'une augmentation de 6 % par rapport à l'année précédente. Mais outre le métavers, Meta consacre des sommes importantes à la création de l'IA. La raison en est simple : l'entreprise pense que cela peut l'aider à améliorer son activité de publicité et donc ses revenus. En moyenne, 97 % des revenus de Meta proviennent de la publicité. Et Zuckerberg dit qu'il veut faire passer le contenu qui provient de vos amis ou de votre groupe d'abonnés à celui qui provient des recommandations de l'IA. De cette façon, les utilisateurs sont exposés au contenu de l'univers et pas seulement à un genre limité.

TikTok aurait utilisé la même stratégie, ce qui lui a permis d'atteindre de nouveaux sommets de succès. Cependant, depuis que Facebook a décidé de s'orienter vers une entreprise du métavers, en changeant son nom en Meta Platform en octobre dernier, certains problèmes ont surgi. D'abord, les investisseurs ont réduit de moitié la capitalisation boursière de l'entreprise depuis le début de cette année, car la croissance a ralenti et le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens a diminué pour la première fois entre les deux derniers trimestres. Zuckerberg se dit très optimiste quant à son casque qui vaut 300 dollars et qui s'appelle Quest 2.

Et bien que le Quest 2 ait pu dépasser ses attentes, Zuckerberg estime qu'il faudra un certain temps avant que les gens commencent à l'accepter et à l'adopter dans leur vie quotidienne. Comme l'a répété le milliardaire, le métavers sera bien plus que du simple texte, des images et des vidéos. Ensuite, en interne, la réorientation de l'entreprise vers la création d'un métavers ainsi que l'intérêt personnel de Zuckerberg pour cette technologie ont suscité des inquiétudes, des frustrations et une certaine confusion. En effet, des employés anciens et actuels ont déclaré que Zuckerberg ne s'intéresse à rien d'autre qu'au métavers.

Cependant, ils ont ajouté que "Zuckerberg n'a pas une stratégie cohérente pour mener à bien le projet". En ce qui concerne les pertes d'argent, Reality Labs est actuellement déficitaire. Elle a perdu un peu moins de 3 milliards de dollars au premier trimestre, après avoir perdu 10 milliards de dollars l'année dernière, ce qui a suffisamment effrayé Wall Street. Les investisseurs sont inquiets et réclament des études sur la viabilité du projet. Pourtant, Zuckerberg a clairement indiqué qu'il s'attendait à ce que la version du métavers de son entreprise représente une part importante de son activité à l'avenir. « Nous y arriverons », a-t-il déclaré.

Le métavers de Meta a également soulevé des inquiétudes sur la confidentialité des utilisateurs, la quantité de données que l'entreprise pourrait collecter dans cet univers virtuel et les impacts qu'il pourrait avoir sur la société humaine. En novembre, Éric Schmidt, l'ex-PDG de Google, a déclaré que le métavers de Facebook n'est certainement pas prometteur et pourrait avoir des effets toxiques sur l'humanité. Frances Haugen, l'ancienne employée de Facebook devenue lanceuse d'alerte, est également de cet avis. De son côté, Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX, pense que le métavers n'est qu'un "buzzword".

Le commentaire de Musk a été repris dernièrement par plusieurs critiques du métavers. Selon eux, il s'agit simplement d'une stratégie visant à permettre à Facebook de tourner la page sur son passé tourmenté, notamment sur le plan de la confidentialité, et reprendre de la croissance. « Le prix de leurs actions est basé sur la valeur perçue, donc il augmente en fonction de ce que les gens pensent qu'il va se passer dans le futur, par opposition à l'action qui est basée sur la valeur réelle de l'entreprise. Je pense que c'est pour ça que Zuckerberg vend le métavers, pour essayer d'augmenter cette valeur perçue autant que possible », a déclaré un critique.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des déclarations de Zuckerberg sur la viabilité et la rentabilité du métavers ?
Selon vous, à quoi pourrait ressembler un système d'exploitation pour le métavers ?
Selon vous, comment Meta pourrait-il amener les gens à utiliser son système d'exploitation ?
Un tel système d'exploitation serait-il sécurisé et pourrait-il garantir la confidentialité des utilisateurs ?
Pensez-vous que les gens seraient prêts à investir des millions de dollars pour acquérir des biens numériques dans le métavers ?
Que pensez-vous des déclarations selon lesquelles le métavers pourrait avoir des effets toxiques sur l'humanité ?

Voir aussi

Le métavers de Zuckerberg va enregistrer des pertes financières "significatives" à court terme, alors que Meta a déjà dépensé 10 milliards de dollars dans le métavers en 2021

Le métaverse de Facebook pourrait être toxique pour la société humaine, ce qui reflète l'inquiétude que suscite la sécurité de l'intelligence artificielle, selon Éric Schmidt, l'ex-PDG de Google

Apple semblerait ne pas être intéressée par l'idée du métavers proposée par Mark Zuckerberg et n'y participerait pas, malgré son intention de sortir son propre casque de réalité mixte

Le métavers de Zuckerberg va porter atteinte à la vie privée des travailleurs et pourrait obliger davantage de personnes à communiquer davantage de données, d'après la lanceuse d'alerte Frances Haugen
6  0 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/02/2022 à 9:00
On rappelle que la LCEN (France) et le Patriot Act (USA) impose la rétention de certaines données pendant une durée de 12 mois minimum. À partir du moment où vous vous connectez à un serveur dans ces pays, votre adresse IP ainsi que la liste des connexions sortantes seront enregistrées, c'est la loi.

Ce qu'entendent les marketeux des sociétés de VPN par "no log policy", c'est que ces données ne sont pas centralisées et exploitées. Ça c'est possible, même si les fournisseurs de VPN ont besoin d'un minimum d'informations pour prévenir les abus de service (spam, DDos, etc ...).

Autant dire que les promesses de vie privée de ces services sont du vent, en plus d'être invérifiables dans l'absolu. Facebook connaissant le numéro de téléphone de ses utilisateurs, la société n'a pas besoin de connaître leur adresse IP de toute façon.
5  0