IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google signe un accord avec une organisation pour distribuer 100 millions de dollars aux entreprises de presse canadiennes
Afin d'être exempté de la loi sur les nouvelles en ligne au Canada

Le , par Jade Emy

1PARTAGES

4  0 
Google signe un accord avec une organisation pour distribuer 100 millions de dollars aux entreprises de presse canadiennes, afin d'être exempté de la loi sur les nouvelles en ligne, qui oblige les entreprises technologiques à conclure des accords avec les éditeurs de presse.

Google est une entreprise technologique axée sur la publicité en ligne, la technologie des moteurs de recherche, l'informatique en nuage, les logiciels informatiques, l'informatique quantique, le commerce électronique, l'électronique grand public et l'intelligence artificielle (IA). Elle a été qualifiée d'entreprise la plus valorisée du monde en raison de sa domination du marché, de sa collecte de données et de ses avantages technologiques dans le domaine de l'IA. Mais elle a fait l'objet de critiques importantes sur des questions telles que la protection de la vie privée, l'évasion fiscale, la censure, la neutralité de la recherche, l'antitrust et l'abus de sa position de monopole.

Google a annoncé l'organisation qu'elle a choisie pour distribuer les 100 millions de dollars que le géant de la technologie a promis aux entreprises de presse canadiennes. Google a accepté de verser aux éditeurs de presse canadiens 100 millions de dollars par an, indexés sur l'inflation, afin d'être exempté de la loi sur l'information en ligne, qui oblige les entreprises technologiques à conclure des accords avec les éditeurs de presse.

La Société collective canadienne du journalisme sera chargée de veiller à ce que les organismes de presse éligibles reçoivent leur part de l'argent. Il s'agit d'un organisme sans but lucratif constitué en vertu d'une loi fédérale, qui a été créé à cette fin en mai par un groupe d'éditeurs et de radiodiffuseurs indépendants. Le comité directeur est composé de 12 médias indépendants qui représentent la presse francophone, communautaire et autochtone, ainsi que des publications qui représentent spécifiquement les Noirs et les minorités canadiennes. Parmi ces organisations figurent Pivot, The Resolve, IndigiNews, Village Media et l'Association canadienne des utilisateurs et des stations de télévision communautaire.


Le collectif s'engage à distribuer les fonds de manière "équitable, transparente et inclusive", a déclaré Sadia Zaman, directrice indépendante du conseil d'administration du CCM, dans un communiqué. "Nous sommes impatients de travailler avec toute la diversité de l'écosystème canadien de l'information, y compris les organismes traditionnels de presse et de radiodiffusion, et les éditeurs indépendants de nouvelles locales, notamment ceux qui desservent les communautés autochtones, noires et racialisées, ainsi que les communautés francophones".

Le comité prévoit d'établir sa structure de gouvernance dans les semaines à venir. On ne sait pas encore quand les entreprises d'information éligibles recevront l'argent. Le paiement est subordonné à l'obtention par Google d'une exemption officielle de la part de l'autorité fédérale de régulation de la radiodiffusion. "Nous espérons que ces prochaines étapes seront franchies le plus rapidement possible, afin que les éditeurs et les journalistes canadiens puissent bientôt commencer à recevoir le produit de ce nouveau modèle de contribution", a déclaré Google dans un blog publié sur son site Web.

Au début de l'année, Google a lancé un appel aux organismes de presse souhaitant recevoir une compensation au titre de la loi sur l'information en ligne, et environ 1 500 d'entre eux se sont portés candidats. Le collectif examinera tous les éditeurs de presse qui ont répondu à l'appel et distribuera les fonds aux éditeurs qui répondent aux critères.

Pour recevoir une part de la manne de 100 millions de dollars, les salles de presse doivent être désignées comme des organisations canadiennes de journalisme qualifiées en vertu de la loi de l'impôt sur le revenu. Elles doivent également produire des informations d'intérêt public, opérer au Canada et employer au moins deux journalistes. L'argent sera distribué proportionnellement au nombre de journalistes employés à temps plein par les entreprises.

Selon un fonctionnaire du ministère du Patrimoine canadien, les petites entreprises de presse écrite et numérique peuvent s'attendre à recevoir environ 17 000 dollars par journaliste qu'elles emploient. Le gouvernement libéral a déjà plafonné le montant que la Société Radio-Canada et d'autres radiodiffuseurs peuvent recevoir. CBC/Radio-Canada ne recevra pas plus de 7 millions de dollars du fonds annuel, et 30 millions de dollars au maximum seront réservés aux autres radiodiffuseurs. Les 63 millions de dollars restants seront répartis entre les autres organes d'information admissibles, tels que les journaux et les plateformes numériques.


Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que cette action de Google soit crédible ou pertinente ?

Voir aussi :

Le Canada déclare que Google versera 100 millions de dollars canadiens par an à l'industrie canadienne de l'information en vertu de la nouvelle loi sur l'Internet

Google menace de couper l'accès aux informations en Californie en réponse à un projet de loi qui l'obligerait à payer les médias. Le bras de fer entre Google et les éditeurs de presse s'intensifie

Après Meta (Facebook), Google décide de supprimer les liens vers les actualités de ses produits suite à une loi adoptée au Canada, qui l'obligerait à rémunérer les médias pour le contenu partagé

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de JP CASSOU
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/06/2024 à 14:09
C'est aux organes de presse de payer pour leur référencement, pas l'inverse.

Pour la bonne et simple raison que la majorité des liens vers les articles aboutit à un paywall
0  0 
Avatar de weed
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/06/2024 à 21:24
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Heu ! En fait, non. Une petite explication en dessin. Ne pas oublier que les agriculteurs sont manipulés par la FNSEA qui est pour Macron.
Les conséquences ne sont-elles pas les mêmes pour l'agriculteur français ?
L'agriculteur français ne souhaitent pas une concurrence déloyale comme par exemple ou en Espagne, en Ukraine ou l'utilisation des produits phythosanitaires sont openbar permettant de réduire dratiquement le cout de production.

L'agriculteur français souhaite
- soit option 1 : de pouvoir utiliser des porduits phytho comme les Espagnols, les Ukrainiens pour baisser ses couts de déserbages, protéger de maladie avec des fongicides, ...
- soit option 2 : qu'il y a ait un véritable contrôle des produits sur toute l'Europe, que l'on importe uniquement les protuis sains dépourvus de produits interdits et qu'ainsi personne n'en utilisent

Bien entendu, l'option 2 serait la meilleur option.

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Pour la bonne et simple raison que la majorité des liens vers les articles aboutit à un paywall
La news ne parlent t-elle pas du contenu des journaux préchargés dans Google alors que Google n'a produit.
Les gens non abonnés ne vont plus alors sur le site de l'éditeur.
0  0